Skip to content

Categories:

Syndrome de l’intestin irritable, par Mélanie Duféey

Le syndrome de l’intestin irritable, ou colopathie fonctionnelle, est un trouble intestinal bénin qui peut faire beaucoup souffrir ceux qu’il affecte.

Mélanie Duféey, que vous connaissez peut-être déjà par son site Chaudron Pastel, qu’elle anime sous le pseudo de Mély, lui a consacré un ouvrage, publié par Hachette Santé, que je vous recommande sincèrement si vous êtes affecté(e) du syndrome de l’intestin irritable.

Présentation de l’auteure, Mélanie Duféey

Naturopathe de métier, conseillère en nutrition selon l’Ayurvéda, Mélanie porte bien son nom de famille car elle est elle-même une fée doublée d’une douce poète au cœur « grand comme ça ».

Rien que pour cela, pour elle, parce qu’elle ose être douce et poète et fée et positive, tout en étant très pointue, professionnelle précise et avertie, j’apprécie beaucoup ce que Mélanie publie sur son délicat blog Chaudron Pastel.

Ajoutez à cela que Mélanie connaît intimement le syndrome de l’intestin irritable puisqu’elle en souffre depuis des années.

Pourquoi j’aime le livre « Syndrome de l’intestin irritable »

Le livre Syndrôme de l’intestin irritable de Mélanie Duféey est divisé en trois parties + des annexes.

Voici pourquoi, partie par partie, je vous recommande l’ouvrage.

1. Vivre avec le syndrome de l’intestin irritable -p. 8 à 61

Dans cette première partie, Mélanie Duféey nous invite tout d’abord avec pédagogie et finesse à la rencontre de notre microcosme digestif. Un tableau des différents habitants de notre microbiote, p. 11, propose une excellente synthèse de ce petit monde qui joue un rôle si essentiel dans la santé de chacun.

Elle nous présente ensuite ce qui différencie et caractérise la médecine occidentale d’une médecine holistique (sous forme notamment d’un tableau synthétique p. 23 très clair), et détaille ce que sont la naturopathie et l’ayurvéda.

Mélanie Duféey s’attache dans les pages suivantes à définir et (re)connaître ce qu’est et n’est pas le syndrome de l’intestin irritable. Sa démarche est là encore claire, méthodique et rigoureuse, aussi agréable à lire que mesurée.

Enfin, l’auteure nous invite à prendre soin de notre corps au quotidien grâce à de nombreux outils holistiques, d’autant plus importants que, précise-t-elle p. 37, les racines du SII « sont imbriquées autant dans notre corps physique que dans notre corps psychique ».

Ces outils sont : un travail sur soi, avec et/ou sans thérapeute, pour ce qui concerne la sphère émotionnelle ou psychique, ainsi que de nombreuses techniques telles que la phytologie, la respiration ou l’exercice physique.

Le passage que je vous reproduis ci-dessous résonne pour moi en particulier, et il vous montrera je pense en quoi ce travail de Mélanie Duféey est plus qu’un xième livre sur une maladie :

« Il est réellement important que l’on puisse accepter d’être atteint du SII (ou d’une autre maladie) sans que ce syndrome (ou cette maladie) se confonde avec notre identité. Même si, au quotidien, cela peut s’avérer difficile tant les souffrances qui en découlent peuvent être présentes et assombrir notre vie. Cette clé est pourtant nécessaire : nous devons nous souvenir que nous sommes bien plus que cela. Et cette clé est aussi nécessaire pour nous remémorer d’outrepasser nos souffrances physiques lorsque nous n’avons pas d’autre choix immédiat, en nous tournant vers un concept plus grand, nous englobant, et faisant de nous une partie infime d’un écosystème plus grand : dans ce cas précis, un exercice de visualisation peut nous aider et nous apaiser. Souvenons-nous de cette voûte céleste. Fondons-nous en elle. » (p. 41)

2. Conseils et astuces alimentaires – p.63 à 93

Petit-déjeuner, crèmes des légumes, mastication, repas dissociés, horloge interne, sorties et vie sociale sont au programme d’une première sous-partie intitulée « Nos repas ».

Sont ensuite passés au crible avec force détails nos aliments, dont les « interdits » concernant absolument toutes les personnes sujettes au SII.

J’aime que l’auteure précise :

« En énumérant la liste qui suit, il est (…) plus que jamais important de garder à l’esprit l’unicité de chacun d’entre nous : il est tout à fait possible qu’un aliment pouvant faire réagir autrui ne nous fasse pas réagir (ou à des degrés différents), si notre terrain est différent. »

Cette partie de conseils et astuces directement liés à notre assiette est close, p. 93, par les « 6 clés les plus précieuses » de l’auteure. L’une d’elle est d’opter pour son Petit-déjeuner de fée, souvent vanté sur son blog Chaudron Pastel.

3. Recettes – p.95 à 248

Les recettes, pour la plupart très agréablement illustrées, sont divisées en sous parties aux titres bien typiques du style de Mélanie Duféey : « Un réveil en douceur », « Mosaïque de tendres repas », « Bols gourmands et réconfortants », « Petites faims apaisées », « Bonheurs des palais sucrés » ou « touches pétillantes ».

Des sigles accompagnent les recettes sans produit laitier, sans gluten, sans œuf, végétarien ou végétalien, ce qui peut se révéler bien pratique.

J’aime beaucoup la mise en page des 50 recettes et toutes les variantes qui les accompagnent. Je n’en ai réalisé qu’une pour le moment (un gratin dauphinois de pommes de terre et patates douces délicieux, p. 152) mais beaucoup me tentent beaucoup ! SII Mélanie Duféey 2017 recette

J’aime aussi que Mélanie Duféey écrive en avant-propose de sa recette de pâtes à la crème (de riz) et poulet, conçu en pensant à son père qui a conservé une alimentation conventionnelle, ce texte aussi touchant qu’exactement en phase avec mon point de vue sur la cuisine (et au-delà) :

 » Lorsque l’amour et le respect lient deux personnes, on peut vivre en harmonie la relation qui nous unit. Ce plat est donc un hommage à tous. Que l’on ait une sensibilité digestive ou non, que l’on se passionne pour une alimentation saine ou que l’on préfère conserver une alimentation traditionnelle, je glisse dans ce plat un souhait pour qu’il s’étende et touche chacun de nous… afin que nous nous sentions tous libres de vivre en harmonie avec notre corps et notre cœur, et dans le respect des autres. »

4. Annexes – p. 250 à 255

Enfin, pour clore ce Syndrôme de l’intestin irritable, l’auteure ajoute quelques liens vers des reportages et des vidéos, un carnet d’adresses, des applications et quelques ouvrages.

Petit clin d’œil : Je la remercie encore d’avoir notamment mis en référence mon livre Intolérances alimentaires, sensibilités, allergies : Comprendre (et vivre avec !) ! (et plus encore d’y indiquer que je suis une jeune femme ;-) ). Je suis très fière d’être citée dans un ouvrage de cette qualité -même si ce n’est bien entendu pas une raison pour vous recommander le livre : je vous invite chaleureusement à le lire, à l’acheter ou l’emprunter, pour avancer dans votre connaissance -par l’alimentation- de vous-même.

Merci Mélanie Duféey, et chapeau !

  ****
Je ne publie pas toujours régulièrement sur Makanai. Si vous souhaitez être informé(e) par courriel, des nouvelles publications (« Liens du lundi » ou recettes ou autres), inscrivez votre adresse mail en haut à droite de ce blog puis cliquez sur «subscribe». Je partage aussi, à rythme variable, sur Twitter, Facebook
, Instagram et Pinterest.

Transparence : le livre m’a été aimablement adressé par l’éditeur, et certains liens de l’article ci-dessus sont des liens partenaires. Le contenu de mon article n’en reste pas moins entièrement mien et sincère.

Print Friendly

Posted in Intolérances alimentaires : ressources, Livres, Penser son alimentation, Pour manger fait maison tous les jours.


2 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Marie-Jeanne says

    Toujours jeune !



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.