Skip to content

Categories:

Pain 1.2.3 au levain, lait d’avoine, müesli et farine 5 céréales

Photos prises ce matin, d’une Bérénice petite mine de sortie de grippe mais pleine d’appétit!

La formule 1.2.3 pain au levain est vraiment extrêmement pratique. Vendredi dernier, fièvreuse et éreintée par le début de la grippe qui m’a clouée au lit jusque hier midi -et qui me laisse profondément épuisée- j’ai rassemblé tout mon courage pour boulanger avec mon levain 100%, tout beau tout prêt.

J’ai pesé le levain dans un grand bol, ajouté le double de ce poids de « lait » d’avoine et mélangé.

Puis j’ai pesé le triple du poids de levain en farines diverses : essentiellement de la farine 5 céréales (blé T65, seigle, riz, orge et sarrasin) CELNAT mais aussi une jolie quantité de müesli aux céréales mélangées, raisins et fruits secs, sans sucre ajouté, ainsi que de la farine « blanche complète pour chappatis » rapportée un jour par mon cher époux d’une boutique indienne.

J’ai ajouté ces farines au bol de levain + lait d’avoine, remué à la cuillère en bois juste pour humidifier les farines (pas beaucoup, j’étais trop KO).

J’ai laissé reposer 30 min. environ puis ajouté le sel (2% du poids des farines, ça se calcule même avec 39.6° de fièvre ;-)) et pétri avec peu d’énergie, juste pour bien distribuer le sel dans la pâte et homogénéiser le tout, 2-3 min max.

Ma pâte était encore grossière lorsque je l’ai remise dans le bol en plastique, où elle a commencé à pousser pendant environ 2 heures. Au bout de ce temps, j’ai recouvert le bol de film plastique, mis le tout au frigo.

Une quinzaine d’heures plus tard, environ, quand j’ai trouvé l’énergie (eu l’obligation, plutôt, seule adulte à la maison avec 3 enfants dont le ventre commençait à crier famine…) de me lever, j’ai sorti le bol de pâte du frais, enlevé le film plastique, mis un torchon propre à la place et abandonné le tout sur le comptoir pendant 2 heures environ (je mets « environ » exprès, car cette recette est, vraiment et volontairement, des plus approximatives).

Au bout de ce temps, j’ai renversé la pâte sur mon plan de travail, formé doucement une grosse boule, que j’ai déposée dans une cocotte un peu huilée. J’ai fermé la cocotte avec son couvercle et laissé attendre encore quelque chose comme 2 heures.

Alors, j’ai dessiné grossièrement une croix sur le dessus du pain et mis la cocotte, fermée, dans mon four FROID. J’ai allumé le four à 240°C et laissé le pain cuire 1 heure, sans y toucher, le temps de superviser l’installation par Pascal heureusement de retour à la maison de nouvelles tringles à rideaux dans le salon (moi dans le canapé sous un plaid bien chaud et lui qui décore la maison, c’est le seul côté sympa de la grippe) (ah non, la galette des rois qu’il a rapportée du boulanger et que nous avons partagée pour le goûter, la joie d’Héloïse en trouvant la fève et celle de Bérénice de se voir coiffée de la couronne par sa grande soeur, valaient bien aussi une petite sortie de canapé, même si dans l’absolu j’aurai spréféré faire et déguster celle de Laurence Salomon…)(mais j’en reviens au pain, je m’égare!)

Bref, au bout de cette heure de cuisson sans y toucher, j’ai ouvert le four, ôté le couvercle de la cocotte et laissé le pain cuire encore 10 min.

Et voilà, pour un pain au levain qui nous régale depuis hier matin, en belles tranches colorées de confiture de framboises pour la plus jeune, de beurre pour la seconde et le Papa, de fromage frais de chèvre à tartiner pour l’aînée ou de confiture de figues noires pour moi (comment ça, on est difficile chez les Makanai? Si peu…!)

Bien sûr, la mie est assez dense, ne serait-ce qu’en raison des farines utilisées, contenant peu ou pas de gluten pour plusieurs d’entre elles (seigle, riz, orge, sarrasin). Mais le pain est vraiment excellent, rien à envier à la grande majorité des pains du commerce.

Alors vous voyez, même avec la grippe, même sans pétrir longuement, même en laissant la pâte plus de 15 heures au frigo, même en laissant pousser la pâte pendant des durées approximatives et en étant trop fatiguée pour faire le moindre effort superflu, en cuisson cocotte départ à froid, sans façonner, le pain maison au levain CA MARCHE et c’est BON!

Qu’attendez-vous? ;-)

Quant à moi, je retourne dans mon canapé, ce billet m’aura épuisée! Je vais profiter du jardin encore enneigé, mais bien au chaud…
Creative Commons License
Makanai by Flo Makanai est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Partage des Conditions Initiales à l’Identique 2.0 France.Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://makanaibio.com/. Posted by Picasa

Print Friendly

Posted in Avec un surplus de levain, Pains au levain formule 1.2.3.


19 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. MC says

    Moi, j’attends…une photo de la miche à sa sortie du four mais c’est trop tard ! Béré est passée par là. Il a l’air fameux en tout cas, ce pain, et tellement simple que ce serait dommage de s’en priver. Je le mets parmi les priorités dans ma liste pour quand je reviendrai chez moi !

  2. Flo Makanai says

    Ah oui, MC, vraiment trop tard, mais dimanche matin, je n’aurais jamais eu l’énergie de sortir mon appareil photo, avant que nous entamions ce pain. Je pense que ce pain vous plairait, par chez toi, car il est dense et bien goûteux. Tu me diras!

  3. Stéphanie says

    Ah je confirme, boulanger en étant malade, c’est vraiment pénible et ça m’est arrivé le weekend dernier. Mais tu as un don incroyable, ça réussit toujours aussi bien même malgré ta fatigue! Bravo!!!

  4. Mamzelle Gwen says

    Même KO tu fais des merveilles ! Allez file te reposer, zou !

  5. Alice says

    Whaoou .. une belle réussite ce pain … sans dépenser une energie considérable ! j’aime beaucoup le récit !

  6. pompelpot says

    En effet, tu en as eu du courage! Mais quelle récompense ce visage gourmand de ta fille! Qu’est-ce qu’on attend? Ben, je crois qd même que tu as un talent particulier pour la boulangerie;) N’empêche, par ce billet qui se lit comme une belle histoire, tu me mets l’eau à la bouche, et me donnes envie d’essayer… Bonne semaine

  7. titione06 says

    je vais sans tarder faire ta recette,ce sera le 4eme 1 2 3,celui là me plait bien avec le lait d’avoine.CE wkend j’ai fait le pain aux cerises(canneberges pour moi)et chocolat ,pas pu prendre des photos,il aeté manger trop vite,mais quesqu’il était bon!christiane

  8. Anonymous says

    Tu es bien courageuse et je te felicite ma chère Flo.
    J’èspère que tu vas vite aller mieux.
    Françoise

  9. Flo Makanai says

    Merci pour vos comm à toutes! Je me suis encore régalée de ce pain ce matin, avec une bonne tasse de thé, dans la maison toute silencieuse, ça fait du bien…

    Christiane, ravie que le pain cerises (airelles)-chocolat ait tant plu chez toi :)

  10. La Curieuse says

    J’espère que tu vas mieux aujourd’hui. Même malade, je trouve toujours assez d’énergie pour aller cuisiner et boulanger pour ma petite famille. C’est un bonheur pour moi de les voir se régaler à table tout en racontant leur journée et je ne veux pas rater ces moments-là.
    Bonne journée.

  11. Anonymous says

    Comme c’est tjs aussi bon de se délecter de tes recettes boulangères! celle là doit etre divine dès le petit déj!
    Et ta choupinette est trop mimi!!

    biz
    ELIZ
    instantssaveurs

  12. Botacook says

    Voilà le genre de pain que j’aimerais avoir le temps de faire et réussir. Dès que j’ai un peu de temps, j’aimerais bien essayer… Soigne-toi bien!

  13. Akai says

    Il a l’air vraiment bien bon ca pain!
    Depuis que mon levain est en forme, c’est un vrai plaisir de boulanger!
    J’ai juste un soucis avec ta formule 1,2,3. Je trouve que la pâte est fort voir trop liquide. Les fois où j’ai testé cette méthode, je l’ai fait avec une farine t65. Tu penses que c’est parce que je n’y ai pas mis de farine complète que c’est trop liquide?

  14. mamapasta says

    bonne idée ce pain au lait d’avoine, j’espère qu’il t’a redonné des forces pour guérir, les virus pullulent cet hiver

  15. ~marion~ says

    Oh là là trop mimi la poulette qui dévore une bonne tranche de pain à la confiture :-) Ta miche au levain a l’air tout aussi délicieuse que celle de mon boulanger allemand, prête à ouvrir ta propre boutique?? ;)

  16. Flo Makanai says

    Akai, une pâte 1.2.3 peut-être trop liquide car :

    - la farine manque de gluten. Toutes les T65 ne sont pas identiques, certaines ont peu de protéines (moins de 10%). Tu peux peut-être ajouter 2 c. à soupe de gluten pur à ta farine et voir si cela fait une différence?

    - plus la farine est « blanche », moins elle absorbe d’eau; d’où l’intérêt de rajouter des farines plus complètes car elles boivent plus d’eau, ce qui équilibre la pâte. Les céréales complètes ont, de plus, des atouts nutritionnels, et l’acide phytique qu’elles contiennent et qui gêne l’assimilation de certains minéraux est très très affaibli par le levain naturel donc il ne faut pas hésiter à en utiliser;

    - la meilleure méthode pour le 1.2.3 est de mélanger dans un premier temps levain, liquide et farine à la cuillère en bois puis de laisser reposer 30-60 min. Ensuite on ajoute le sel, on mélange un peu à la cuillère, on verser sur le plan de travail et on pétrit « à la bertinet », donc vigoureusement -voir billet plus bas sur ce point-. De cette façon, on n’a pas à travailler la pâte tout de suite, lorsqu’elle est terriblement collante et molle. Après autolyse -cette période d’attente sans sel où les farines prennent le temps de s’humidifier-, la pâte a déjà pas mal de tenue.

    - si une fois tout ceci respecté -assez de gluten; des farines plus complètes; l’autolyse- la pâte est toujours molle, c’est bien de lui donner plusieurs plis: on tire un bout de la pâte vers le haut et on rabat ce bout sur le reste de la pâte, on tourne le bol d’1/4 ou 1/5 de tout et on recommence, jusqu’à avoir étiré et replié toute la boule de pâte. On fait ça 2-3 fois dans les 2 premières heures de levée de la pâte, ça donne sensiblement plus de tenue à la pâte.

    - l’eau peut avoir un impact aussi. Essaie avec une eau de source par ex, vois si tu as une différence?

    - peut-être qu’une pâte très hydratée n’est pas ce qui te convient. IL suffit de diminuer systématiquement la quantité de liquide. Tu calcules 2 fois le poids de levain en poids de liquide et tu enlèves systématiquement un peu de ce liquide, que tu peux garder de côté le temps de pétrir, au cas où tu changerai d’avis.

    - l’atout d’une pâte bien hydratée, c’est qu’elle sera bien alvéolée à la cuisson et sa mie sera élastique comme il faut.

    Marion, pas de projet de boutique en vue, mais ce n’est pas parce que cela ne me plairait pas ! Je ferai bien de la boulange mon gagne-pain (quel jeu de mot ;-))!

    Merci à toutes pour vos comm. Ma fifille n°2 est à la maison aujourd’hui car fièvre dès le réveil, la n°3 avait 39 au réveil aussi, la n°1 est en classe mais gros mal de gorge… Je me sens mieux, mais on ne peut pas dire que la famille Makanai soit sortie de la grippe…

  17. Alexandra says

    « Qu’attendez-vous? ;-) »
    une photo ! :-) et oui, c’est domamge pour cette fois-ci, quant à moi, j’essaierai samedi

  18. Anonymous says

    Bonjour,
    Je découvre ton blog et la boulange « sans map ». je suis une adepte du pain à la cocotte cra il est rapide et très bon. Cependant j’ai une question qui te fera sans doute sourire! Comment fias tu pour avoir d’aussi beaux pains? J’ai beau essayé de les inciser (avec couteaux ou ciseuax) , la miche reste lisse et ressemble davantage à une galette qu’à un de tes beuax pains!!
    Karine

  19. Akai says

    merci de ta réponse Flo!
    Je vais tester avec la farine complète.
    En tout cas, mon levain est super en forme maintenant, merci de tes conseils ;-)



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.