Skip to content

Categories:

Pain d’épice… sans épice

J’ai accumulé des centaines de recettes, de documents, de petits riens plus ou moins merveilleux à relire (les petits mots de mes filles quand elles étaient plus jeunes, petits bijoux à redécouvrir régulièrement). Vous aussi, certainement, non ?

Je suis plus déterminée que jamais, ces jours-ci, à jeter tout ce qui ne me « parle » pas/plus, et organiser tout ce que je veux conserver d’une façon qui me convient.

C’est dans cet état d’esprit que je publie ici (= partage avec vous et conserve à ma propre intention pour le jour où j’aurais envie de faire) cette recette de pain d’épice, manuscrite, jamais encore réalisée mais qui me plaît.

Pain d'épice sans épice@makanaibio.com 2017

J’adore ce genre de (re)trouvaille au fil de mes rangements, j’imagine la femme (inconnue de moi) qui aimait garder trace de recettes sur un agenda, j’invente les circonstances d’une transmission de ce carnet un jour où l’autre du 20e siècle, je m’amuse de lire qu’aucune épice ne figure dans les ingrédients, et je me dis que cette recette me plaît énormément.

Si je séquençais mes pensées et émotions comme sur un réseau social, en #, je choisirais : foyer – femme – transmission – mémoire – gourmandise – passé – cuisine – nourrir – joie – partage – amour – chaleur – arômes – et puis partage encore, toujours.

Print Friendly

Posted in Desserts traditionnels, Gâteaux, Instants du quotidien, Pour manger fait maison tous les jours.


4 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Jissée says

    Bonjour Flo,
    Très sympa cette recette surgie du passé, avec la précision de l’époque (ou de la cuisinière !) « four pas trop chaud » !
    J’aime beaucoup les petites notes de musique qui dansent sur la portée.
    Passe de bonnes Fêtes de fin d’année et tout de bon pour 2018.

  2. Caroline says

    Ah, Flo is back ! ;o)
    C’est fou, cette écriture, c’est exactement la même que celle de ma grand-mère paternelle… Comme quoi à l’époque on devait être assez façonné dans sa manière de tenir son stylo et dans son maniement.
    Bises !

  3. christine says

    très émouvante page d’agenda, qui nous renvoie à nos propres aïeules …
    mais que devait-
    elle mettre ensuite dans les trous faits quand le gâteau commence à monter ??? est ce que les trous se rebouchaient au fil de la cuisson ? j’ai vraiment envie d’essayer …

  4. jojoboop says

    Bonsoir , coincidence ou pas ? la page d’agenda est celle de la Saint Antoine et ma grand-mère faisait appel à lui lorsqu’elle égarait quelque chose…. et c’est cette recette que vous retrouvez. C’est drôle, non ?
    Merci pour le partage et c’est tentant de la tester…



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.