Skip to content

Categories:

La mention « sans sucres ajoutés » : information ou marketing ?

Poudre Sans sucres ajoutés 2

Je souhaite vous alerter sur le fait que la mention « sans sucres ajoutés » signifie seulement que celui/celle qui a produit l’aliment n’a pas ajouté lui/elle-même de glucide simple, c’est-à-dire ni saccharose, fructose, sirop de glucose, miel, lactose, jus concentré ou sirop de fruits, par exemple, mais que quelqu’un l’a peut-être fait avant lui/elle dans un des ingrédients du produit fini.

Concernant cette mention « sans sucres ajoutés », tout l’accent doit donc être mis sur « ajoutés ».

Le produit peut très bien être sucré, voire très sucré.

Les allégations nutritionnelles et de santé relatives aux sucre envisagées sous l’angle d’une mousse au chocolat

J’ai publié dernièrement une recette de mousse chocolat noix de coco avec la précision suivante : « sans sucres ajoutés ».

Il faut dire que ladite mousse -qui vaut vraiment le coup de cuillère, si je peux me permettre- ne contient « que » le sucre de mon chocolat à 70%, sucre que je n’ai pas directement employé dans ma recette…

Mousse chocolat noix de coco sans sucre ajouté

Cliquez sur la photo si vous êtes très gourmand(e) et vous aurez la recette !

D’accord, mais… elle contient tout de même le sucre du chocolat qui la compose, lequel « pèse » 32 g aux 100 de de chocolat. Multiplions par 350 g (de chocolat), et nous voici avec 112 g de sucre pour l’ensemble de la mousse, puis divisons par 14 (pots) et nous voici tout de même avec 8 g de sucre par mousse, soit 1,5 cube de sucre blanc, environ.

Ce sucre n’est pas négligeable, 16 fois au-delà des 0.5 g de sucre par 100 g ou ml qui m’auraient autorisée à qualifier mes mousses de « sans sucre » selon la réglementation en vigueur.

Donc ma mousse au chocolat…

  • n’est pas sans sucre, c’est-à-dire sans saccharose (au singulier, sucre et  saccharose, issue de la betterave sucrière ou de la canne à la sucre, sont synonymes) car le sucre du chocolat à 70 % de cacao que j’utilise en ce moment en dessert est de la saccharose ;
  • ne peut pas être étiquetée « sans sucre ». Pour la baptiser telle, il aurait fallu que la quantité de sucre qu’elle contient soit inférieure au seuil légal de 0,5 g de sucre par 100 g ou ml. Vous noterez que l’allégation « sans sucre » n’exclut donc pas qu’un tout petit peu de sucre ait été ajouté ;
  • contient sans doute des sucres autres que le sucre, alias saccharose, car les laits de soja et de coco sont sources de fructose, et celui-ci est, avec le glucose, le lactose, le maltose, le jus ou sirop de fruits, etc., un glucide simple que la loi range dans la catégorie, au pluriel toujours, des sucres ;
  • peut porter l’allégation nutritionnelle « sans sucres ajoutés » parce que ce n’est pas moi qui ai versé le sucre en poudre dans ma mousse, mais mon chocolat qui en contenait déjà avant que je le fasse fondre !

Qu’est-ce qu’une allégation nutritionnelle ?

Est une allégation : « tout message ou toute représentation, non obligatoire en vertu de la législation européenne ou nationale, y compris une représentation sous la forme d’images, d’éléments graphiques ou de symboles, quelle qu’en soit la forme, qui affirme, suggère ou implique qu’une denrée alimentaire possède des caractéristiques particulières. » (Règlement (CE) n° 1924/2006).

Que signifie vraiment la mention « sans sucres ajoutés » ?

Je suis dans mon droit mais j’estime que je berne, quoi que gentiment, le lecteur ou la lectrice avec la mention insérée dans le titre de ma recette de mousse, qu’en pensez-vous ?

C’est bien sûr ici volontaire, un peu provocateur !

Tout est dans le qualificatif : « ajouté » : peuvent très bien avoir été utilisés pour le produit des ingrédients qui, eux, contiennent saccharose, fructose, sirop de glucose, miel, jus concentré de fruits etc., par exemple !

Juridiquement, le règlement européen n°1924/2006 concernant les allégations nutritionnelles et de santé portant sur les denrées alimentaires régit la mention sans sucres ajoutés.

En annexe de ce texte figure ceci :

SANS SUCRES AJOUTÉS 

Une allégation selon laquelle il n’a pas été ajouté de sucres à une denrée alimentaire, ou toute autre allégation susceptible d’avoir le même sens pour le consommateur, ne peut être faite que si le produit ne contient pas de monosaccharides ou disaccharides ajoutés ou toute autre denrée alimentaire utilisée pour ses propriétés édulcorantes. Si les sucres sont naturellement présents dans la denrée alimentaire, l’indication suivante devrait également figurer sur l’étiquette: «CONTIENT DES SUCRES NATURELLEMENT PRÉSENTS».

En anglais, la mention sera « with no added sugars ».

Attention :

  • les règles indiquées dans ce billet ne valent que pour l’Union européenne : les législations américaines, australiennes, chinoises, etc., peuvent différer ;
  • si vous trouvez un produit étiqueté « sans sucre ajouté », au singulier, cela signifie qu’il ne contient pas de saccharose. Cela ne vous dit rien des autres formes de sucres (fructose, glucose, miel etc.) ;
  • les édulcorants ne sont pas visés par les mentions relatives au(x) sucre(s), ils obéissent à d’autres règles.

Marketing ou information ? Transparence ou tromperie légale ?

Si vous achetez un aliment aux ingrédients naturellement sucrés, prenons un jus de fruits 100% fruits par exemple : il portera l’étiquette « sans sucres ajoutés », mais vous savez que les fruits de ce jus contribuent à une certaine quantité de sucres, en l’occurrence de fructose.

D’ailleurs, conformément au texte vu ci-dessus, sera également présente sur l’emballage de votre jus, la mention « contient des sucres naturellement présents ».

La mention « sans sucres ajoutés » ici vous permettra par exemple de différencier le jus du nectar, qui contient fruit, eau et sucre ajouté -ou plutôt « surajouté » à celui du ou des fruits.

Elle vous rassurera sur le fait qu’aucun autre sucre que celui que les ingrédients comportent naturellement n’a été ajouté et elle n’est pas trompeuse à mon sens. On comprend bien l’étiquetage et la volonté marketing d’affichage n’induit pas le consommateur en erreur, qu’en pensez-vous ?

Mais ce qui vaut pour l’ingrédient naturellement sucré vaut aussi pour l’ingrédient artificiellement sucré, et c’est là, de mon point de vue, du marketing non vertueux.

J’ai ainsi dans un tiroir une poudre pour faire des crèmes végétales au beurre salé qui, parce que l’un de ses ingrédients est du caramel, contient une quantité importante de sucre.

Je peux le savoir en lisant le tableau d’informations nutritionnelles, obligatoire selon la loi depuis décembre 2016, au dos de mon produit, ainsi que le déduire de la liste des ingrédients :

Analyse nutritionnelle du produit "sans sucres ajoutés" ingrédients poudre sans sucres ajoutés

Mais en gros caractères sur l’emballage, je trouve aussi la mention « sans sucres ajoutés », répétée sur d’autres faces du paquet…

Poudre Sans sucres ajoutés 2

Marketing ou information ?

C’est « vrai » au sens du droit ! L’industriel n’a ajouté ni saccharose, fructose, sirop de glucose, miel ou jus concentré de fruits.

Mais pour le consommateur comme moi, c’est (surtout) un peu faux aussi car 1) l’industriel a ajouté un ingrédient (des éclats de caramel) qui contiennent principalement du sucre et 2) le produit final contient du sucre.

Par ailleurs, comme ladite poudre à flan ne contient pas de « sucres naturellement présents », mais uniquement des sucres inclus non naturellement dans un des ingrédients utilisés, il n’est pas exigé qu’elle porte la mention apposée sur le jus de fruits relative à la présence de sucre(s) dans le produit !

Bilan ? Le consommateur a l’apparence d’un produit sans sucres, sans allégation selon laquelle le produit contient des sucres. Tout est dans la grille d’analyse nutritionnelle, laissée à l’appréciation du mangeur. Lequel se perd plus souvent qu’à son tour entre les pois chiches qui contiennent des sucres, mais des bons lui a-t-on dit et les bonbons qui en contiennent aussi mais des mauvais…

Futé ou… trompeur, je vous laisse juge.

Précision : je veille en ce moment à ne pas ajouter de saccharose ou glucose à mon alimentation, autant que possible, car cela me convient vraiment très bien pour alléger mes problématiques de santé. Je ne suis pas pour autant « contre » le sucre, encore moins les sucres. Oui au miel, par exemple, aux fruits, aux légumes riches en fructose, aux légumineuses riches en sucres, etc., etc., le tout dans la quantité qui ME convient. Car tout est là : chacun de nous est unique, avec des besoins et des réactions, etc., uniques.

P.S. : j’ai vu dernièrement un produit étiqueté « sans additif ajouté ». Redondant ? Non : là aussi, il faut comprendre que le produit contient des additifs mais que ce n’est pas celui qui l’a fabriqué qui les a ajoutés : les additifs étaient contenus dans les ingrédients transformés utilisés pour la recette. Par exemple, des crêpes surgelées à la saucisse pourraient être étiquetées sans additif ajouté lorsque les saucisses de la garniture contiennent des additifs, dès lors que celui qui a préparé la plat final n’a pas préparé les saucisses lui-même à fin de les incorporer à sa recette…

Malin, non ?

J’explique tout cela à mes enfants dès que nous en avons l’occasion, elles sont toujours choquées par ces manœuvres… Pas vous ?

Print Friendly

Posted in Du droit dans mon assiette, Penser son alimentation, Sans sucre ajouté, Sucre et produits sucrants, Sucré sans sucre ajouté.


7 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Sandrine says

    Bonjour Florence,
    Merci pour ton article très clair sur ce sujet que je trouve important. Heureusement que la déclaration nutritionnelle est obligatoire ! Le même problème de sucre trop caches à mon goût est celui des laits végétaux issus de céréales. Comment les industriels font ils pour que le lait de riz ou d’avoine soir si sucre sans ajouter de sucre ? Par magie ? Non ! En faisant agir des enzymes (non consommées lors de la fabrication donc absentes de la liste d’ingrédients) qui transforment une partie de l’amidon en glucose. Du moins c’est ce que je crois avoir compris, car sur l’emballage de ces produits rien n’est indiqué !
    Ca le faut penser à ce livre de pâtisserie sans sucres écrit par Philippe Conticuni, qui ne contient certes pas de saccharose mais sucre des gâteaux au jus de pomme qu’il concentre lui même, de la farine qu’il torréfié lui même, etc, bref de vrais sucres mais qui apparaissent lors de la fabrication du gâteau, donc pas en tant que sucres ajoutés dans la liste des ingrédients… malgré le respect que j’ai pour ce grand Homme, ce livre est à mon avis trompeur. On va dire qu’il est utile à ceux qui veulent réduire leur consommation de sucres en se refusant le saccharose et les édulcorants du commerce et en préparant eux même leurs sucres.

    • Florence Arnaud @ Makanaibio says

      Bonjour Sandrine,
      Merci pour ton retour sur cet article, j’ai toujours beaucoup de plaisir à te lire.
      Oui, heureusement que la liste des ingrédients et la déclaration nutritionnelle sont obligatoires.

      Je suis de ton avis concernant les livres soit disant « sans » et qui proposent des aliments en réalités très riches en sucre(s)…

      Concernant les laits végétaux, je comprends comme toi que leur saveur sucrée vient de l’action d’enzymes dites « auxiliaires technologiques », et des variétés de céréales choisies également. Les enzymes transforment les ingrédients (rôle « technologique ») mais ne sont plus dans le produit fini donc n’ont pas à être indiquée sur les étiquettes car elles ont disparu.
      Cette utilisation des enzymes dans notre alimentation moderne est à mon sens une problématique majeure, bien au-delà des laits végétaux, je le développe amplement dans mon livre sur les intolérances, allergies et sensibilités.

      Non que cette utilisation soit nécessairement néfaste pour nous par elle-même, d’ailleurs, mais elle nous conduit à consommer des aliments nouveaux, inconnus jusqu’ici et inhabituels, pour nos corps, sans que nous mesurions la portée de cette modernité…

  2. Sandrine says

    À quand l’index glycemique ;ou l’index insulinique( du produit ajouté sur l’étiquette pour tous les produits ? C’est encore plus informatif que la quantité de sucres, mais le test pour le mesurée est plus cher malheureusement, donc ce n’est sans doute pas demain sûil sera obligatoire de l’afficher.

  3. Marie Chioca says

    Dans mes bras, Florence, qui traduit une fois de plus mes pensées avec tant de pertinence !…. Un immense bravo pour cette mise au point formidable ! Moi-même très agacée par cette mention « sans sucre ajouté » (comme dans certaines « confitures » bio où le sucre est remplacé par du sirop de raisin modifié, à l’IG très élevé) j’allais juste faire un article sur ce sujet… Il me suffira de donner le lien du tien, car impossible de faire mieux :)
    Je t’embrasse, et te souhaite un très bel été,
    Marie

  4. Christel says

    Bjr Flo,
    Merci pour cet article très instructif!



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.