Skip to content

Categories:

Voeux pour 2014 — Il n’y a pas que le quotidien dans la vie

Je souhaite à tous ceux qui passent par ici d’excellentes fêtes de fin d’année 2013, chaleureuses, détendues, joyeuses et pleines d’espérance !

Et pour 2014, je vous souhaite de trouver le temps chaque mois, chaque semaine, chaque jour pour (un peu, beaucoup, énormément) d’autre chose que du quotidien.

Mon dernier partage ici pour 2013 sera donc le clip ci-dessous, tourné pour… les espaces culturels Leclerc ! Je l’ai découvert hier soir au cinéma et je le trouve extra, non ?

Vive 2014 et vivent tous les instants du présent dont, quels qu’ils soient, nous profiterons pleinement, profondément, lentement !

Print Friendly

Posted in Perso.


21 – Liens du lundi {semaine du 16 décembre 2013}

Au menu de ces liens du lundi…

TheGreenWayToLife

  • thegreenwaytolife — premières labellisations prévues début 2014, avec notamment un engagement d’efficacité du produit, incontournable
  • le local, concurrent du bio ? – intéressant article (via @bemartine,  merci !), sur un sujet dont nous discutons souvent chez nous
  • Nelson Mandela – hommage par une mise en images d’Invictus
  • immunologie et muqueuse de l’intestin — une animation (en anglais)
  • Décrypter les étiquettes, de Rachel Frély — un chouette petit livre plein d’informations récentes (publié en mai 2013). (une des critiques sur Amazon dit que c’est une arnaque mais je ne suis pas du tout d’accord. Le livre est illustré de centaines de produits connus mais le texte est critique et intelligent. Je recommande vraiment, à lire avec soin, pour une première approche de la règlementation actuelle du contenu des rayons de supermarché et de nos assiettes…) (intelligent petit cadeau de Noël, tiens…) (même s’il est clair que ce n’est pas non plus le Traité pratique de droit alimentaire dont j’ai passé commande récemment pour mon travail…)
  • le guide Terre Vivante de la cuisine saine — une bible (et un excellent cadeau de Noël aussi si vous manquez d’idées !)

à manger

Bonne semaine !

****

Je ne publie pas toujours régulièrement sur Makanai. Si vous souhaitez être informé(e) une fois par semaine, par courriel, des nouvelles publications, il vous suffit d’inscrire votre adresse mail en haut à droite de ce blog puis de cliquer sur « subscribe ».

Print Friendly

Posted in Choisir ses produits animaux, Idées cadeaux, Le bio en question, Liens du lundi, Locavorisme, Penser son alimentation, Sans gluten, Sans lait, Sans oeufs.


Velouté de potiron au zeste de bergamote et crème de coco {#recette sans gluten sans lait}

Une réussite. Que j’ai envie de partager, de ce fait, même si je n’ai pris aucune photo.

A savourer, après avoir lu 25 façons d’être trop dur(e) avec soi-même (en anglais) et réalisé qu’on était vraiment gonflé de s’en auto-demander tant…

Moi, je dis « Pouce ».

et « Miam ».

Velouté de potiron au zeste de bergamote et crème de coco
 
Temps de preparation

Temps de cuisson

Temps total

 

Auteur:
Type de recette: Soupe
Type de cuisine: du quotidien (donc chez nous sans lait, sans gluten, sans oeufs)
Pour: 5

Ingredients
  • 1 c. à soupe d’huile d’olive de bonne qualité
  • 4 oignons jaunes, pelées et coupés en lamelles
  • sel (gris moulu ou fleur de sel de Guérande)
  • 1 belle part de potiron, pelée, épépinée, coupée en dés
  • 1 courgette coupée en petits morceaux (non épluchée, juste lavée)
  • le zeste finement râpé d’un citron bergamote
  • 1 c. à café de cumin en poudre
  • poivre noir du moulin
  • 10 cl de crème de coco (à ne pas confondre avec le lait)

Instructions
  1. Faire chauffer l’huile d’olive dans une casserole ou un faitout à fond épais.
  2. Y faire fondre les oignons, saupoudrés d’un peu de sel (cela contribue à leur faire perdre leur eau de végétation et à cuire plus harmonieusement. Cela limite notamment le risque de les faire brûler sans avoir à ajouter trop de matière grasse).
  3. Ne surtout pas hésiter à remuer souvent les oignons pendant leur cuisson.
  4. Quand les oignons sont transparents, ajouter le potiron et la courgette et bien mélanger.
  5. Ajouter alors le zeste de bergamote, le cumin en poudre, du poivre noir du moulin.
  6. Mélanger puis ajouter de l’eau à hauteur des ⅔ des légumes : ne surtout pas en mettre plus, sinon l’on obtiendra une soupe, mais plus une velouté, onctueux et un peu épais.
  7. Laisser cuire à feu moyen-fort, environ 20 minutes.
  8. Quand le potiron est bien tendre (tester avec la pointe d’un couteau), mixer finement le contenu du faitout.
  9. Vérifier l’assaisonnement (ce velouté est au top quand il est bien salé et bien poivré), ajouter la crème de coco, mixer à nouveau et servir de suite, bien chaud.
  10. Se régaler.

 

Print Friendly

Posted in 100 % végétal, Sans gluten, Sans lait, Sans oeufs, Sans sucre ajouté, Soupes.

Tagged with , , , , , , .


{Nutrinet-vege} C’est bien que le végétalisme soit pris en compte par l’Etat français

Ma famille Makanai est une famille à l’alimentation principalement végétale. Consommer des légumes, des fruits, du riz est le b.a-ba de nos repas. Y ajouter des protéines animales n’est pas automatique, pas quotidien, et non vécu comme nécessaire.

Et puis de toute façon, les oeufs et tout ce qui contient de la caséine, l’une des protéines des laits animaux, n’a plus droit de cité chez nous, intolérances alimentaires obligent.

Ceci dit, nous avons tous dans la famille des envies récurrentes de poisson ou de viande, et nous y cédons volontiers, sous réserve que l’offre de produits animaux qui nous est faite au marché du vendredi nous permette de le faire (car nous essayons d’être inflexibles sur nos exigences de qualité de ces produits -respect de l’animal, élevage bio non industriel, Label Rouge…-, bonjour les prix…).

Et puis, passionnée que je suis par tout ce qui touche à l’alimentation et lectrice hyperactive en langue française comme anglaise de tout ce qui s’y rapporte et qui me tombe sous les yeux, comment pourrais-je ne pas avoir conscience des méfaits d’une alimentation qui contiendrait trop de protéines animales, de toute façon ?

Quoi qu’il en soit, ce n’est donc pas comme végéta*iens que ma famille prend part à la cohorte qui va contribuer à rendre les végétaliens plus visibles pour l’Etat français. Mais peut-être que cela vous concerne, et j’en serai ravie car je suis une militante convaincue de la nécessité d’intégrer les alimentations principalement végétales dans notre PNNS, ce fameux Programme National Nutrition Santé qui ne me convient pas du tout.

Vous en êtes ?

Vite, vite, il faut rejoindre nutrinet-vege.fr avant la fin du mois de décembre la mi-janvier(délai prolongé)

En voici le détail, tel qu’il m’est communiqué par un des responsables de nutrinet-vege.fr :

« L’ANSES (l’Agence nationale de sécurité sanitaire) est en train de mener des études dans le cadre de la refonte prévue pour 2015 du PNNS (Programme national nutrition santé), qui est à la base des messages nutritionnels véhiculés par les médecins, les diététiciens, les institutions… L’ANSES souhaite notamment étudier rigoureusement les liens entre végétalisme et santé dans le contexte alimentaire français. Une étude de grande ampleur sur le sujet était attendue depuis longtemps en France, et si elle se tient dans le cadre de l’évolution du PNNS c’est là une excellente nouvelle.

Il y a cependant une difficulté : afin de mener ces études les chercheurs ont besoin de pouvoir justifier d’un nombre de participants végétaliens suffisamment important, c’est-à-dire au moins 1000 inclus, à l’étude nutrinet-santé, qui est la plus grande étude épidémiologique menée en France (etude-nutrinet-sante.fr). Il s’agit du nombre de personnes qui auront rempli les questionnaires qui apportent les données de base indispensables au travail des chercheurs, et la date limite (pour des raisons de planning de recherche) dont dispose les chercheurs pour procéder à ce comptage est fin décembre. Et c’est là que survient le problème : fin novembre nous n’étions qu’une centaine à participer à nutrinet en tant que végétaliens. Pour ne pas rater cette occasion, il nous reste donc quelques semaines pour que plusieurs centaines de végétaliens s’inscrivent à nutrinet et remplissent les questionnaires nécessaires à l’inclusion dans l’étude.

Ceci dit les choses sont en bonne voie. L’initiative a été lancée pour informer les végétaliens sur l’importance de cette étude et le délai serré pour participer à cette action, et un site (nutrinet-vege.fr) a été créé pour expliquer les enjeux et les aspects pratiques de l’étude. Grâce à cela des dizaines de végétaliens s’inscrivent chaque jour à l’étude depuis le début du mois. Cette initiative a reçu le soutien actif de beaucoup d’associations reconnues (dont L214, One Voice, GAIA, APSARes, la Société Végane, Un Monde Vegan, la Fondation Brigitte Bardot…) et de sites d’informations (vous trouverez la liste complète sur la page nutrinet-vege.fr). Mais cela risque de ne pas suffire.

L’investissement en temps pour remplir les questionnaires, deux à trois heures réparties sur une dizaine de jours, est raisonnable au regard de l’enjeu. Les données collectées, au-delà de l’étude spécifique de l’ANSES, auront le mérite d’exister et d’être à la disposition de tout chercheurs qui souhaiterait les analyser sérieusement. Enfin, même s’il est possible de quitter l’étude à tout moment, et que pour cette action spécifique ce sont les questionnaires d’inclusion qui comptent particulièrement, nous recommandons aux végétaliens inscrits de continuer leur participation tout au long de l’étude, afin que les données collectées soient de plus en plus solides. »

Psst, l’ANSES, vous ne voudriez pas AUSSI cesser de considérer que sans lait et sans blé on ne peut pas être en bonne santé ?

Nous sommes nombreux à avoir besoin de vous pour faire bouger les mentalités, et pour faciliter l’alimentation des « sans » (lait, gluten, ou autre) hors de chez eux…

Print Friendly

Posted in 100 % végétal, Penser son alimentation.


Invictus et Absolution – Pensées pour Nelson Mandela

Nelson Mandela est mort. Quel homme ce fut… Un homme comme les autres, certainement, forcément, parce qu’humain, et en même temps un homme extra-ordinaire, évidemment.

Un homme qui avait appris puis enseigné que « le courage n’est pas l’absence de peur, mais la capacité de la vaincre. » (source)

Un homme qui donne plus que matière à penser.

Je regarderai à nouveau ce weekend Invictus. Je reproduis ci-dessous ce que j’en avais publié ici en mai 2010.

Je me permets également de vous recommander la lecture d’Absolution de Patrick Flanery, récemment emprunté à la bibliothèque et qui m’a captivée. Peu à voir avec Nelson Mandela lui-même, mais tout à voir avec l’Afrique du Sud avant qu’il n’arrive au pouvoir. Bien écrit, pas banal dans sa construction narrative, un roman historique et humain qui aura marqué mon année de lecture.

invictus-46624

C’est un très chouette film, de ceux dont on garde des images, des jeux d’acteur (ah, Morgan Freeman), des sensations, en mémoire un long moment.

Le poème (de William Ernest Henley, et qui est le préféré de Nelson Mandela) qui donne son titre au film est splendide :

Out of the night that covers me,
Black as the pit from pole to pole,
I thank whatever gods may be
For my unconquerable soul.

In the fell clutch of circumstance
I have not winced nor cried aloud.
Under the bludgeonings of chance
My head is bloody, but unbow’d.

Beyond this place of wrath and tears
Looms but the Horror of the shade,
And yet the menace of the years
Finds and shall find me unafraid.

It matters not how strait the gate,
How charged with punishments the scroll,
I am the master of my fate:
I am the captain of my soul.

***

Dans la nuit qui m’environne,
Dans les ténèbres qui m’enserrent,
Je loue les Dieux qui me donnent
Une âme, à la fois noble et fière.

Prisonnier de ma situation,
Je ne veux pas me rebeller.
Meurtri par les tribulations,
Je suis debout bien que blessé.

En ce lieu d’opprobres et de pleurs,
Je ne vois qu’horreur et ombres
Les années s’annoncent sombres
Mais je ne connaîtrai pas la peur.

Aussi étroit soit le chemin,
Bien qu’on m’accuse et qu’on me blâme
Je suis le maître de mon destin,
Le capitaine de mon âme.

(la traduction française est l’une des traductions possibles. Je l’ai trouvée, ainsi que le poème en VO, sur Wikipédia).

Print Friendly

Posted in Cinéma.


20- Liens du lundi {semaine du 2 décembre 2013}

Au menu de ces liens du lundi (de décembre déjà, oh la la…) …

Bonne semaine !

****

Je ne publie pas toujours régulièrement sur Makanai. Si vous souhaitez être informé(e) une fois par semaine, par courriel, des nouvelles publications, il vous suffit d’inscrire votre adresse mail en haut à droite de ce blog puis de cliquer sur « subscribe ».

Print Friendly

Posted in Autres blogs, Liens du lundi, Penser son alimentation, Sans gluten, Vidéos, Yaourts et petits desserts en pot.


19- Liens du lundi {semaine du 25 novembre 2013}

Au menu de ces liens du lundi…

Bonne semaine !

****

Je ne publie pas toujours régulièrement sur Makanai. Si vous souhaitez être informé(e) une fois par semaine, par courriel, des nouvelles publications, il vous suffit d’inscrire votre adresse mail en haut à droite de ce blog puis de cliquer sur « subscribe ».

Print Friendly

Posted in Autres blogs, Liens du lundi, Penser son alimentation, Sans gluten, Vidéos.


18- Liens du lundi {semaine du 18 novembre 2013}

1er juin 2009 ile de Lamma, Hong Kong

1er juin 2009 ile de Lamma, Hong Kong

Au menu de ces liens du lundi, peu car la semaine a été surchargée…

Bonne semaine !

****

Je ne publie pas toujours régulièrement sur Makanai. Si vous souhaitez être informé(e) une fois par semaine, par courriel, des nouvelles publications, il vous suffit d’inscrire votre adresse mail en haut à droite de ce blog puis de cliquer sur « subscribe ».

Print Friendly

Posted in Liens du lundi, Penser son alimentation, Végétarien.


17- Liens du lundi {semaine du 11 novembre 2013}

Au menu de ces liens du lundi…

du léger…

Soupes, par Marie Chioca, éditions Terre VivanteEn cliquant sur la photo, vous irez sur la page dédié à ce gourmand ouvrage, sur le site de l’éditeur

et du moins léger…

Bonne semaine !

****

Je ne publie pas toujours régulièrement sur Makanai. Si vous souhaitez être informé(e) une fois par semaine, par courriel, des nouvelles publications, il vous suffit d’inscrire votre adresse mail en haut à droite de ce blog puis de cliquer sur « subscribe ».

Print Friendly

Posted in Autres blogs, Intolérances alimentaires : ressources, Liens du lundi, Maladie coeliaque, Penser son alimentation, Sans gluten.


{ Hypersensibilité ou intolérance alimentaire } J’apprends que je suis intolérant-e alimentaire, que faire ??

Avertissement : je ne suis pas une professionnelle de santé. Ce que je publie sur ce blog n’exprime que mon opinion et n’a ni la prétention ni la vocation de se substituer à l’avis d’un professionnel de santé éclairé.

Vous venez d’apprendre que vous êtes intolérant à 1, 2, 10, 25 aliments et vous êtes perdu(e) ?

Vous ne comprenez pas tout des résultats qui vous ont été communiqués ?

Vous vous tenez « simplement » informé(e) et vous êtes désormais convaincu(e) que consommer tel ou tel aliment nuit à votre santé, mais…et ensuite ?

Comment faire pour gérer des intolérances alimentaires sur la durée ?

Toutes ces questions, je me les suis posées. Je me les pose encore régulièrement, je suis loin d’en avoir fait le tour.. En mars 2010, suite à une recherche d’intolérances alimentaires prescrite par son médecin pour notre fille aînée, nous avons appris qu’il nous fallait, du jour au lendemain, supprimer tout lait, le gluten, le soja, l’agar agar, plusieurs fruits, et j’en passe. Quelques mois plus tard, ce sont le riz, les pommes de terre, le cacao et les noisettes, entre autres, qui ont été exclues pour nos deux autres filles.

Il s’en est suivi de nombreux mois où j’ai souvent été partagée entre l’excitation de voir mes enfants aller mieux, tellement visiblement mieux, le tout conforté par toutes les recherches entreprises alors sur ce sujet, et l’abattement d’avoir à toujours scruter les étiquettes, préparer à manger « autrement », informer encore et encore l’entourage, refuser un aliment désiré à mes enfants…

Ces derniers mois, la santé de notre aînée nous a contraints à refaire cette recherche d’intolérances et à prendre acte avec le plus grand sérieux de son intolérance réaffirmée aux laits de brebis, vache ou chèvre en particulier, à tout ce qui contient de la caséine de lait en général (et il y a plein de produits qui contiennent de la caséine, vous seriez étonnée…), au blé, et aux oeufs.

C’est reparti, et pour durer certainement, ne nous faisons pas d’illusion…

Et pourtant, si vous saviez comme une part de moi (de plus en plus battue petite, ceci dit) résiste, lutte, veut faire « comme si de rien n’était », comme si tout ça n’était qu’un mauvais moment, n’était pas scientifique…

Alors je suis de tout cœur avec vous qui me lisez en ayant des dizaines de questions en tête.

Et voici mes réponses à quelques questions récemment posées.

Question :  » J’ai fait faire des analyses de recherche d’IgG. Plusieurs aliments apparaissent comme non tolérés, mais je ne sais pas du tout comment m’y prendre avec ces intolérances : dois-je arrêter tous les aliments des cases « à éviter » et « à limiter », ou est-ce que je dois consommer à une certaine fréquence certains aliments de la colonne « à limiter » « ?

Continued…

Print Friendly

Posted in Intolérances alimentaires : comment gérer, Intolérances alimentaires : ressources.