Skip to content

Categories:

Je « bocale » : compote de pommes-banane et citron entier, avec une touche de cannelle

Cet été, Mr Makanai et moi avons décidé de nous lancer dans les conserves maison. Bon, pas à grande échelle non plus, mais tout de même.

Objectifs :

  • une année (scolaire) plus détendue, avec des réponses aisées aux « mais qu’est-ce qu’on va bien pouvoir mettre sur la table dans 20 minutes? » et surtout, surtout, (car cela concerne 4 d’entre nous)  avoir cette année des réponses rapides, 5 soirs par semaine, à « qu’est-ce qu’on va emporter à manger à l’école/au boulot demain midi? ».
  • un budget alimentation mieux maitrisé : à nous les fruits et légumes de saison achetés au prix le plus bas et à maturité la meilleure, les promos cuisinées en double ou triple portion, et zou, en bocal [même si oui les bocaux coûtent cher à l'achat mais ils sont réutilisables; et pour leurs couvercles, Sylvie nous prépare un réseau de distribution de couvercles neufs (n'hésitez pas à répondre à son sondage, surtout!) ; oui la cocotte pression (autoclave), commandée aux US (merci Jane pour le tuyau!) coûte cher, (177€ avec les frais de port), mais elle devrait être amortie rapidement, elle est plutôt moins chère que certains stérilisateurs vendus en France, et elle permet de stériliser plus rapidement et, en cas de besoin (viande et produits peu acides), à plus de 116°C, ce qui est indispensable pour supprimer tout risque botulique . Pour en savoir plus, je vous conseille vivement d'aller visiter le blog canadien Conserves, une mine.]
  • une démarche écolo : le crudivorisme m’intéresse énormément, mais dans ma vie réelle, avec mari et enfants et intolérances et tout et tout, nous consommons 2-3 bocaux toutes les semaines (voir notre planning alimentaire hebdomadaire), en période scolaire/universitaire : nous n’avons tout simplement pas le temps et/ou le courage de faire autrement. Fini le bol de riz (2 intolérants) avec des légumineuses et des crudités pour le diner, finie la cantine (2 enfants avec PAI) qui permettait de ne pas avoir à se soucier du repas de midi pour les enfants, finis les oeufs au plat (3 intolérants aux oeufs) pour le diner etc. Or, les bocaux que nous consommions jusqu’ici n’étaient pas réutilisables (encore que recyclables), sauf pour des confitures ou pour ranger divers ingrédients. Sans compter que les bocaux du commerce coûtent cher et qu’il me fallait à chaque fois lire la liste de tous les ingrédients, pour mes intolérants, ce qui est plus que casse-pieds et chronophage… Alors que nos bocaux maison, eux, sont lavables et réutilisables (surtout si le réseau de couvercles neufs de Sylvie voit le jour) et nous savons très exactement ce qu’ils contiennent : rien que du bon pour nous tous!
  • Et puis c’est rigolo (quoique du boulot!) et c’est bon! Même si c’est à l’opposé exact de la cuisine qui a mes faveurs, c’est-à-dire une cuisine de saison, fraîche, la plus crue possible et de l’instant… Mais, je le rappelle, nos intolérances alimentaires (et, soyons objective, la réalité de la vie avec deux parents qui travaillent loin de leur domicile et 3 enfants encore jeunes) nous ont contraints, Pascal et moi, à assouplir nos choix. Et puis « bocaler » n’exclut pas le bio (ou au minimum le Label rouge en matière de viande, quand le bio est tout simplement inabordable, ce qu’il est malheureusement souvent car nous devons exclure les oeufs, le soja et le fromage, si bien que les protéines chez nous sont (redevenues) souvent animales…), le local (l’essentiel de nos légumes sont cultivés à 10 minutes de chez nous) et, toujours, les aliments de saison. Enfin, nous mangeons/mangerons nos bocaux avec des crudités de saison et uniquement si on n’a pas le courage/le temps/l’argent de faire autre chose à manger

Je vous passe les bocaux de sauce tomate, classiques (encore que j’y ai mis un fond de vin rouge et surtout des quantités impressionnantes d’herbes du jardin : estragon, sauge, persil, thym et marjolaine. La sauce, qui a longuement mijoté, a ensuite été passée au moulin à légumes. Miam!). (N.B. : je viens de voir la recette de sauce tomate de Karen, à la crème de soja et curcuma, mmm, très intéressant ça!).

Je vous passe aussi les bocaux de poulet [Label Rouge] aux légumes de saison (pas une réussite, à perfectionner, mais le bouillon fait avec les carcasses puis congelé est une merveille).

Un petit mot sur les bocaux de pois chiches, stérilisés dans ma cocotte-minute : quelle erreur! Un bocal (sur 3) a explosé! Depuis, j’ai reçu la cocotte Presto et lu qu’il ne fallait jamais stériliser les bocaux de féculents sous pression, mais seulement à l’eau bouillante. Je le saurai…

R.A.S. concernant nos quelques bocaux de haricots verts (si ce n’est que ranger les haricots bien droits dans les bocaux, c’est pas mon truc. J’en referai façon Karen: dans le désordre!)

En revanche, mention spéciale pour ma compote de pommes-bananes et citron avec une touche de cannelle!! A faire, refaire, refaire, à l’eau bouillante et non pas en cocotte-minute ou autoclave fermé, la compote bouillonnant beaucoup et étant susceptible de faire exploser les bocaux (ai-je lu).

compote-pomme-banane-citron-mok

Les ingrédients(pour 1 kilo de pommes, mais il est bien certain que l’on aura intérêt à multiplier la recette pour cuisiner 5-6 kilos de pommes d’un coup)

  • 1 kilo de pommes
  • 1 banane
  • 1/2 citron (bio, comme les autres fruits de préférence, mais là c’est tout spécialement incontournable car vous allez cuisiner la totalité de l’agrume, pulpe et peau)
  • 60g de sucre de canne (non raffiné, mon préféré au quotidien est le blond de canne Priméal)
  • 1/2 c. à café de cannelle en poudre

La recette

  1. Laver les pommes, les couper en 4, sans les éplucher ni les épépiner. Les mettre dans une grande cocotte.
  2. Eplucher la banane, (arrêter tout et se renseigner sans plus tarder auprès de sa mairie si on n’a pas encore de composteur pour y mettre la peau!), la couper grossièrement en 2-3 morceaux, ajouter aux pommes.
  3. Laver bien soigneusement le demi citron, en extraire le jus, éliminer les pépins, verser le jus et l’écorce coupée en 3-4 morceaux avec les autres fruits.
  4. Sucrer (on rectifiera avant de mettre en bocal).
  5. Placer la cocotte sur feu doux, avec 1/2 verre d’eau. Laisser cuire jusqu’à ce que les fruits soient fondants.
  6. Passer le tout au presse-purée, pour éliminer les pépins, les peaux, les morceaux d’écorce un peu durs, et pour avoir une texture de mousseline, délicate.
  7. Vérifier que la compote est sucrée à votre goût, ajouter la cannelle, bien mélanger.
  8. Consommer la moitié de suite Verser dans des bocaux bien propres, fermer hermétiquement et stériliser à l’eau bouillante 30 minutes.
  • Vérifier que les bocaux sont bien stérilisés en essayant de les ouvrir sans succès (sinon, on poursuivra le temps de stérilisation à l’eau bouillante).
  • Quand les bocaux sont secs et froids, coller des étiquettes, entreposer.
  • Eviter de consommer dans les jours ou semaines qui suivent (ce qui est totalement râté chez nous, nous avons consommé les 6 pots de 750 ml, déjà… On a encore beaucoup à apprendre sur les conserves maison…) (mais il fallait qu’on s’assure qu’on avait bien fait ;-) !). Ou si vous craquez, eh bien réjouissez-vous : la saison des pommes débute, c’est le moment d’empiler les bocaux! (8 kg de prunes, 5 kg de poires et idem de pommes à la maison ce jour, ça va bocaler sec chez les Makanai ce week-end!).

compote-pbc-seule

Print Friendly

Posted in Conserves, Fruits, Sans gluten, Sans lait, Sans oeufs, Sucré sans sucre ajouté, Végétarien.

Tagged with , , , .


37 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. caroline says

    ha oui! vive les conserves maisons!!! grace à notre potagé cette année nous avons fait des choux fleur, sauce tomate, ratatouille, haricots verts, petits pois, poivronade…
    et grace à une amie maraichère, à nous confiture de pêches, nectarines, fraises, abricots et compote en tout genre…
    Dans ma famille nous « bocalons » depuis toujours, ca me rappelle la corvée d’écossage des haricots en grain, quand j’étais petite ;)

  2. MC says

    Bravo, Flo! Ta compote est superappétissante. J’admire ton énergie et ton esprit d’organisation.

  3. Mlle Pigut says

    C’est vraiment une bonne option les bocaux maison, plus sains que les produits industriels et idéaux pour les repas rapides!
    Cette recette de pomme banane à l’air parfaitement somptueuse, bravo! En plus, ça tombe bien, on vient de m’offrir 3 kilos de pommes et je pensais en consacrer une bonne partie à des compotes!
    PS: Je ne comprends pas pourquoi tu as barré « Consommer la moitié de suite », c’est pas comme ça qu’on fait? Zut, moi qui utilise toujours cette méthode…

    • Flo Makanai says

      :-) ! C’est qu’en principe, quand on prépare des conserves, on est quand même supposer conserver ;-) !

  4. Anne says

    tu es trop forte ma Flo…
    ton site est une mine, j’adore <3
    Les bocaux… toute mon enfance chez mes grand-parents… et galère aussi hein !!! marre de ramasser, écosser, peler gnagnagna tout l’été…
    Mais quel plaisir d’ouvrir ces bocaux après hummmmm… le parfum gourmand intact…
    Ta recette elle me fait trèèèèèèèès envie.
    Ah ça me fait penser aussi, j’ai une recette de terrine de lapin mortelle… enfin sauf qu’on commence à ne plus manger de viande ;S …
    Si j’arrive à soutirer la recette à ma grand-mère que j’aime…
    Bon bocalage ma Flo !!!

    bisous ;)

  5. Flo says

    Coucou Flo, oh la la quel boulot. L’hiver dernier j’ai pris un cours sur les conserves, et je me suis rendue compte que je me limitais aux confitures et sauces tomate alors que beaucoup de choses sont possibles. Mais je me demande, pourquoi ne pas congeler? Quels sont les avantages de la mise en bocal vs la congélation?
    En tous cas bon courage, et des bises!

    • Flo Makanai says

      Un COURS sur les conserves? Ca devait être super intéressant! Qu’as-tu appris de fondamental?

      La congélation (dont je me sers aussi) a ses limites :

      - j’ai horreur de manger des plats préparés surgelés, je ne peux pas m’y résoudre. Je ne congèle donc que des produits non travaillés, à l’exception des bouillons essentiellement. Je ne congèle que des fruits, légumes, viandes et poissons « tels quels ». Sinon, je sais que plusieurs mois plus tard, ça n’aura pas été consommé et que je jetterai…

      - c’est bien plus pratique d’ouvrir un bocal et de le réchauffer en quelques minutes à la casserole ou de verser dans une ou plusieurs boîtes repas pour le lendemain que d’avoir à sortir le plat du congélateur 24h à l’avance, le laisser décongeler au frigo puis le manger ou de le répartir dans les boîtes.

      - pas question de faire des portions individuelles surgelées parce que : ça prend une place folle dans le congèl + ce sont des plats préparés surgelés donc moi je n’en mangerai pas (voir plus haut) donc ça m’obligerait à me faire quand même un repas spé la veille au soir + les boîtes perdent beaucoup d’eau en décongelant dans les sachets de transport des uns et des autres.

      - mes filles n’ont pas d’autre choix que réchauffer leurs plats au micro-ondes, dans leurs écoles. Je leur demande donc ne pas réchauffer plus d’1 min 30, et si elles avaient des plats surgelés, elles devraient utiliser ces fours-là, dont l’innocuité n’est pas du tout certaine, de façon bien plus longue, donc potentiellement dangeureuse.

      - je préfère les bocaux pour les préparations cuisinées en conserve (ex: sauce tomate cuisinée, compotes etc.)mais je préfère la congélation pour les produits non travaillés (ex: haricots verts, prunes, etc.). J’utilise donc en fait les deux méthodes de conservation, pour des produits différents.

  6. Gwen says

    Pour stériliser les bocaux, je béni mon four combiné-vapeur :D ET puis, je peux même stériliser des petits bocaux pas pleins sans risque qu’ils se retournent comme dans l’eau.

    • Flo Makanai says

      Tout le monde n’a pas eu la chance de se faire offrir un tel four lors d’une opé promotionnelle!! (veinarde ;-) !)

  7. flo says

    Tant d’énergie, ça m’épate.
    Y a pas à dire, tu as de la ressource. :)

    Mes parents ont toujours mis en bocaux les légumes du jardin, et j’ai toujours trouvé que c’était bien meilleur que quoi que ce soit d’autre trouvé dans le commerce. L’idéal pour avoir des repas équilibrés et sains en hiver.

  8. ManueB says

    J’ai découvert les bocaux l’année dernière où j’ai privilégié les fruits du jardin comme les pêches, les mirabelles. Je n’ai pas encore faire des bocaux de légumes, il y en a très peu au jardin (ils ne poussent pas bien).

    L’hiver j’ouvre un bocal de pêches ou de quetsches et ça nous rappelle l’été !!!

    manue

  9. Tiuscha says

    Je n’avais pas compris que cette recette était une conserve. Mais là, pas vraiment besoin d’autoclave. Un bouilleur basique suffit. Je fais surtout des conserves de fruits au naturel (quitte à en faire des compotes plus tard), avec les fruits du jardin et c’est un peu à la chaîne !

    • Flo Makanai says

      Pas besoin d’autoclave pour les compotes, en effet, et ce n’est même pas forcément recommandé. Encore que la marmite Presto facilite le boulot parce qu’on peut y loger beaucoup de bocaux sans avoir à les protéger les uns des autres avec des torchons.

  10. Sophie says

    Quel courage…. même si je sais les raisons qui te poussent à faire tout cela, mais quid des vitamines, enzymes et autres nutriments que les aliments apportent ! je suis passé du côté « obscur » de la cuisine en lisant le livre L’alimentation ou la troisième médecine du Dr Seignalet et on frissonne à l’idée de faire cuire un aliment…. terrifiant alors en ce moment vive le cru ! mais bon faut être réaliste et cette compote a l’air fort bonne je vais tester une version crue au jazz max (à déguster de suite of course !) quoique sous vide on peut conserver aussi….
    bon courage et merci bocaux : ) pour toute ces recettes

    • Flo Makanai says

      Je me suis aussi beaucoup posé la question des inconvénients nutritionnels de la cuisson de cette façon. D’autant que j’ai lu tout récemment Rhumatismes : et si votre alimentation était coupable ? : Comment éviter l’arthrose, l’ostéoporose, les arthrites, les tendinites, etc., en mangeant autrement

      Mais, comme tu dis, il faut être réaliste et:

      - mes filles seraient très malheureuses si je ne leur proposais que du cru pendant que leurs amis mangent frites, poulet, pâtes etc à la cantine, à côté d’elles…

      - Pascal aussi trouverait ça très dur et aurait ++ envie de « craquer », si bien que le régime d’exclusion aurait grand mal à être suivi

      - ça me demanderait énormément trop de travail de TOUT faire cru, parce qu’il faut des produits de première fraîcheur tout le temps + des préparations plus longues que « plif, plaf, plouf bocal dans boîte » et zou, céréale sans gluten en cuisson vapeur dans le cuit-vapeur électrique !!

      - mon four fonctionne mal en fonction déhydrateur à 45°. Je suis obligée de m’en servir dans les 75-80°, donc trop chaud par rapport à ce qui est recommandé pour conserver tous les atouts nutritionnels des aliments, et je n’ai pas du tout les moyens actuellement d’acquérir un déshydrateur.

      - ma fille aînée et moi ne pouvons pas laisser nos boites repas dans un frigo avant le déjeuner. Ne transporter que du cru, préparé la veille au soir, sans réfrigération pendant 5-6 voire 7 heures, me paraît vraiment risqué.

      Quant au sous-vide, on y a pensé avant de « basculer du côté obscur des conserves », on a pesé le pour et le contre et:

      - c’est très consommateur de plastique, non recyclable, alors que le bocal de la conserve se nettoie, réutilise et se recycle;
      - je crois que j’aurais + que du mal à me résoudre à manger du sous-vide. Ca me dégoûte, a priori… Question d’habitude, sans doute…

  11. cookiz says

    Ca me rappelle les compotes de mes parents! ma mère faisait des cueillettes de pommes quand j’étais petite et elle ramenait des cagettes de pommes en quantité! Mes parents préparaient aussi du jus de pomme qu’ils mettaient dans des bouteilles stérilisées. SUCCULENT!

  12. ln says

    je ne fais pas de conserves à la maison, juste des confitures de temps en temps.
    je ne suis pas sure d’avoir le temps en ce moment, je congèle plutôt, mais je me pencherai sur la question ! ( l’année prochaine héhé)

  13. annie says

    bonne idée pour utiliser mes pommes cette année il y en a tellement que ce sont les frelons qui les finissent!! ça à l’air bien bon.
    Moi aussi je conserve depuis plusieurs année,j’ai pas mal de fruits et légumes dans mon potager, et c’est bien meilleur que les boites et comme tu dits au moins on sait ce qu’il y a dedans; je fait surtout des sauces tomates, ketchup,chutneys,fruits et légumes au naturel, quand les enfants étaient en fac sur le continent je leur préparait des bocaux plus sophistiqués bolognaises, viandes…mais je les stérilisait très longtemps à la cocotte minute car effectivement le botulisme est très inquiétant, quant j’ai vu sur le site de Vincent le canneux la marmite Presto ça m’a dessuite intéressée,mais on ne la trouve pas en France (pourquoi?) je ne l’ai toujours pas commandée car j’hésite à commander à l’étranger sur internet en plus je ne maitrise pas trop l’anglais!!!bon on pourrait le faire pour moi,ou l’as tu commandée? sur Amazon? ça marche aussi bien que le site en français?
    merci pour tes conseils
    Annie

    • Flo Makanai says

      On ne trouve pas la cocotte Presto en France parce que c’est interdit chez nous de commercialiser un appareil qui porte la cuisson à plus de 100° environ, si j’ai bien compris.
      Je ne sais pas exactement pourquoi, s’il y a un vrai enjeu de sécurité derrière ou des lobbies des conserves industrielles efficaces?!

      Oui je l’ai commandée sur Amazon mais .com, pas .fr, et ça a super bien marché, livraison très rapide etc.

  14. La fourmi des Caraïbes says

    Bravo ! Moi je n’ai encore jamais fait de conserves…
    Pour les légumes cru, il y a aussi les conserves de légumes lacto-fermentés.
    Bizzz

    • Flo Makanai says

      J’ai testé des conserves lacto-fermentées auprès de ma famille et je suis la seule à aimer, car c’est un peu acidulé… Dommage, mais comme je dois faire manger 4 autres personnes et leur faire plaisir, aspect primordial dans ma cuisine…

  15. Végébon says

    Wow, bravo pour cette réflexion courageuse !! Moi aussi j’essaye de réfléchir pour conserver les aliments sans surcharger mon congélateur. J’imagine que tu as pensé à la déshydratation basse température avant de choisir les conserves. Quels éléments ont tranché pour les conserves ?

    • Flo Makanai says

      Comme je viens tout juste de l’indiquer + haut, les inconvénients de la déshydratation basse temp sont qu’il me faudrait acquérir un déshydrateur électrique (et ça coûte cher!) et aussi que mes enfants et mon mari auraient du mal à y trouver leur compte. Ils ont envie de nourritures « normales » d’aspect dans leurs assiettes, et notamment pour mes filles qui mangent en collectivité, ce serait trop dur de ne leur proposer que du « différent »…

      C’est déjà difficile parfois pour eux que je leur propose une cuisine atypique…

      Ceci dit, quand j’aurais l’argent pour, j’aimerais +++ acquérir un déshydrateur pour les fruits, les bases de tarte, les crackers.

      Mais je pense que je continuerai alors aussi les conserves et la congélation… En fait, chaque mode de conservation longue durée a son domaine d’application, aucun de ces modes ne se suffit à lui-même dans ma cuisine.

  16. Corinne says

    C’est très encourageant, merci pour tout ces conseils. Effectivement, le risque du botulisme lié aux conserves me freine énormément… Cependant, la consommation d’énergie phénoménale liée à la congélation est aussi un sacré problème et l’Homme voudrait bien virer notre congélateur. Les conserves ont aussi l’avantage énorme de ne pas craindre les pannes d’électricité ou de congélateur :-)
    Bref, je m’en vais potasser mon botulisme au Canada, et j’avise pour une nouvelle stratégie de gestion des surplus de repas.
    Comme j’y suis, Flo, je suis admirative de votre gestion du temps, entre la famille, les régimes alimentaires casse-têtes, le boulot, le blog, le pain, les conserves, et en plus, des recettes de compotes originales … chapeau bas ! Merci de partager tout cela avec nous.

    • Flo Makanai says

      Merci Corinne :-)
      Notre congélateur est en principe très performant côté conso d’énergie, mais nous avons aussi envisagé à un moment de nous en séparer.
      Et puis finalement, nous sommes contents de l’avoir conservé parce que c’est tout de même génial pour stocker les fruits bien mûrs de saison, que l’on ressort après au besoin pour crumbles ou compotes, les bouillons que, sinon, on a tendance à ne pas utiliser, le poisson frais du marché, que nous consommons ainsi plusieurs fois par semaine ce qui réduit notre consommation de viande etc.
      Je crains qu’il n’existe pas de système parfait…!

  17. Alexandra says

    J’ai commandé mon autoclave, j’attends la livraison !
    Je partage tout à fait ton argument de pouvoir ouvrir de temps en temps une conserve maison toute prête au lieu d’attendre qu’un surgelé décongèle ! Jusqu’à maintenant, je stérilisais mes conserves dans une marmite, une astuce me permettant de dépasser 100°C – il suffit de rajouter quelques cuillères à soupe de gros sel dans l’eau pour atteindre 118°. Il est vrai qu’aucun stérilisateur sur le marché français ne dépasse 100° et en plus ils sont bien chers.

  18. Alexandra says

    Ça y est, je l’ai eu cet après midi ! Incroyable, commandé aux USA lundi, reçu vendredi !

    • annie says

      alexandra comme je le disais ça fait un moment moi aussi que j’ai envie de commander un autoclave, et j’hésite apparament je m’en fais tout un monde, parce que c’est aux USA et que je maitrise mal l’anglais!! s’il te plais ou l’a tu commandé? je pense qu’on paie par CB sécurisée,mais s’il y a un probléme,paquet détérioré ou volé par exemple que se passe t il? et si tu as besoin d’une piéce en SAV?merci de tes conseils
      annie

      • Flo Makanai says

        Annie, très rapidement (pas de temps) : la commande se fait sur Amazon.com et il n’y a vraiment aucun problème de sécurité avec Amazon. Si tu as besoin d’une pièce, c’est vrai, cependant, qu’il te faudra la commander à nouveau sur le site. Et je ne suis pas sûre qu’un SAV soit envisageable…

  19. talons hauts & cacao says

    mais c’est une recette excellente et facile à faire sans besoin de matos spécifique j’adore

  20. Pralines et Canelés says

    J’ai plusieurs fois été tentée par les conserves maison moi aussi mais j’ai renoncé (à part pour les confitures) : nous avons un peu plus de temps et pas de souci d’intolérance alimentaire… mais nous manquons de place pour stocker les conserves et le matériel nécessaire et cela ne me semble pas intéressant d’en faire seulement quelques pots.

    • Flo Makanai says

      Si nous n’avions pas ces soucis d’intolérance alimentaire à la maison, je n’aurais jamais non plus acquis d’autoclave. C’est vraiment parce qu’il nous faut manger si spécialement qu’on s’est lancé là-dedans.

      Pour tous ceux qui peuvent sans peine manger des pâtes, du riz, tous les légumes, tous les fruits, du fromage, des oeufs, du soja et j’en passe, AUCUN besoin de conserves sauf si on a un potager!! Enfin, c’est en tout cas ce qui s’est passé pour nous pendant des années!

      Mais maintenant, c’est si compliqué…

  21. Laurent says

    Je n’y pense jamais ! Les bocaux m’ont toujours fait un peu peur, j’avoue, alors que çà n’a pas l’air si compliqué et que çà permet de s’arranger tout au long de l’hiver…

  22. Christel says

    Bonsoir,
    Ta recette est superbe et je compte la faire cette semaine. Cela tombe bien car cela fait 3 sems que je reçois des pommes du panier bio et je cherche comment les utiliser différemment.

  23. Christel says

    Re Bonsoir,
    Est ce que cela peut se faire avec des pots de confiture? J’ai ma belle-mère qui bocale beaucoup car elle a un jardin potager et en général j’aime . Par contre je ne suis pas trop fan de ses bocaux d’h. vert.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.