Skip to content

Categories:

Piégée

Hier, elle était douce, l’avalanche, finalement.

Aujourd’hui, je me sens, non pas vulnérable ou fragile mais nue, réduite à ma structure la plus élémentaire.

Pas de chichis, de trompe l’œil, de surplus, de fard.

Le voile est levé, la lumière est dure, harsh.

Pas froide, pas agressive. Mais il n’y a rien en trop. Ni devant moi, ni en moi, ni autour de moi.

Moi, l’essence de moi et ma structure corporelle sans atours.

Heureusement, je peux aller dans le jardin, pieds sur le sol, sur la terre, et ça m’ancre et m’apaise. P. est là, attentif, protecteur, il me rappelle doucement tous les possibles pour que je m’ancre, de plus en plus, de mieux en mieux.

Un jour, je recommencerai à sentir la sève qui monte et qui nourrit et irradie, et les bourgeons qui se forment et gonflent !

Un jour, bientôt, je sentirai que mes racines, en exacte symétrie à cette énergie hors du sol, se développent et se délient, foncent à vive allure, toniques et gaies et solides, pour assurer mon assise et permettre ce bel épanouissement de moi, que je verrai, que je savourerai.

Ca sera glorieux, joyeux, lumineux, puissant. J’aurais envie de danser et tous ceux autour de moi aussi !

Il y aura beaucoup de rires, et tellement d’échanges, nos cœurs connectés et une célébration de la vie dans toute sa splendeur et ses promesses !

Hier, mon médecin a levé le voile pour moi. Je savais qu’il fallait que je commence à le soulever. J’ai levé un petit coin du bout des doigts, déjà puissamment gênée. Il m’a amenée, doucement, fermement, à laisser tomber le voile à mes pieds. Il a dit le voile, il a dit ce qui était dessous. Il a examiné ce corps qui me fait très mal, il m’a mise en souffrance, et il m’a arrêtée pour 1 mois de plus, sans me demander mon avis. Je me suis sentie piégée.

Aujourd’hui, aucun faux semblant, aucun faux courage pour faire comme si. C’est essentiel, je sais que c’est bénéfique au fond, mais ce que c’est dur.

Heureusement, je ne suis pas seule, loin s’en faut.

Hier, par exemple, Anne D. m’a envoyé ceci (et à ma demande, m’a autorisée à le partager aujourd’hui avec vous).

Pavot bleu

Oh la beauté ! Oh le cœur qui parle au cœur !

Merci.

Demain sera superbe.

A demain

Print Friendly

Posted in 15 minutes pour moi.


0 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.