Skip to content

Categories:

Planète Végane – Penser, manger et agir autrement, par Ophélie Véron

J’ai récemment lu Planète Végane – Penser, manger et agir autrement, d’Ophélie Véron.

photo de la couv de Planète Végane
Je l’ai trouvé vraiment intéressant, riche en contenu, fortement engagé bien sûr mais relativement mesuré, pratique, accessible et bien écrit.

Je ne suis pas végane, vous le savez, ni végétarienne, et ne vais ni ne souhaite pas le devenir, mais ce livre m’a aidée sur certains points à y voir plus clair, et a contribué à quelques changements familiaux importants.

Les 5 parties de Planète Végane

Le livre Planète Végane est découpé en 5 parties :

  1. Pourquoi végane ?
  2. Devenir végane
  3. Véganisme et santé
  4. Au-delà de l’alimentation
  5. Véganisme et société

La première partie m’a tout particulièrement intéressée. Elle est découpée en 4 sous-parties : Aux origines du véganisme, L’éthique animale, Une solution pour l’environnement et Les douze objections des omnivores.

L’apport principal de Planète Végane

Il est désormais plus clair que jamais pour moi que manger un animal, c’est valider que la vie d’un être sensible soit interrompue pour mon bénéfice.

C’est considérer que mon désir de plaisir et/ou de santé, selon les cas, prime sur le désir, le plaisir, la vie, de l’animal.

Et cela indépendamment des modalités d’élevage de l’animal, quelle que soit la prise en compte de son bien-être, quels que soient en somme le respect de l’animal de son vivant, ses conditions de vie etc.

Valoriser les circuits courts, l’élevage artisanal, bio, penser aux externalités positives ou négatives, ceci, cela, etc, n’y change rien : que l’animal ait été respecté de la gestation à la mort, les sols aussi, les humains également, etc., tout cela est extrêmement important, mais n’empêche pas que si je le mange, je choisis qu’il soit mis fin à sa vie dans mon seul intérêt, que j’estime prévaloir sur toute autre considération.

Manger un produit animal ou un animal me conduit donc, nécessairement, à considérer que mon plaisir et/ou ma santé prime sur la vie d’un.e autre que moi, ici celle d’un animal.

Rien de nouveau, me direz-vous peut-être, et pourquoi pas diront certains d’entre vous ?

En effet, pourquoi pas, mais les yeux ouverts : je sais, je choisis, j’assume, en conscience.

C’est important pour moi de comprendre les tenants et aboutissants de mes actes. Je ne cherche pas à agir « parfaitement », je ne cherche pas à éviter la critique, y compris la mienne, je n’ai pas comme projet d’être « quelqu’un de bien », et il est hors de question que je me juge ou juge autrui. Mais j’ai besoin de regarder mes choix droit dans les yeux, si l’on peut dire, sans me mentir à moi-même. J’ai besoin d’honnêteté avec moi-même.

C’est ce que Planète Végane m’a apporté à titre principal, car je m’abritais en partie derrière les conditions d’élevage, la faible consommation, mes besoins de santé, pour ne pas regarder en face que faire le choix de la consommation animale, même occasionnelle, même de produits très choisis, c’est faire primer mon plaisir ou mon intérêt tel que je l’entends sur la vie d’autrui.

Planète Végane me fait-il penser, manger et/ou agir autrement ?

Aujourd’hui, je continue à manger des œufs, du beurre, du fromage, un peu de poulet, un peu de poisson.

Nous avons même mangé une fois du jambon artisanal et du saucisson pendant les vacances.

Nous allons continuer à consommer tout cela, par petites quantités, par goût, plaisir, et aussi parce qu’une alimentation pauvre en sucre ajouté mais également en céréales nous convient vraiment bien et qu’il est difficile pour nous de manger équilibré sans aucun produit animal.

Mais nous avons aussi multiplié les discussions familiales autour de la condition animale, du végétalisme, du végétarisme, de nos droits et devoirs.

Mr M. a pris conscience que manger du poulet (c’est à peu près la seule viande que nous consommons depuis des années) ne lui convenait en réalité pas plus que cela, lui qui aurait pu en manger 1/2 à une époque.

Nous avons acheté un Instant Pot, un autocuiseur assez fabuleux, grâce auquel manger des légumineuses plus régulièrement, est un jeu d’enfant (entre autres).

Notre plus jeune fille, 12 ans, a décidé de devenir végétarienne et nous l’accompagnons dans ce choix – Mr M aurait refusé cela il y a quelques semaines.

Notre fille aînée, 18 ans dans quelques jours, s’apprête à devenir végétarienne dès sa rentrée universitaire.

Nous avons remis les légumes au cœur de nos assiettes, de nos menus.

Nous avons un autre regard sur le cuir, la laine, nos droits, ce que « respect d’autrui » veut dire, etc.

J’ai une vision plus aiguë, mieux affirmée, de ce qui me correspond, « qui est moi », parce que je comprends mieux que le « devant être » est construction (sociale, affective, culturelle…), non nécessité.

Bref, merci Ophélie Véron : oui tu nous fais penser, manger et agir autrement, individuellement et en famille, et c’est une excellente chose.

Pour aller + loin

Pour en savoir plus sur l’auteure, Ophélie Véron, cliquer ici.

Pour lire un extrait sur le site de l’éditeur, cliquer ici.

Pour acheter le livre en ligne parce que vous n’avez aucune librairie proche, cliquer ici.

Et accessoirement (lien partenaire), pour en savoir plus sur l’Instant Pot, qui se révèle un outil génial pour manger plus de légumineuses et même plus de légumes cuisinés.

 

Print Friendly

Posted in 100 % végétal, Choisir ses produits animaux, Idées cadeaux, Instants du quotidien, La vie, Le bio en question, Livres, Locavorisme, Penser son alimentation, Pour manger fait maison tous les jours, Sans lait, Sans oeufs, Végétarien.


8 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Christine says

    Bonjour Florence et grand merci pour ces réflexions et éclairages autour de Planète Vegane, que j’ai actuellement entre les mains.
    C’est l’instant Pot qui m’amène ici aujourd’hui ! Je l’ai découvert sur le blog de Clotilde Dusoulier et il m’avait déjà fortement interpellée (voire appelée !). En fait j’étais au départ à la recherche d’un rice cooker avec une cuve inox, produit extrêmement difficile à trouver…Et je me dis que cet appareil pourrait très bien convenir. De plus vous m’apprenez qu’il cuit facilement les légumineuses également, me voilà donc encore plus tentée ! J’en viens à ma question : avez-vous testé la cuisson du riz avec cet appareil ? Pensez-vous qu’il constitue un rice cooker satisfaisant ?
    Très bonne journée à vous !

    • Florence Arnaud @ Makanaibio says

      Bonjour Christine,
      Oui nous avons testé la cuisson du riz et les résultats sont corrects, à notre goût, mais sans plus : le riz est très cuit si l’on suit les instructions (1.5 volume de liquide par volume de riz), les grains peu détachés. Fort agréable mais très différent de notre riz habituel.
      Ceci dit, chez nous, nous ne cuisons pas le riz au rice cooker en temps normal mais, depuis des années, au cuiseur vapeur, et plus précisément dans une version de ce cuiseur vapeur là qui a 10 ou 15 ans, dont les bacs sont en inox et le récipient de cuisson du riz aussi, et qui est quasiment notre ustensile de cuisine préféré.
      Nous y cuisons le riz avec les mêmes proportions de liquide/riz que dans l’Instant Pot mais le résultat est sensiblement plus fin, grains bien détachés, plus légers, moins compacts.
      Donc si votre objectif est surtout d’avoir un riz délicat, je vous conseillerai plutôt un cuiseur vapeur Magimix… Il est hyper fonctionnel, je l’adore !
      Si vous avez surtout envie de faire cuire plus vite que d’habitude des légumineuses, des fricassées de légumes ou autres, voire de faire du yaourt, du riz au lait, de faire des oeufs durs parfaits, etc, alors je vous conseille l’Instant Pot.
      Pour tout vous dire, notre aînée quitte la maison pour ses études en septembre, et nous avons beaucoup hésité entre lui offrir un cuiseur vapeur Magimix ou un Instant Pot pour sa petite cuisine : c’est ce dernier qui l’a emporté, car il est bien plus multifonctions, simple d’utilisation, et comme je le relève dans le billet ci-dessus, tellement utile et efficace quand on est à 80 ou 90 % végétarien !
      De mon côté, l’achat de l’Instant Pot m’a conduite à me séparer de ma cocotte minute (qui était abandonnée dans un coin depuis des lustres, de toute façon) et de ma yaourtière. Mais hors de question que j’abandonne mon cuiseur vapeur !
      Voilà, vous savez tout. Etant entendu que des goûts et des couleurs…
      Excellente journée à vous !

      • Christine says

        Grand merci Florence pour ces explications très claires et qui vont sans nul doute m’aider à prendre une décision.
        En effet le cuiseur vapeur Magimix me tente beaucoup…et ce depuis un certain temps déjà. J’ignorais qu’il cuisait aussi le riz à la perfection ! L’instant pot est bien tentant évidemment, pour son côté multifonctions, pour nous qui sommes aussi, comme vous le dites à 80, voire 90% végétariens, mais par contre je ne tiens pas spécialement à cuire plus vite…j’irais plus volontiers vers des cuissons plus douces et plus lentes…slow cooking ! Et pour cela j’utilise avec bonheur une marmite de type warmcook.
        Bonne journée à vous et encore merci pour ces éclairages et pour tous vos billets en général !

  2. Séverine says

    Bonjour Florence ! Nous mangeons de moins en moins de viande et nous sommes toujours très surpris lorsque nous allons manger dans la famille ou chez des amis de la proportion inversée des quantités entre la viande et les légumes sur la table. Depuis plusieurs mois, je me rends compte que nous ne mangeons plus beaucoup de légumineuses contrairement au début de mon régime il y a 6 ans. C’est probablement dû (mais pas que) à la cuisson qui prend beaucoup de temps et qui nécessite une organisation que nous n’avons pas toujours. Et ça fait du bien d’être moins organisé, de vivre un peu plus sur le moment. Mais je suis de retour dans une période où je suis prête à refaire quelques efforts.
    Profitons de la mode du veganisme et de toutes les bonnes idées et recettes que nous pouvons découvrir.
    Comment cuis-tu les légumineuses dans cet instant pot ? Je vois déjà mon mari me dire : encore un nouvel appareil ?? Tu avais dit que tu arrêtais ?!
    J’ai deux cocottes minutes, de tailles différentes qui doivent avoir pour l’une 10 ans et l’autre presque 20, mais j’avoue que je ne les utilises plus beaucoup, ou plutôt parce que je n’ai plus d’autre gamelle assez grande ! Nous cuisons énormément à l’étouffée dans des casseroles inox, on a vraiment adopté la cuisson lente, ça nous convient bien.
    Merci pour ce billet intéressant,
    Bonne semaine !

    • Florence Arnaud @ Makanaibio says

      Bonjour Séverine,
      Merci pour ton long message/témoignage de ta pratique, j’adore.
      J’ai eu la même réaction de mon cher époux quand j’ai commencé à devenir insistante avec l’Instant Pot, mais maintenant il est conquis aussi.
      Je cuis les légumineuses
      – soit après les avoir seulement soigneusement rincées à plusieurs eaux (comme ce fut le cas hier pour des pois cassés jaunes, dont j’ai fait un dhal) puis j’ajoute 2 fois le volume de liquide, environ, des aromates, et je cuis 12 minutes (environ, cela dépend des légumineuses) à pression haute.
      – soit après les avoir laissé tremper une nuit ou au moins plusieurs heures (pois chiches, flageolets…), avec 3 fois le volume d’eau, et des aromates.

      Je n’ai pas encore de « fiche technique » précise, parce que je n’ai l’IP que depuis 1 mois, mais je m’en sers énormément et franchement, notre cuisine peut être principalement végétarienne grâce à lui. J’ai surtout hésité à sauter le pas parce que j’aime aussi la cuisson lente, j’étais ennuyée par la pression haute etc., mais le temps que je gagne avec cet appareil est colossal. Je ferai un billet juste dessus bientôt.
      Belle semaine !

  3. Christel says

    Bjr Florence,
    Je trouve que tu parles si bien de ce livre et du cheminement de ta petite famille. C’est vrai que son livre est clair, sans jugement, il faut que, vous devez etc…
    Je suis vgtalienne depuis plusieurs années mais ce livre m’a donné un grand coup de fouet sur bien d’autres domaines que l’alimentation.
    Je ne commente pas souvent mais toujours contente de te lire depuis toutes ces années. Cela fait drôle de lire que ta fille rentre à l’université.
    Bonne semaine!

    • Florence Arnaud @ Makanaibio says

      Merci pour ta fidélité amicale Christel. Bonne semaine à toi aussi !
      (Oui ça fait drôle que mon aînée quitte le nid, elle aura 18 ans dans 7 jours, c’est dingue…)



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.