Enfance

7 ans. (!!)

Bérénice a 7 ans

Pfiou, mon plus jeune enfant a eu 7 ans ce jour…

J’aime encore tellement toute l’enfance en elle.

Je voudrais que cela ne finisse jamais.

Même si je ne (crois pas) freine(r) quoi que ce soit.

Elle ne me laisserait pas faire, de toutes façons!

(et pour ceux qui se demandent ce que je lui ai préparé comme gâteau d’anni, la recette est là.)

Print Friendly, PDF & Email

20 commentaires

  1. Oh oui moi aussi je voulais tellement que leurs petits bras ne quittent pas mon cou ! J’ai la nostalgie de cette époque bénie de l’enfance. Quand parfois je retrouve sur leurs visages de grands certaines expressions du passé, les souvenirs me reviennent en rafales !
    Profitez bien de chaque jour de l’enfance qui lui reste….. le temps passe trop vite, ça s’est sûr….bon week-end
    Laurence

    1. J’essaye de profiter, Laurence, vous avez bien raison, même si cela n’est pas facile parce que j’ai du mal à être dans l’instant et à simplement le savourer, j’ai encore trop tendance à être dans l’ébullition intellectuelle et le mouvement physique non stop… Même si je fais des progrès 🙂
      Bon week-end!

  2. Très très douce pensée pour la devenue grande… je ne peux que me remémorer tes réflexions sur l’enfance, les émotions, l’acte de grandir et de se sentir soi…
    C’est aussi beau d’être une grande…

    1. Merci Vanessa, savoir que tu passes ici et me lis me touche toujours. Oui bien sûr que c’est beau d’être une grande, et bien sûr que je suis émerveillée de voir mes filles grandir, et contente pour elles, et fière aussi, et dans cette envie profonde que ce chemin pour chacune débouche sur une belle “adultité” (!).
      Mais en même temps, sous un angle strictement égo-centré, j’ai la nostalgie, déjà, de leurs petites enfances, et je pense déjà souvent aux bonheurs que j’aurais plus tard si je suis grand-mère : je sais déjà que j’adorerai, et cela me réconforte un peu de savoir que je retrouverai ces liens très privilégiés avec des très petits. J’ai du mal avec les plus jamais, le temps qui passe sans rattrapage possible, la conscience un peu trop aiguë de notre impermanence…

  3. fais lui un gros calin du Sud , nous lui envoyons plein de rayons de soleil.
    je sais que vous en manquez, alors que chez nous, c’est la canicule (aujourd’hui, un peu de pluie, quand m^^eme).
    elle est adorable ta poupée ,elle a l’air d’être très bien dans ses basckets……
    l”important c’est la qualité du moment passé, peu importe sa durée, ne culpabilise pas.
    nous construisons de belles histoires de vie avec nos enfants & comme toutes les histoires, il y a du bon & du moins bon, mais nous pouvons en tant que parents être heureux.et comme tu dis, vivement qu’ils nous fassent des tous petits!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *