Skip to content

Categories:

Accepter où tu es

Il est souvent question de s’accepter tel(le) que l’on est. Mais accepter l’on est est moins discuté, je crois.

Une année, nous avons rencontré une femme qui nous a dit « nous sommes tous exactement où nous devons être. »

Je me souviens de l’image qui m’est venue en tête : une Edelweiss en train de pousser fièrement dans une roche gris anthracite. Peut-être cette image a-t-elle été évoquée par cette femme ce jour-là, d’ailleurs, je ne sais plus.

Récemment, j’ai repris la lecture de Being OK with Where You Are, de Stacey Thacker, que j’ai envie de traduire par « Accepter où tu es ».

Un livre évidemment acheté dans un moment où l’impression était puissante que où j’étais ne me convenait pas, et donc l’illusion intense que l’herbe serait plus savoureuse, l’air plus doux, etc., etc., ailleurs.

L’auteur écrit ceci

« I used to think I was a perfectionnist, but now well into my forties I have realized I don’t want things to be perfect. I just want my things to go according to my plans. »

puis

« I am unwilling to surrender my version of how life should go. »

Ce qui résonne en moi : je ne veux pas que les choses soient parfaites, je veux que ma vie se déroule comme je l’ai prévu et je n’ai pas envie d’abandonner ma vision de ce qui doit être.

Plus loin encore, cet aveu :

« I want to surrender before the wrestling. » 

J’ai envie de me rendre avant la bataille.

L’auteur précise que nous avons tous notre libre arbitre (free will).

Accepter où je suis : un choix, qui n’appartient qu’à moi, et qui me fera(it) du bien.

J’ai envie de lire le livre de Brené Brown, sur le pouvoir de la vulnérabilité. Il est possible que je puisse entendre, aujourd’hui, là où je suis, ce qu’elle y partage.

15 minutes. Bonne journée, à demain.

Print Friendly

Posted in 15 minutes pour moi, La vie, Livres.


7 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Naomie says

    Merci Florence Arnaud pour votre partage, vos mots résonnent en moi ce matin alors que j’a la tête dans le brouillard , « a gently reminder » ;-).
    Je suis le travail de Brené Brown depuis quelques années, je la trouve très inspirante en particulier son livre « La grâce de l’imperfection »
    Merci aussi pour votre blog et votre livre, inspirant de sentir que vous avez trouver votre équilibre aussi dans votre assiette :-)
    Naomie

    • Florence Arnaud @ Makanaibio says

      Merci Naomie. Je n’ai pas lu ce livre-là de Brené Brown, mais elle rappelle les 10 « clés » qu’elle a énoncées dans ce livre dans son ouvrage sur la vulnérabilité, et cela semble extrêmement riche.
      Oui, côté assiette, ça va. Il reste… tout le reste ! Non, j’exagère, bien sûr.
      Merci à vous pour votre lecture de Makanai.

  2. Anne-Liesse says

    Ouh, il me dit bien ce livre-là, et celui de René Brown aussi d’ailleurs ! Merci, Flo !
    Depuis que j’ai la quarantaine, je trouve que j’accepte mieux d'(en) être où je suis. Le yoga aide, et la méditation aussi, probablement. Mais ce n’est pas tous les jours évident, on est bien d’accord, même si je suis beaucoup moins dans la lutte – et dieu que c’est bon…

    Good day to u, girl! xo

Continuing the Discussion

  1. Lever le voile de "ça va" - MakanaiMakanai linked to this post on 8 mars 2017

    […] : la phrase « lift the veil of fine » me vient de Being OK with where you are. Dans ce livre, l’auteur va en fait plus loin, elle parle de […]

  2. Accorde-moi - MakanaiMakanai linked to this post on 9 mars 2017

    […] Je suis là où je suis et dois être, soit, et je n’y peux rien. […]

  3. La honte - MakanaiMakanai linked to this post on 17 mars 2017

    […] Tard dans la nuit, hier, j’ai repris la lecture du livre de Brené Brown, le pouvoir de la vulnérabilité. […]



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.