Skip to content

Categories:

« Parler pour que les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent »


Une fois encore, je partage ici avec vous un projet mis sur pied par Carinne.

Le thème, après celui des intolérances alimentaires, me touche très particulièrement, moi qui ai du mal à être écoutée par mes ados, et du mal à leur laisser la parole…

Trop loin du lieu de ce nouvel atelier, je ne peux qu’acheter le livre sur lequel il repose, « Parler pour que les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent« , d’Adèle Faber et Elaine Mazlisch (Le connaiss(i)ez vous ? Je n’en avais jamais entendu parler avant…)

Je vous en reparlerai, une fois lu, c’est sûr !

Place aux mots de Carinne (que vous pouvez recevoir par mail en vous abonnant à son site) :

« Nous avons un rêve… mais ce rêve peut devenir une réalité, il est déjà en marche…

Nous rêvons tous que les enfants d’aujourd’hui deviennent les adultes de demain épanouis, empreints à l’empathie, capables de coopération, ouverts au monde et à sa diversité, créatifs… Aujourd’hui, l’éducation est un enjeu majeur dont nous nous devons de prendre la mesure, mais que nous devons surtout, prendre en main. Une éducation centrée sur la nécessité d’apprendre à faire ensemble, sur le besoin d’éduquer pour élever les consciences. J’ai été éveillée à cela grâce à Isabelle Peloux, institutrice à l’école des Colibris mais aussi avec ma meilleure amie qui a suivi un atelier d’éducation non violente peu après la naissance de sa petite fille, turbulente et au caractère bien trempé ;-) Oui, une autre éducation est possible, pour le bien-être de nos enfants mais aussi le mieux-être des parents.

Afin d’aider les parents mais aussi tous les adultes qui se sentent concernés, l’association vous propose l’Atelier des parents « Comment parler aux enfants pour qu’ils écoutent ». Cette pédagogie,  pour une éducation positive et non violente, se présente sous la forme de 7 ateliers d’entrainement à la communication adulte enfants. Elle est basée sur l’enseignement d’Adele Faber et Elaine Mazlish, auteures de plusieurs livres internationalement primés dont le plus célèbre  » Parler pour que les enfants écoutent et écouter pour que les enfants parlent ».

Cet atelier est destiné aux parents et aux adultes qui désirent améliorer leur mode de communication avec les enfants. Il présente une approche lucide, sensible et respectueuse qui diminue le stress et augmente les gratifications, tant pour les adultes que pour les enfants.
On y présente des techniques à la fois concrètes, pratiques et surtout efficaces. Les habiletés sont faciles à apprendre et elles sont directement applicables à une foule de situations de la vie quotidienne.

Les participants à l’atelier apprennent entre autre :
•  comment s’y prendre avec les sentiments négatifs de l’enfant, ses frustrations, ses déceptions, sa colère, etc. ;

•  comment susciter chez l’enfant le désir de coopérer ;
•  comment mettre des limites fermes tout en conservant un climat d’ouverture ;
•  comment éviter le recours à la punition ;
•  comment favoriser l’image positive de l’enfant ;
•  comment résoudre les conflits familiaux dans une atmosphère de calme.

Comme nous le souhaitons depuis sa création, l’association met en point d’honneur à vous proposer des moments de rencontre et d’échange de qualité afin de vous permettre de vous ouvrir aux nouveaux modes de vie alternatifs. Ce sujet nous tient particulièrement à cœur. Je vous invite à visionner également sur ce sujet, cette vidéo qui illustre bien ce propos.

Aussi, venez rencontrer notre intervenante, Geneviève Lorendeau et vous informer sur ces ateliers, le jeudi 15 novembre à 19h, pour une réunion d’information qui leur est spécialement dédiée.

Cette réunion et ces ateliers auront lieu dans les locaux de l’association « La Quête de l’Ange » à Prades Le lez. Cette réunion est gratuite et ouverte à tous donc n’hésitez pas à communiquer autour de vous.

 Carinne

Association « Être et autres savoirs »

Toutes les infos sur le web www.etreetautressavoirs.fr« 

Quant à moi, je suis preneuse de toute piste concernant l’éducation non violente…

Print Friendly

Posted in Enfance, Evènements publics.


18 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. caroline says

    Cet ouvrage doit être très interesant, effectivement. Moi même je me pose parfois des questions notemment avec mon plus grand qui hélas (pour lui et/ou pour nous) a dût hériter du caractère négatif de ma maman : comment le booster, lui donner confiance… sans être opressant?
    Vaste question et autant de réponses que de parents…

    Bonne soirée

    caro

    • Flo Makanai says

      Oh oui vaste question… Je n’ai pas de piste à proposer pour ton grand garçon, si ce n’est peut-être (j’avance ces mots avec d’énormes pincettes, toute non spécialiste que je suis) de ne surtout pas faire de lien entre le caractère de ton enfant et celui de ta maman… Parce qu’il me semble que cela nie un peu trop le fait que chacun, ton fils y compris, est absolument unique à sa façon… Et puis c’est sans doute un peu désespérant pour vous tous, cette sorte de fatalité de transmission…Mais je me trompe peut-être.
      Excellent dimanche, Caro.

  2. Anne-Liesse @ Bulle et Blog says

    Ça fait des années que la Cause des Parents (l’asso dont je suis présidente, Flo) propose des ateliers Faber & Mazlich à la Maison de la Parentalité et de la Naissance, à Lyon 4°. Ils rencontrent beaucoup de succès.

    Je n’ai moi-même pas suivi d’ateliers mais ai assisté à une conf et ai lu tous les bouquins. Ils font beaucoup avancer… mais ce n’est pas toujours facile d’appliquer ces conseils. J’aime l’idée d’écouter les émotions de l’enfant. Encore faut-il ne pas être submergé par les siennes propres…

    « Jalousies et rivalités dans la fratrie » (un autre de leurs titres) est sur ma table de nuit : il faut que je trouve le courage de m’y replonger !

    • Flo Makanai says

      Je crois que je vais peu à peu lire les autres ouvrages aussi… Et celui que tu mentionnes sur les jalousies et rivalités me serait d’une grande aide, j’en suis certaine !
      Ce n’est nécessairement pas toujours facile d’appliquer les bonnes idées que l’on lit ailleurs, mais les avoir lues est tout de même un plus, et cela fait peu à peu son chemin… Et puis il y a des moments où c’est tellement évidemment LA réponse dont on a besoin à ce moment-là que la mise en application est instantanée et vous change la vie, je trouve…
      Merci d’avoir apporté ta pierre ici, Anne-Liesse :) Ce doit être tellement riche de présider une asso comme la tienne!

  3. Carinne says

    Coucou Flo,

    Merci pour ce relais d’info ;-) L’atelier des parents a aussi lieu partout en France. Tu peux retrouver via l’association ‘le Grand atelier des parents » tous les animateurs formés à cette pédagogie (http://www.legrandatelierdesparents.fr/crbst_7.html).
    Pour répondre à Anne Liesse : ces ateliers apprennent aussi aux adultes que nous sommes des êtres dictés par des émotions et nos sentiments. La colère, la tristesse, le regret etc. sont des émotions que nous ne devons pas essayer de combattre mais de comprendre pour mieux les canaliser. C’est cela, qu’à mon avis, nous devons transmettre à nos enfants. Par exemple en leur expliquant nos émotions… pour qu’ils se sentent en confiance d’exprimer les leurs : « Oui, je suis en colère pour telle et telle raison, je suis désolée de m’être énervée contre toi ».
    Voici une phrase de H. Ginott qui résume bien cela : « Tous les sentiments sont légitimes, les comportements ne sont pas tous acceptables » .

    Belle journée à vous,

    Carinne

    • Anne-Liesse @ Bulle et Blog says

      Merci, Carinne, pour cette magnifique réponse. Je bénéficierais du suivi d’un atelier ;-)

      Notre psy « maison » à l’asso parle beaucoup de bienveillance envers soi-même (et les autres, of course) : j’adore ce mot/cette idée…

      • Flo Makanai says

        J’adore aussi cette notion de bienveillance, extrêmement bénéfique, et parfois bien difficile à s’auto-appliquer…

    • Flo Makanai says

      La phrase de Ginott est tout simplement formidable, elle donne tant de sens et de clarté… Merci +++ Carinne.

  4. Titi says

    J’en avais beaucoup entendu parlé et je l’ai lu il y a quelques mois. Il est très bien et donne beaucoup de pistes à explorer. Mais bizarrement c’est leur opus précédent (parents épanouis, enfants épanouis) qui m’a fait le plus avancer à sa lecture. Il donne peut être moins de recettes mais la manière dont les errances/erreurs des auteurs est décrite m’a beaucoup aidé à déculpabiliser de ce que je ne fais pas bien (ou comme je voudrais que ce soit bien) . J’ai l’impression que le travail sur moi même est beaucoup plus efficace quand il n’es pas pollué par la culpabilité.

    Je vais aller explorer le site de l’atelier des parents, ça m’intéresse, merci pour le lien.

    • Flo Makanai says

      Ah, ça me parle +++ cette question de la culpabilité, et moi aussi je recherche des paroles vraies, des récits d’expériences honnêtes, de parents, alors je crois qu’après lecture de ce livre (que je trouve passionnant), je commanderai celui-ci… Merci Titi.

  5. Végébon says

    J’ai acheté ce livre pour Hugo, en pensant qu’il ne me servirait pas avant ses 2 ans puisqu’il ne parle pas encore… mais il m’a servi bien avant, pour son papa ! Dès le 1er chapitre, il a compris ce que j’avais échoué à lui expliquer en des années de discussion (et disputes) : comment me consoler quand je suis mal. Lui qui cherchait à me convaincre que mon problème était sans gravité, voire qu’il n’existait pas puisqu’il était sans solution, ça ne faisait que m’attrister. Ce livre a fait disparaitre ces moments :). Je te souhaite une bonne lecture, en espérant qu’il sera aussi éclairant que pour nous.

    • Flo Makanai says

      Bravo à toi pour ces informations que tu recherches si tôt pour être prête le temps venu ! Quand ma première fille est née, j’étais à 1000 lieues de tout cela, je n’imaginais même pas que cela existait, en fait, je ne connaissais que les classiques des pédiatres et des psy, alors qu’en fait j’aurais eu besoin de témoignages de gens comme moi, c’est-à-dire de parents… (et plus spécifiquement encore de mères!)…
      Je l’ai reçu vendredi, en ai lu attentivement et passionnément le premier chapitre le soir, en jouant le jeu de noter mes réponses sur le livre lui-même, comme prévu. Ca m’a fait réaliser tout de suite certaines réponses par lesquelles je coupe en fait la parole à mes enfants, au quotidien, en dépit de mes efforts pour les entendre, les écouter…
      Mr Makanai était à côté dans le salon, je lui ai lu ce qui me marquait/parlait le plus, cela a tout de suite accroché son attention. Nous en avons discuté, c’était super.
      Pendant la nuit qui a suivi, Bérénice est venue dans notre chambre, bien réveillée et incapable de se rendormir. Eh bien Mr Makanai l’a accueillie par un « Ah? », suivi d’un « Hum », ça nous a fait rire, mais ça a été super ! Puis il a dit à Bérénice « tu aimerais bien dormir avec nous, n’est-ce pas? », alors que sa réponse quand un enfant nous réveille est plutôt « quoi encore? Tu as vu l’heure?! »… Béré a évidemment dit oui, et elle est restée jusqu’à être super calme et que je lui propose (très gentiment) de la raccompagner dans sa chambre parce que MOI je voulais dormir ;) Elle a dit OK, je l’ai recouchée, elle a dormi jusqu’à 10h samedi matin et était en super forme le lendemain!
      Alors merci ce livre, oui…

  6. Prune says

    Voilà un bouquin qui est dans notre bibliothèque depuis la naissance de notre première fille et qui nous a beaucoup aidé, avec d’autres… C’est aussi sympa de pouvoir échanger avec d’autres parents au cours des ateliers, je n’ai jamais suivi de cycle complet mais des ateliers ponctuels et des conférences à la Cause des Parents, justement…

  7. Anne-Liesse @ Bulle et Blog says

    Makanai, c’est vraiment chouette : on y retrouve même des usagers de la Cause des Parents ;-)))

  8. Anne F says

    Les bouquins des mêmes auteures sont tous d’une grande richesse (on y retrouve bien sûr les mêmes principes déclinés)…
    Comme tu commences par parler de tes « ados » avec qui ça n’est pas simple, j’attire ton attention sur le fait qu’il existe la version « parler pour que les ados écoutent, écouter pour que les ados parlent »…



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.