Skip to content

Categories:

Pourquoi nous avons fait faire un dépistage d’intolérances alimentaires. Et ensuite?

Il y a maintenant 3 semaines que nous avons reçu, un vendredi soir de mars, les résultats des tests sanguins demandés pour Pascal et Héloïse.

Depuis, vous êtes quelques-uns à m’avoir demandé pourquoi nous avions fait faire ces analyses, et en quoi elles consistaient.

Voilà pourquoi :

Retour en arrière, en accéléré : Héloïse a 10 ans 1/2 et n’a de cesse d’avoir des rhumes, des otites qui percent ses tympans, phlegmon à 5 ans 1/2 ans, yoyos à 7, elle est souvent fatiguée, cernes énormes, souffre de migraines, bénéficie d’un PAI pour pouvoir soulager ses maux de tête quand elle est en classe, a eu deux panaris en quelques semaines récemment suite à des bobos sans importance aux index, et j’en passe.

Rien de dramatique, et un traitement de fond a, une fois encore, été mis en place en novembre dernier, acompagné d’une suppression totale du lait animal et produits dérivés. C’était censé lui garantir un hiver en pleine santé, ou presque, mais fin décembre, rebelote les otites, la pâleur systématique alors qu’elle dort plutôt bien, les cernes marqués, le corps douloureux pour un oui ou un non, les maux de tête récurrents…

Alors OK, elle grandit (elle EST grande, 1m56 pour ses 10 ans 1/2), son corps est en pleine croissance à tous points de vue mais on a décidé, son père (Pascal) et moi, après moultes discussions, de lui faire faire la prise de sang, à prix d’or (176€, non remboursés…), envisagée par la Dr homéopathe qui suit Héloïse et en qui nous avons confiance.

Parce que ses symptômes répétés ne sont PAS normaux!!! Là où ses soeurs ou moi sommes de temps à autres malades mais récupérons sans souci particulier en 1,2 ou 3 jours, Héloise est TOUJOURS fatiguée, pâle, douloureuse!!!

Et comme Pascal a de façon récurrente des soucis de peau (psoriasis), respiratoires (asthme, allergies saisonnières fortes, apnée du sommeil), rougeurs sur le visage, des otites, et je ne vous dirai rien de ses troubles digestifs notamment, eh bien il a sauté dans le train en marche (avec ma bénédiction, il ne se soigne jamais mais… se plaint tout le temps 😉 ), dans l’idée aussi d’accompagner sa fille dans tout ce processus, et il a fait faire la même analyse.

L’analyse de sang a été faite par un labo spécialisé et a consisté à mesurer le taux d’igG (ou immunoglobulines G, ou anticorps) révélé par la mise en contact de plusieurs dizaines d’aliments avec leur sang. En d’autres termes, elle permet de « voir » si l’organisme de Pascal ou celui d’Héloïse produisent des anticorps (= déclenche une réponse immunitaire) quand on leur présente tel ou tel aliment.

L’idée est que si le taux d’anticorps IgG est < 40, l’aliment ne pose aucun problème au propriétaire du sang testé.

Si le taux en entre 40 et 50, l’aliment est à limiter : il est préférable de ne pas le consommer plus de 2 fois par semaine, environ.

Et si le taux d’igG est >50, il faut éviter l’aliment, donc l’exclure de son alimentation (=régime d’exclusion alimentaire ciblé).

Le test est controversé:

–  il n’est pas toujours fiable dans ses résultats pour des raisons techniques (la méthode, dite par microarray, consiste à tester plusieurs aliments mis côte à côte dans de petits espaces, et il n’est pas exclu que la protéine de riz placée à côté de celle du soja, par exemple, contamine celle-ci si bien que des IgG apparaîtront pour les deux alors qu’ils n’auraient du apparaître que pour l’un) ;

– et les informations qu’il donne (taux d’IgG) ne signifient pas forcément que l’aliment qui génère une réaction forte soit pour autant un « poison » pour l’organisme du patient : en effet, il n’est pas impossible que les igG aient une fonction protectrice, équilibrante, et que, par exemple, la production d’un taux élevé dans le sang d’Héloïse confronté au blé ne soit pas tout simplement la réponse adaptée de son organisme pour une bonne assimilation…

MAIS :

un organisme qui se défend de façon très marquée est, même s’il y trouve son équilibre, un organisme qui se fatigue et cela peut entraîner « un stress permanent pour le système immunitaire avec inflammation chronique et dépôts de complexes immuns dans les tissus » (source : le Groupe d’études Nutrition, Immunité, Environnement, ou G.E.N.I.E., cité par Marion Kaplan dans « Alimentation sans gluten ni laitages », aux éditions Jouvence. Cet ouvrage est, d’ailleurs, le plus intelligible que j’ai lu jusqu’ici sur ces questions)

Or, les résultats des tests m’ont quasi coupé le souffle.

Brièvement:

Héloïse a un taux d’IgG de 306 quand son sang est confronté à de la caséine (vous vous souvenez du taux « à éviter »: 50…), un taux de 201 face au lait de vache, de 225 face au blanc d’oeuf, de 73 face au gluten, de 104 face à l’agar agar, 120 face à la tangerine et 70 face à la graine de soja (je vous passe les 10 autres à éviter ou limiter).

Pascal a des réactions moins spectaculaires, mais malheureusement avec un champ plus varié car sont à éviter pour lui le lait de vache (mais pas la caséine en général), le blanc d’oeuf, le riz (!!! taux de 90), le seigle, les coquilles saint-jacques, la nectarine, la graine de soja, le gingembre, le cacao (180!), la levure de bière ou le thé vert. A limiter le gluten et la levure de pain…

Alors on a bouleversé notre cuisine… : plus aucun produit laitier ou à base de soja, plus d’oeuf, et on limite au max le gluten (seul le petit épeautre a droit de cité ces temps-ci, et encore, une fois par semaine), etc.

Et Héloïse est depuis 15 jours dans une forme exceptionnelle!! (Pascal va bien aussi, et échappe notamment aux rhinites allergiques qui en principe le mettent déjà KO à ces périodes-ci, mais c’est moins spectaculaire pour lui parce qu’il était moins évidemment pas bien que notre fille aînée) : Héloïse, souvent pâle, cernée, se plaignant toujours de ses oreilles, de sa gorge, de sa tête, nous a même regardées, ses soeurs et moi, victorieusement la semaine dernière car nous étions toutes 3 malades (angine) et pas elle! YOUPI!!!!!!!!!!!

Et ensuite, vous demandez-vous peut-être?

Eh bien… On verra! En effet :

– ces analyses valent ce qu’elles valent : elles peuvent être faussées  + on ne sait pas aujourd’hui avec certitude qu’en tirer comme enseignement : voir plus haut;

– on attend donc le rendez-vous (ce mercredi) d’Héloïse avec le médecin qui la suit et qui les a prescrits pour en savoir plus sur « comment les lire » et « quoi en faire »…

– Héloïse pas plus que son père ne sont en DANGER vital, et nous en avons pleinement conscience et nous refusons de dramatiser « ce qui nous arrive » (ça m’énerve même plutôt les « OH QUELLE HORREUR!!!! Comment allez-vous FAIRE? ils ne peuvent PLUS RIEN manger!!!!!! Oh ma pauvre je te plains, quelle galère!!!!! » que j’ai pu entendre quelques fois depuis les résultats, surtout quand ces cris d’horreur sont prononcés devant Héloïse qui ne vit pas bien d’être singularisée…)! Du reste, nous percevons encore mieux les galères, les vraies, que vivent bien d’autres parents dans des situations autrement plus difficiles voire dramatiques, et même si c’est fatigant de devoir tout revoir dans sa façon de cuisiner etc, ce n’est RIEN par rapport à tant d’autres situations!!!

– nous refusons de diaboliser quelque aliment que ce soit : on a bien compris que ce n’était pas le lait, par ex, qui serait un poison en soi, mais l’organisme d’Héloise ou celui de Pascal qui, pour des raisons complexes, peine à le digérer. POINT. Et ce n’est même pas définitif, en plus!

Donc :

– toubib mercredi pour Héloïse (le 5 mai pour Pascal);

– on a déjà décidé que même si Pascal était effectivement intolérant au riz, … tant pis pour lui ;-)!!! C’est juste pas possible de supprimer tout ce qui contient du gluten ET le riz! Enfin, si, possible, mais vraiment trop contraignant

– on apprend à cuisiner autrement, c’est fatigant, parfois bon mais parfois pas, comme d’hab!

Et vous qui me lisez et vous posez des questions sur les intolérances alimentaires, quel est votre parcours? Avez-vous fait faire des analyses? Lesquelles? Avez-vous supprimé des aliments et cela a-t-il changé votre santé?

Print Friendly, PDF & Email

Posted in Intolérances alimentaires : ressources.


129 Responses

Stay in touch with the conversation, subscribe to the RSS feed for comments on this post.

  1. Caroline says

    Bonsoir,
    ces préoccupations rejoignent tout à fait celles de notre famille en ce moment. Pour des raisons de soucis de croissance, l’homéopathe qui suit notre petit dernier nous a fait supprimer de son alimentation lait de vache et gluten, sans avoir pour l’instant fait de test sanguin. Et, par solidarité autant que par simplicité, nous avons tous quasiment supprimé ces produits, ou en tous cas nettement réduits. Résultat, amélioration de la peau pour moi. Pour les autres, rien de très visible, mais en tous cas personne ne s’en plaint, et nous découvrons également d’autres façons de cuisiner !
    Alors je vous souhaite quand même bon courage car cela reste une contrainte de plus à gérer dans une famille de 5 personnes, mais aussi de belles découvertes culinaires et gustatives !

    • Flo Makanai says

      Merci Caroline. Chez nous aussi, par solidarité et simplicité, nous mangeons tous « sans » les aliments à exclure pour le moment.
      Et je savoure quand je suis seule, la chance que j’ai de pouvoir croquer à l’extérieur sans m’en soucier dans un tout simple sandwich baguette jambon beurre…

  2. flo says

    Je suis ravie d’apprendre qu’Héloïse va mieux, c’est une très bonne nouvelle !
    Sans doute que les problèmes de peau de ton mari vont continuer à s’atténuer dans le temps, certaines réactions prennent plus de temps à disparaître après l’arrêt de l’élément déclencheur.
    Tu t’en sortiras très bien j’en suis sûre et tu trouveras toutes les astuces nécessaires pour continuer à faire de bons petits plats à ta famille malgré toutes ces restrictions.
    C’est une chance que tu aies tant d’expérience et de goût pour la cuisine 🙂

    • Flo Makanai says

      Oui Flo, c’est une CHANCE et une grosse que nous ayons chez nous déjà tant l’habitude de cuisiner, et en plus de cuisiner autrement qu’avec des produits classiques. Ca nous simplifie énormément la vie, parce qu’on n’a pas besoin de changer de lieux où l’on fait nos courses, par ex, et que je connaissais déjà quasi toutes les farines sans gluten, par ex, et que j’ai des livres de cuisine vegan à la maison qui sont bien précieux pour trouver des substituts aux oeufs par ex.
      Pour ceux qui font leurs courses en supermarché classique et n’ont aucune idée de comment cuisiner « autrement », ça doit être panique à bord…. TOUT est alors à repenser, réorganiser… Mais, tu le sais comme moi, c’est POSSIBLE!

  3. Véro (dietimiam) says

    Je ne copie pas le commentaire du dessus mais me voilà absolument ravie de savoir que ta fille va mieux ! A ces nutritionnistes qui croient tout savoir, voilà la preuve que ce test a donné des résultats convaincants. Alors oui, peut être c’est un peu fatiguant de devoir changer ton mode de cuisine. Mais ça ne pèse pas bien lourd à côté de la santé de ta fille. Elle va pouvoir retrouver la joie de faire plein de trucs sans l’angoisse d’une migraine ou autres manifestations !
    Merci du fond du coeur de nous faire partager ton expérience.

  4. VanessaV says

    Et beh dis donc, c’était une sacrée enquête! Je ne savais pas que les intolérances pouvaient être si nombreuses et si sources de « petits » maux. Je devrais peut-être le faire sur Edouard, très vite avec la rhinite et ses allergies saisonnières, il a aussi des troubles digestifs. J’attendrais sûrement encore un peu pour le faire à YAel avec, il n’a encore rien de répétitifs mais c’est à observer.
    C’est un sacré travail de devoir réapprendre à cuisiner. Je devrais tout de même lire ta référence parce que je suis en train de me faire une pratique peut-être sur des bases difficiles pour la famille… et moi qui suis intolérante au sucre, j’en ai remis dans mon alimentation… je devrais faire plus attention… Billet très intéressant et très motivant.

  5. Clea says

    Je comprends mieux tes préoccupations (et ta fatigue) du moment. Je ne connaissais pas l’existence de ces analyses, je trouve cela très intéressant. Ca doit être un peu panique à bord dans un premier temps, mais vous allez certainement tous rapidement retrouver des habitudes et le plaisir de manger les bons petits plats dont tu as le secret !

  6. belleble says

    J’ai lu ton billet avec beaucoup d’attention. Je ne connaissais pas en détail ce test d’allergies alimentaires. J’ai transmis à mon Prince Gourmand en me disant que cela pourrait peut-être aider certaines personnes de sa famille.
    Et j’ai été ravie de lire qu’Héloïse va mieux. Il y a comme un vent de renouveau qui souffle par ici ! Même si cela implique de revoir complètement ta façon de cuisiner, je suis sûre que cela ne sera que positif.
    Je t’embrasse. Prenez soin de vous.

  7. Gwen says

    Je suis ravie d’apprendre que les résultats (pas ceux des analyses, ceux de la mise en pratique) sont positifs. Comme je te l’ai déjà dit, j’ai confiance en tes capacités d’adaptation, mais c’est pour nous que je pleure ! Oui, nous, tes lecteurs, est-ce qu’on aura encore du pain ? ;o)
    Bise à toute la famille !

    • Flo Makanai says

      OUI 😉
      Peut-être surtout sans gluten pendant un temps, mais je REFUSE d’envisager que MON pain au levain fait avec des farines bio de qualité puisse être exclu de nos tablées bien longtemps…

  8. Le Blog de Pouce says

    La question que je me pose est que de supprimer autant d’aliments va obligatoirement poser des problèmes d’équilibre alimentaire. Comment allez-vous contrer ce problème ? Va t-il tout de même y avoir des réintroductions faites au fur et à mesure ?

    • Flo Makanai says

      Oui, il y aura des réintroductions au fil du temps.
      Comment, je ne sais pas encore puisque nous n’avons pas revu le médecin.

      Je ne suis pas trop inquiète pour l’équilibre alimentaire chez nous parce que :
      le gluten n’est pas une protéine indispensable et nous consommons à la place des farines (pois chiches, lupin, teff etc.) qui sont très intéressantes sur un plan nutritionnel;
      les produits laitiers sont une source importante de calcium mais ils n’en sont pas les seuls pourvoyeurs : en effet, on en trouve aussi dans « eau du robinet, amandes, persil, figues, cresson, cacao, pissenlit, jaune d’œuf, graines de sésame, épinard, certains poissons… », sachant de plus que selon certaines « sources[9] [10] [11], le calcium présent en grande quantité dans les produits laitiers serait assimilable seulement à 30 % par l’organisme. Autrement dit, votre corps n’absorberait au mieux que 90 des 300 mg du calcium contenu dans une tasse de lait. Le calcium des légumes serait deux fois mieux assimilé, soit dans une proportion de 50 à 70 %. Une tasse de brocoli équivaut donc facilement à un verre de lait. » et « Parmi les autres bonnes sources de calcium, il y a le chou cavalier, les feuilles de navet, les sardines, le maquereau et le saumon rose en boîte avec les arêtes, le tofu traité au sel de calcium, les légumineuses, les algues (hijiki, wakamé, etc.), le rutabaga, la mélasse noire (black-strap) et les figues. » (wikipédia)
      – nous mangeons énormément de fruits et de légumes de saison qui nous apportent leur lot de vitamines, minéraux etc., ainsi que beaucoup d’oléagineux (noix, amandes, noisettes, graines de lin moulues, sésame complet) qui nous apportent beaucoup.
      – nous consommons désormais plus de viande, plus de poisson, et avons la main plus lourde côté huile (d’olive ou de colza, surtout, et toujours vierge 1re pression à froid et bio) puisque sont exclus (pour le moment) les oeufs et tous les laitages.

      Non, je ne suis pas inquiète pour notre équilibre alimentaire, mais j’y ai réfléchi (et y réfléchis!), notamment parce qu’on (on étant ici une personne qui n’a pas la plus petite idée de comment nous mangeons chez nous, soit dit en passant) m’a dit récemment que ce que je faisais était dangereux pour ma fille car je l’exposais à des carences lourdes. Sincèrement, je ne crois pas au vu de la variété et de la qualité de ce que je lui propose comme alimentation.

      Par exemple, aujourd’hui, elle a emporté à déjeuner:
      – une portion de carottes fraîchement râpées assaisonnées d’un trait d’huile d’olive vierge d’Italie, première pression à froid Vigean (bio) + 6 noisettes décortiquées, un peu de fleur de sel et 1 petite poignée de raisins secs;
      – une portion de millet que j’ai fait rissoler hier dans une poêle avec de l’huile d’olive, des oignons émincés, des haricots verts (bio surgelés) et des dés de lard fumé fermier puis fait cuire dans un mélange de coulis de tomates et eau, le tout assaisonné de sel, thym et un mélange d’épices qu’on aime beaucoup, le za’atar;
      – une banane

      ce soir, nous mangerons tous:
      -du hommous maison, avec des pois chiches que je ferai cuire moi-même;
      – des gressins à la farine de pois chiches
      – du poisson cuit entier au four avec un peu de citron et d’huile d’olive, avec une grosse salade d’endives, betterave crue et noix;
      – un crumble pommes-framboises à la farine de lupin.

      Et ce matin, c’était pain au levain de teff avec des farines sans gluten (je vous en reparlerai) et tartinade de chocolat sans lait Jean Hervé.
      Franchement, je ne me fais pas de souci.

      Mais ceci dit, vous avez complètement raison de poser la question, elle mérite de l’être et je ne la perds pas de vue. Je vous dirai comment il sera prévu de réintroduire les aliments au fil du temps quand j’en saurai plus.

      • Encuisinectout says

        Bonjour,
        Je poste ici, au lieu de te répondre sur l’article complet car cette réponse me fait réagir:
        Tu dis que certaines personnes disent que ce que tu fais est dangereux pour ta fille. Je crois au contraire que non, car justement, du fait de ces intolérances, tu te préoccupes beaucoup plus de son alimentation, de veiller à un bon équilibre alimentaire. Dans l’opinion publique, si on ne mange pas de tout, c’est dangereux. Mais on se bourre ainsi de mauvaises graisses, de plats déséquilibrés, de sucre, alors qu’en veillant de plus près à un bon équilibre alimentaire, on peut manger tout à fait correctement sans mettre sa santé en danger.
        Tu connais ainsi parfaitement les équivalence, tu sais par quoi remplacer tel ou tel aliment pour ne pas déséquilibrer son alimentation, et la santé de ta fille ne peut que en bénéficier (de même que celle de toute la famille, puisque c’est une alimentation encore plus saine que tu proposes à tous).
        Mes enfants n’ont à priori pas les problèmes d’Héloïse, mais autour de moi, plusieurs personnes (dont l’ancienne nounou de mes enfants) avaient été choquées parce qu’il m’arrivait de leur préparer du quinoa, ou du boulghour avec des légumes pour le déjeuner, sans leur donner de viande; on m’avait alors dit que je faisais n’importe quoi, ne pas leur donner de viande, c’était dangereux pour eux…. mes enfants adorent ce genre de plats, j’utilise ces céréales bio pour leur protéines et sucres lents, je leur trouve beaucoup d’avantages, mais leurs bienfaits ne sont pas connus.C’est suite à cela que j’ai pu m’apercevoir que la plupart des gens ne savent pas ce qu’est réellement l’équilibre alimentaire et ne mangent pas vraiment correctement.
        En tous cas, bravo pour ce que tu fais pour ta fille et le reste de ta famille, peu d’enfants ont cette chance là.

  9. Anne says

    Bonne leçon de positivisme Flo et bonne nouvelle pour Héloise. Ici, nous n’avons pas fait d’analyses car nos symptomes ne sont pas aussi marqués que ceux d’Héloise mais avons remarqué que notre corps ne réagissait pas bien avec certains aliments. Quand on suspecte qu’un aliment nous fait du mal, nous le supprimons pour voir les effets et si nous remarquons qu’en effet ne pas prendre cet aliment diminue crampes intestinales ou fatigue ou autre symptome, nous décidons alors de diminuer la consommation de cet aliment sans toutefois le supprimer complètement. Ainsi, mon mari a diminué la consommation de lait, cacao et pommes trop vertes (trop de pectines), moi pommes trop vertes et noix crues à prendre en quantité modérée (noix de cajou, noix du Brézil etc). Il faut apprendre à écouter son corps. Bonne journée

    • Flo Makanai says

      Oui, écouter son corps, ce qui n’est pas toujours aisé…
      Et Héloïse ne sait pas écouter son corps (pour le moment, et sauf peut-être pour « gérer » ses migraines), elle est d’abord dans le désir d’un aliment ou pas, même si elle n’est pas bien ensuite…
      Le tempérament de chacun est très différent: Héloïse et Pascal foncent et mangent vite et beaucoup et puis « on verra bien », il leur faut vraiment un interdit fort (et qui ne vient pas de moi!) pour qu’ils se retiennent ou excluent…

  10. Tiuscha says

    C’est quand même galère et je comprends l’inquiétude. On a vécu le même truc avec Melle E quand elle a fait une grosse gastro d’un genre spécial (vomissement tous les 10 jours, durée totale 2 mois !), on a quand même pu isoler une intolérance à l’oeuf. Aujourd’hui elle n’en mange plus que dans les desserts (qu’elle digère TRES bien 🙂
    Pour autant en effet rien d’alarmant ni d’irréversible, vous verrez bien avec le médecin et puis cela se tassera sans doute avec les années… Plein de bonnes choses pour la suite !

  11. Isa says

    Hello!

    Encore un billet bien intéressant. Il semblerait que les allergies (entre autre alimentaires) augmentent follement. Je lis en j’entends que c’est lié aux évolutions de nos modes de vie, entre autre notre hygiène qui nous rend plus fragiles et la pollution. L’alimentation est nécessairement concernée, entre autre à cause de cette fameuse hygiène qui n’a pas que du bon et de la pollution.

    Depuis quelques années, je ne m’intéressais plus à ces questions parce que j’étais moins gênée, ou que mon changement de mode de vie me permettait de mieux vivre ces gênes (et que j’en avais ras-le-bol aussi). Depuis l’an dernier, les symptômes sont revenus en force, entre autre avec des sensations de feu dans le palais et une gorge qui me fait mal + de 6 mois sur 12.

    Je découvre l’ampleur des problèmes d’allergie aux histamines et le risque qu’il y a à changer son alimentation de manière drastique. Ainsi, depuis que je suis (très très vaguement) « moncoachminceurbio », je mange bien plus de noisettes fraîches et en purée, de kiwi et de crudités (entre autre). Et mon palais brûle, de gros boutons rouges et très urticants apparaissent sur mon visage et ma gorge est en feu. Il pourrait y avoir un lien car ces aliments contiennent beaucoup d’histamine (dixit l’allergologue que je suis allée voir). J’ai sériesuement diminué ma consommation d’aliments bourrés d’histamine, je les cuits (ça tue l’histamine), je les mélange (tomates + vinaigre = OK car l’alcool tue l’histamine), bref on s’adapte mais il faut être informé !

    C’est là que ça se gâte car plein de médecins ont tendance à voir les réactions cutanées, la fatigue, les maux de tête comme des symptômes de stress. Ce qui ni très constructif, ni très professionnel, me semble-t-il ! Alors c’est un long parcours qui consiste à se documenter, réfléchir et faire des CHOIX personnels selon son instinct, ses envies… Bref, la vie quoi.

    En tout cas, je suis soulagée de lire qu’Hélo va bien ! Et quand à l’alimentation des Makanai, je doute fort qu’il y ait mieux !!

    • Isa says

      Je me suis trompée, la cuisson ne tue pas l’histamine !

  12. marie says

    Cet article me touche profondément puisque, j’en avais déjà parlé, nous avons été confronté à cela pour mon fils aîné qui a présenté très tôt un eczéma sévère (et ce malgré un allaitement exclusif)
    Suite aux tests sanguins, nous avions éliminés: oeufs, caséine, lait, blé, ail. Et à notre suprise, ça a été pour le confort de tous (perte de poids pour moi, + grande forme physique, moins de somnolence après les repas, moins de déprime aussi)
    C’est super que vous ayez trouvé un médecin qui vous accompagne dans ce changement d’alimentation. C’est pas toujours facile de trouver des oreilles attentives.
    Mon grand garçon a refait des prises de sang récemment, il peut manger maintenant de tout (sauf de l’œuf cru).
    Pour nous, cette « contrainte » est finalement devenue une chance, ça nous a ouvert des portes, on a appris beaucoup, et découvert plein de bonnes choses à manger qu’on ne connaissait pas avant. Et l’on s’en porte mieux!

  13. Laurence says

    Bonjour Florence,
    Avez-vous vu l’émission « zone interdite » hier soir sur M6 ? Il y avait justement un reportage très intéressant sur les allergies de toutes sortes (pas seulement alimentaires d’ailleurs) dont le taux ne cesse de progresser, le nombre de personnes allergiques va doubler d’ici 5 ans !!!!!Un des plus grands spécialistes allergologues de France, qui exerce à Tours, faisait remarquer qu’à force de nous surprotéger (lavage des mains incessants, antibiotiques pour un oui ou un non), nous avions affaibli notre organisme qui donc se mettait à fabriquer des anti-corps… Si vous trouvez le temps de le visionner, je vous le recommande (on peut le faire sur M6 replay je crois) Egalement, il y a un constat affolant sur la disparition des abeilles dans les campagnes (principalement à cause des pesticides), des ruches se multiplient donc dans les villes sur les toits des bâtiments près des jardins publics avec des fleurs afin qu’elles puissent butiner… Incroyable…. le monde tourne vraiment à l’envers…. enfin bref, c’était très instructif….
    Le fait de voir son enfant en bonne santé vaut largement tous les sacrifices, j’en suis persuadée…
    bonne semaine

    • Flo Makanai says

      Non, Laurence, pas vu. Merci pour l’info.
      Et ce qui est exaspérant est qu’Héloïse est soignée par homéopathie depuis sa naissance, n’a pris que très très peu d’antibiotiques (sauf le dose de cheval qui lui a été administrée quand elle a été hospitalisée suite au phlegmon) et qu’on n’est pas des dingues d’hygiène ici : on a un chien, on vit à la campagne, Héloïse a mangé son lot de terre du jardin ou de sable enfant etc…

  14. Astucia says

    Vos interrogations et vos doutes rejoignent les miens. Pour ma part, j’ai deux enfants poly-allergique. Mais étant moi-même allergique aux acariens, je l’ai suspecté très tôt et contre l’avis de mon pédiatre, j’ai fait faire les tests dès 4 mois. Il était à ce moment là couvert d’eczéma. ça s’est bien amélioré par la suite mais il persiste toujours quelques soucis (eczéma et rhinites). Mon premier est allergique aux fruits à coques, œufs, moutarde, ex-allergique lait, soja, blé, noisettes, amandes. Le second l’est au chat et acariens, ex lait et œufs.
    Ce qui m’amène à vous répondre, c’est surtout le résultat sanguin de vos enfants. Il faut savoir que seul une prise de sang ne peux déterminer s’il y a allergie ou pas. Vous devez absolument coupler votre prise de sang avec des pricks tests (tests cutanés).
    Il arrive fréquemment que le taux de prise de sang soit élevé malgré une consommation sans soucis. Mes enfants aujourd’hui ont quelques années et sont bien suivi pour leurs allergies.
    Le plus grand conseil que je pourrais vous donner, c’est de ne pas exclure tous les aliments et ne surtout pas traquer toutes les traces d’allergènes. Vos enfants n’ayant jamais fait de réactions graves(œdèmes, choc anaphylactique), tentez de maintenir une consommation qui ne provoque pas de réactions chez vos enfants et qui leur permettrons de garder une certaine tolérance qui pourra croitre par la suite. Mon allergologue (très reconnu dans le domaine) dit souvent qu’il vaut mieux un peu d’eczéma que de rien consommer. Maintenant, le plus dure sera pour vous de trouver le seuil qui ne provoque pas de réactions et surtout, faites faire des tests supplémentaires par un allergologue.

    • Flo Makanai says

      Merci beaucoup pour ces infos.
      Comment avez-vous procédé pour que vos enfants cessent d’être allergiques au lait ou aux oeufs?
      J’ai conscience qu’il faut veiller à ce que l’enfant garde une certaine tolérance, mais merci d’enfoncer le clou, la peur de faire mal rend parfois tellement rigide… J’en parle au médecin demain, j’ai hâte de la voir, plein de questions à lui poser!

  15. Gaelle@whatareyoufeedingyourkidsthesedays.com says

    Je lis ton billet avec grand interet. Je vis aux Etats-Unis depuis plusieurs annees ou il est systematique de demander a de futurs invites s’ils ont des allergies alimentaires (je ne parle pas juste de cholesterol eleve ou de desir de perte de poids). Le taux de reponse positive est effrayant : que ce soit les crustaces, le beurre (mais pas la creme), le lait (mais pas le beurre), le beurre de cacahuete, etc. etc. On se demandait donc avec mon mari si c’etait le cas en France. Les commentaires que j’ai lus semblent indiquer un accroissement du nombre d’intolerance (plus ou moins marquee) a un nombre d’aliments. Comme tu l’as toujours montre, ce qui est important est de diversifier son alimentation: remplacer les farines de ble par d’autres, varier les sources de calcium, etc., privilegier le bio (et non-transgenique) sur le reste et adapter en fonction des reactions de chacun.
    Je suis contente de lire que ta fille va mieux et je te fais confiance pour concevoir des menus equilibres qui lui conviennent mieux. En tout cas, le menu de sa « lunch box » etait tres bien!!

    • Flo Makanai says

      Je connais ces contraintes américaines, en effet, et les excès que cela peut entraîner aussi… Bientôt chaque invité ici ou ailleurs aura à remplir au préalable une fiche d’information de plusieurs pages « par sécurité » 😉

  16. hermine says

    Bonsoir,

    Un adage (qui vaut ce qu’ il vaut)indique que quand on mange trop d’ un même aliment on devient intolérant.

    Ceci semble être le cas du gluten pour beaucoup de Français. Dans les magasins standards: des mètres de rayons de produits céréaliers salés, sucrés uniquement à base de blé , de même des mètres de rayons de produits frais à base de lait de vache…

    En bio , il y a déjà plus de choix de farines de céréales diverses et de produits laitiers de brebis, chèvre et du lait de jument..et des « laits végétaux » mais ce n’ est pas évident au niveau budget pour tout un chacun….

    Attention de ne pas tomber dans les excès de farine de lupin et les oléagineux qui sont potentiellement allergisants.

    Pour les oeufs, le problème ,je pense, vient des vaccins, vous et vos enfants avez-vous reçus beaucoup de vaccins? Les cultures de virus qui servent à la fabrication de certains vaccins se font sur des oeufs…D’ où une sensibilation à cet allergène.

    Trop d’ hygiène et trop de vaccins entrainent toutes ces allergies, le système immunitaire y perd « son latin » et toutes les réctions sont agravées par les pollutions (en particulier aux métaux lourd qui peuvent être aussi contenus dans les adjuvants des vaccins!)

    Mon mari et moi, avons à 50 ans passés supprimé le gluten sans raison vraiment précise, mais nous nous portons mieux et la nourriture est excellente, il faut tout préparer soi-même et passer beaucoup de temps à lire les étiquettes des courses…

    Nous ne mangeons plus jamais de pain et cela ne manque pas du tout…

    Je n’ achète aucune farine tout prête sans gluten (france agglu ou schar ou autre) car elles contiennent toujours des amidons (=industriels) et des améliorants (épaississants et gomme de guar)
    Pour le sucré: je mélange farine riz complet quinoa et amarante, pour le salé je remplace l’ amarante par du sarrazin ou du teff. Difficile pour les pâtes à tartes il faut un peu de petit épautre quand même.

    Pour le petit dej, je prépare souvent des muffins (farine de riz et flocons sans gluten quinoa ou riz ou millet), du riz au lait végétal ou des pains d’ épices au lait végétal et avec un yaourth de brebis à la grecque , il y a aussi des céréales toute prêtes mais je fais toujours mon propre mélange (des flakes de sarrazin+ des billettes de chataigne+ de l’ amarante soufflée, etc)

    Attention aussi à ne pas tomber dans l’ excès de tofu et maïs. Le maïs n’a aucune qualité nutritionnelle particulière, il apporte juste des calories. Les incas sont peut-être disparus car ils ne mangeaient que des produits à base de maïs?(DR Seignalet)

    Les associations d’ aliments (alimentation biocompatible) sont également importantes, certaines associations sont incompatibles au niveau digestif dans un même repas et ces « déchets  » non digérés passent dans le sang et entrainent des réactions qui ne sont pas forcément allergiques. La plus grande erreur =les pâtes à la sauce tomate et les pizzas….les glucides se digèrent en milieu alcalin et la sauce tomate est acide….(la sauce tomate c’ est pour les protéines maigres…)

    Le groupe sanguin est également important car certains aliments ont des antigènes croisés avec ceux des globules rouges et cela provoque des réactions (Dr D’ ADAMO)Le groupe O doit impérativement éviter le blé (entre autres).

    Drainage et protection du foie, alimentation biocompatible et grande variété alimentaire permettent d’ éviter beaucoup d’ écueils et donnent de bonnes améliorations .

    Attention de ne pas tomber d’ un excès dans l’ autre , c’ est vraiment le travers à éviter.

    Donc à la maison nous mangeons selon notre groupe sanguin (O et A) une alimentation biocompatible et sans gluten, en évitant produits laitiers et Tofu ….Nous enmenons toujours notre repas au travail .

    Bien souvent le contenu des assiettes est différent, mais cuisiner reste toujours un plaisir et on se régale avec des choses très simples

    Bien à vous et votre famille

    • Flo Makanai says

      Bonjour Hermine,
      plein d’infos dans ce message, merci!
      Et j’ai lu aussi plusieurs fois que l’on pouvait devenir allergique quand on consommait trop d’un aliment.
      Mais aussi qu’il existe moultes causes possibles, difficiles à démêler les unes des autres.

      Quant aux régimes en fonction du groupe sanguin, je connais mais je n’y adhère pas du tout. Et pour la petite histoire, quand nous avons reçu les analyses de sang, nous avons confronté les résultats avec les intolérances que, selon le Dr D’Adamo, Héloïse ou Pascal auraient du avoir, et je peux vous dire qu’il n’y a pas grand chose en commun.
      Quant à moi, qui suis du groupe O, je n’ai pas d’intolérance au blé!

      Oui vous avez raison: il est essentiel de conserver un équilibre, donc de ne sombrer ni dans un excès, ni dans l’autre. Pour reprendre les mots d’Isa un peu plus haut: « la vie, quoi! »

  17. Laetitia says

    Bonjour,

    Je trouve votre blog extrêmement bien construit et instructif… quelques réflexions cependant:
    # tous les ostéopathes et homéopathes que j’ai pu consultés ou que des amis ont consultés attribuent au lait et aux produits laitiers en général bien des maux… et le moins que l’on puisse dire c’est que le débat est ouvert! je précise que je ne consulte plus d’homéopathes de ce fait, et aussi grâce à mon petit frère qui est étudiant en médecine et qui m’éclaire un peu…
    # généralement, les mêmes médecins homéopathes et ostéopathes sont farouchement contre les vaccins, et d’après certains courriels que je viens de lire, les vaccins sont aussi mis en cause ici. C’est pourtant une accusation grave.
    # ne faudrait-il pas adopter une relation plus détendue à la nourriture? C’est la réflexion que je me suis faite en lisant le détail du déjeuner de votre fille. Il y a des jours où on a le temps de cuisiner, où l’équilibre alimentaire est parfait et d’autres où il l’est moins… Et ce n’est pas grave!
    #autre risque possible: celui de la boboisation! J’imagine la mine effarée de mon cher et tendre si je lui disais que nous devions faire des tests sanguins non remboursés et contestés dans la communauté scientifique qui atteignent un tel montant.
    # nous sommes ensevelis sous des messages ou des indications alimentaires et nutritionnelles contradictoires, et j’ai parfois l’impression que les gens ne savent plus ce que manger signifie. Manger un hot-dog (parfaitement politiquement incorrect) avec sa maman après une virée cinéma ou la visite d’un musée peut sans doute faire autant de bien que manger de façon orthodoxe mais « à part ». Car c’est cela manger, c’est être avec les autres.

    Voilà, c’était tout…
    Merci de m’avoir lue et merci pour votre blog.

    • Flo Makanai says

      Merci Laetitia d’avoir pris le temps de ces mots, ils nourrissent la discussion, donc la réflexion.

      Tous les homéopathes ne diabolisent pas le lait et plusieurs allopathes déconseillent le lait dans certaines pathologies, voire en recommandent l’exclusion momentanée (une excellente amie travaille dans un service pour ados dans un hopital public et m’en parle régulièrement, pour des cas bien ciblés). Je ne crois pas juste de faire l’amalgame médecine « alternative » = anti lait et anti vaccin par opposition à médecine allopathique = pro lait et pro vaccins.
      L’homéopathe qui a suivi notre aînée jusque l’an dernier était pro lait, pro vaccins (elle nous a même recommandé un vaccin dont le généraliste ici comme la pharmacienne n’avaient jamais entendu parler!!!)
      Et c’est parce que cette homéopathe, qu’on connaît depuis 22 ans, refusait de prendre en considération les symptômes d’Héloïse et les balayait toujours d’un revers de la main qu’on en a changé à l’automne dernier (sans savoir que celle que nous consultons désormais est partisane de l’éviction du lait etc.)…

      Oui c’est une accusation grave de mettre en cause les vaccins mais oui c’est grave de vacciner et pas toujours sans effet secondaire… Vous avez vu que le BCG est remis en question, par exemple? Mes enfants sont vaccinées (BCG, DTP et RoR), je ne suis pas contre le vaccin à titre de principe, c’est fabuleux qu’on soit protégé de tant de maladies dramatiques, mais ce n’est pas un geste anodin, et je suis sacrément contente de ne pas avoir fait vacciner mes filles cet hiver comme pourtant plus qu’encouragé par l’Etat…

      Oui il faut être plus détendu face à la nourriture, et oui je l’ai été pendant quelques dizaines d’années (j’en ai 44), mais je n’arrive pas à être détendue face à ma fille qui ne cesse d’être infectée, fatiguée, cernée, pas bien… Je n’arrive pas à rester indifférente et à balayer ça d’un « elle grandit, c’est normal », je n’arrive pas à accepter que son corps puisse lui enlever une partie des forces dont je veux qu’elle jouisse pour grandir dans sa tête. Et je refuse qu’elle avale comprimé sur comprimé de je ne sais quoi pour taire ses maux (=lui clouer le bec pour que cela ne dérange personne…) sans aller les éradiquer à leurs sources… On redeviendra détendu face à la nourriture, c’est évident, on n’aime pas couper les cheveux en 4 ici, même si on a une forte tendance à le faire! Mais pour l’heure, on n’est PAS ZEN par rapport à ça, on veut AIDER Héloïse à vivre mieux, et c’est un vrai combat…

      La boboïsation… Oui, la quantité d’argent dont on dispose a un impact sur les décisions qu’on prend. Mais on peut aussi voir les choses sous un autre angle : si on acceptait de traiter les maux de notre fille de façon traditionnelle (doses massives de paracétamol et aspirine, traitement de fond à base d’ergot de seigle contre les migraines, etc + consultations chez le généraliste conventionné tous les 15 jours ou mois pour qu’il atteste qu’elle souffre bien encore d’une otite et qu’il nous prescrive des antibiotiques etc etc), vous ne croyez pas qu’on aurait coûté à la sécu bien plus que 176€? Alors on est plutôt sympa : on cotise à la sécu parce qu’on bosse ET on paye quand même de notre poche les soins apportés à nos enfants…

      Oui c’est important de manger avec les autres. Et Héloïse mange avec les autres à la cantine, même si son assiette est différente et préparée à la maison. Elle apporte un peu plus pour une de ses amies qui adore ce qu’elle mange. Elle apporte régulièrement des gâteaux à toute sa classe qui n’en croit pas ses papilles que ce soit si bon sans oeufs, sans beurre etc. On reçoit, on est invités, on n’est pas du tout mis sur la touche!
      Oui manger un truc complètement inhabituel est parfois un plaisir extra, et mes enfants ont déjà mangé au McDo, au Quick ou des pizzas à la Pizza Del arte, etc. On est normaux 😉

      Mais là, depuis les résultats, on est très stricts, c’est vrai, parce qu’on veut qu’Héloïse aille MIEUX et qu’on ne voit le médecin à nouveau que demain, donc on a fait du mieux qu’on a pu…
      Et elle va SUPER bien, tout notre entourage s’émerveille de lui voir une mine rose et un teint parfait, non cerné!

  18. Tweet says

    Il est vraiment dommage que ces analyses ne soient pas remboursées, même si leur méthodologie est controversée.
    Ce qui compte, vraiment, c’est que ta puce aille mieux. Et pour les habitudes de cuisine, eh bien il est vrai que ce doit être contraignant mais enfin, si votre fille va mieux… Il n’y a certainement pas photo.
    Je suis épatée en revanche par l’intolérance à l’agar-agar. C’est idiot mais je n’avais jamais réalisé que l’on pouvait y être intolérant.

    Personnellement, je n’ai pas fait les analyses : j’ai testé une alimentation stricte sans gluten ni lait de vache sur conseil de mon acuponctrice-homéopathe. Et miracle, plus de douleurs dans tout le corps, plus de rhume, un meilleur sommeil, un syndrome du colon irritable presque en sommeil. Alors pour moi, il n’y a pas photo.

    • Flo Makanai says

      Je n’aurais jamais imaginé pour l’agar-agar moi non plus… Pascal serait aussi intolérant au thé vert, apparemment!!! (mais il en a bu dimanche et n’est toujours ni mort, ni malade 😉 )!

  19. Vanille says

    L’essentiel est que ta fille aille mieux à présent !
    Je suis admirative face ta façon d’aborder ces contraintes alimentaires. Et cela developpera forcement encore plus de créativité.

  20. técinaé says

    bonjour flo,
    J’ai arrêté le gluten et les produits laitiers un temps, et après avoir lu « le zen macrobiotique » de G OSHAWA, j’ai pendant quelques jours suivi le régime N°7 de la macrobiotique, le tout sans une once de produit raffiné, trafiqué, modifié… c’est radical, super contraignant… mais les résultats aux bouts de quelques jours sont impressionnants et comme tu dis c’est pas pour la vie, c’est juste histoire de reposer sa machine lui faire un bon nettoyage et repartir décrassée et fraiche comme un gardon.
    quand la contrainte est trop dure, que j’ai besoin d’un peu de souplesse et de réconfort je mange un bon sandwich jambon beurre 😉 même pas bio !, voire aussi un morceau de gâteau à l’orange… je savoure, j’en meure pas ! si j’abuse je sens mon corps encrasser directement et les symptômes réapparaître et je repars tranquillement sur des bases plus saines pour moi…
    toute cette aventure m’a appris que j’avais un corps ! si si !!
    changer ses habitudes alimentaires est certes super sportif, mais le meilleur est devant et la vie est toute entière super sportive ! non ? et rien n’est définitif

    vous êtes une famille, des parents formidables et tu es une maman pleine de ressources d’attention et d’amour, ne jamais en douter une seule minute!

    • Flo Makanai says

      Bonjour Técinaé, et merci pour tes encouragements.
      Je ne connais que très peu la macrobiotique. Ca me semble si lourd, comme tu le soulignes…
      Oui la vie est super sportive!!! Et rien n’est définitif (la vie pas plus que le reste!!! 😉 )

  21. Marie Pk says

    Moi aussi, j’espère que tu ne doutes pas que tu es une maman formidable (car certains commentaires peuvent dérouter…). Tu étudies et te renseignes tellement sérieusement que tu ne peux pas faire de grosses erreurs.
    Bon courage pour avoir le plus souvent possible envie de cuisiner autrement!

    • Flo Makanai says

      Si, je doute d’être une maman à la hauteur, et parfois je ne le suis pas du tout;
      si, j’ai peur de faire du mal à mes enfants, et je sais bien que c’est inévitable;
      si, je pleure quand ma fille fond en larmes dans mes bras en me disant que c’est trop trop dur d’être différente des autres tous les jours et j’ai alors envie de lui dire « ok, on laisse tout tomber! »;
      si, j’ai des accès de panique (le mot n’est pas trop fort) quand on me dit que je me plante complètement, que ma fille n’a rien, que c’est moi qui ai peur de tout, que l’homépathie c’est n’importe quoi, le bio n’en parlons pas, les analyses une arnaque etc.
      si, je suis épuisée et c’est DUR…
      non je n’ai pas tellement confiance en moi, et c’est sans doute pour ça que j’ai préféré payer pour qu’on me dise quelles étaient les intolérances plutôt que de procéder par élimination au fil du temps, parce que j’aurais alors eu trop peur de me tromper…

      Mais comme tu le relèves, je me documente tellement sur ce que je fais, je m’y implique tellement en tâchant de voir l’ensemble du tableau et pas juste les aspects qui vont dans un sens ou dans un autre, que je garde espoir d’aider ma fille plutôt que de lui nuire…
      La vie nous le dira… L’enjeu pour l’heure n’est pas d’être une mère comme ci ou comme ça, de toute façon, mais d’aider ma fille. Même si ça veut dire la contrarier parfois lourdement, la voir pleurer, la frustrer… 🙁

      Merci Marie.

  22. Laetitia says

    Bonjour,
    Merci de m’avoir répondu de façon aussi nuancée. Je comprends mieux votre situation maintenant et vous êtes très mesurée dans vos propos.
    Il me reste une question: comment arrivez-vous à tout concilier? Entre le travail et le temps que prend la confection de vos repas? Comment vous organisez-vous? Personnellemnt, ayant trois jeunes enfants et un travail très prenant, c’est la question qui me taraude. Et comme vous pouvez aisément le deviner, je ne suis pas « tombée » il y a quelques mois sur votre blog de façon fortuite… L’alimentation et la gastronomie m’intéressent!
    A bientôt!

    • Flo Makanai says

      C’est un défi quasi quotidien, cette organisation, et il est plus fréquent que je m’avoue vaincue que le contraire!
      Mon mari m’aide beaucoup (même si j’aimerais toujours plus!), les filles aident aussi (à ranger, à mettre la table, à faire à manger). Je discute aussi énormément organisation avec mon amie Jane (aulevain.com) qui a 5 enfants et qui les élève pour ainsi dire seule avec des contraintes lourdes, on essaye des trucs, on fait des tableaux, on se donne des idées et on s’encourage à rester dynamiques (c’est notre nature) quand on est l’une ou/et l’autre si fatiguée qu’on irait bien dormir 3-4 jours de suite!
      Et puis je suis toujours en retard sur une chose ou une autre, le repassage est rare ici, mon jardin est mal entretenu, je ne prends plus le temps de faire du sport en solo ou d’aller au ciné ou même d’aller faire un tour seule en silence, et j’en passe…
      Bref, je suis sans cesse à la recherche de L’Organisation qui ferait que tout serait simple et fluide (lire : « je continue à rêver » 😉 )!
      D’ailleurs, je ne perds pas espoir de mettre en ligne ici, sur Makanai, un de ces jours, des billets sur l’organisation…

  23. ManueB says

    Maintenant qui vous avez fait des analyses (pour Héloïse et ton mari), vous savez maintenant à quoi ils sont allergiques…..
    Ce n’est pas facile à vivre, il faut tout réorganiser. Au début, je pense que ce n’est pas facile.
    Mais quand tout sera mis en place, toute la famille ira bien !!!!!

    Je suis la seule allergique mais pas alimentaire (sauf quand je mange de noisettes/amandes, certains fromages j’ai la gorge qui gratte mais je gère) sinon j’ai des allergies aux acariens, pollens et graminées… et j’oubliais allergique au chat !!!!
    Je ne me plein pas.
    Heureusement que mes filles n’ont rien !!! enfin, pour l’instant…

    bisous
    manue

  24. ln says

    ce billet est tres intéressant.
    j’avais deja entendu parler de ces analyses, je connais quelqu’un qui a ete testé, grace à la kinesiologie. il a  » eliminé  » pas mal d’aliments et s’en porte mieux !

    ici , intolerance au lactose pour moi, depuis que je suis petite, accentuée depuis 1 an, j’ai fait le lien il y a peu, sans doute suite à 3 semaines d’antibio en cure intensive ( pneumonie impossible à soigner autrement)
    je viens de me faire une cure de 2 semaines de probiotiques avec eviction quasi totale des produits laitiers de vache. et je reintroduis petit à petit, ça a l’air d’aller.
    sachant que de toute façon , je consomme juste du fromage et un peu de yaourt, autrement c’est lait vegetal et yaourts soja.

    sinon ce billet m’interpelle par rapport à mon mari migraineux au possible !!

    à creuser….

    pour mes filles je surveille leur tolérance au lait de vache, elles en consomment peu sous forme directe, le boude parfois , en réclame à d’autres…
    mais depuis qu’elles prennent régulièrement des pro-biotiques, ça va mieux ( jeanne a tendance au ballonnements et lou infection orl , dont surtout otites..mais la dernière remonte à juillet !)

    en tout cas , je suis la suite de vos aventures avec attention !!!

  25. Sophie says

    Eh bien en voilà une série de commentaires !!!!
    C’est bien en tout cas d’avoir des réponses et de savoir que ta fille va aller (va déjà) mieux grâce à tes bons soins…. et on ne doute pas une seconde qu’ils soient bons ! Avec le temps, vous allez trouver le rythme, c’est sûr et nous (égoïstes) on va avoir pleins de recettes nouvelles !
    Si tu as le courage, le temps, le site http://www.taty.be et son blog est pleins de sages réflexions sur l’alimentation. le site est un peu mal foutu mais dans les liens, forums et échanges de questions tu trouveras surement de quoi alimenter tes recherches…. elle écrit aussi des livres de cuisine et je crois bien qu’il y a quelque chose sur le « sans gluten, sans etc et sans etc »
    je te souhaite une bonne semaine et des enfants aux joues roses !

  26. Catherine (33) says

    Ben voilà un programme bien lourd. Si je peux me permettre un peu de « lâcher prise » aide bien dans la compréhension des choses. Le recul aide à y voir plus clair…Alors après avoir essayé de comprendre les choses , on se rend compte que l’on ne peut pas tout maitriser, tout raisonner. Alors fais confiance à ton intuition et à ton amour de Maman et les choses apparaitront plus claire.Tu verras que tu percevras plus facilement le bon et le mauvais. C’est une expérience à la fois formidable et délicate mais qui te rapprochera de tes filles et qui te permettra de ne plus culpabiliser mais bien de remplir ton rôle de Maman présente, vigilante et attentionnée. Héloïse sentira ton soutien tout en subissant moins de pression et vous serez alors l’une et l’autre plus légères et je suis sûre que les choses iront mieux et que tu trouveras alors le régime adéquat à son épanouissement et de plus elle aussi sentira mieux ce qui est bon pour elle et inversement. Parles-en avec ton médecin et garde courage. C’est la partie la plus dure de notre rôle de femme et de mère mais quelle bonheur quand nous touchons au but…
    Une Maman qui te soutient et qui essaye de partager un petit bout de réflexions intimes sur la vie quotidienne parfois si compliquée mais si riche….
    Catherine

  27. Laetitia says

    Rebonjour,

    Je rebondis sur ce que vient d’écrire la personne précédente: je me suis permis de réagir à votre billet car je viens de lire un excellent essai sur les adolescents (« Ados en vrille, mères en vrac » du Dr. Xavier Pommereau), qui parle, entre autres,des troubles alimentaires chez les jeunes filles. Je plaiderais assez pour la légèreté moi aussi car nos angoisses rejaillissent sur nos enfants. Peut-être qu’une aide extérieure serait la bienvenue dans le cas de votre fille.

    J’ai conscience de la gravité de mon propos et je sais, à vous lire, que vous êtes une maman très attentionnée et bienveillante… Mais… L’inconscient existe et nos angoisses inconscientes, refoulées, aussi… J’ ai un père filiforme qui souffre d’orthorexie depuis des dizaines d’années (certainement en réaction à l’obésité de son propre père), qui a toujours eu un regard scrutateur sur ce que je mangeais, regard jamais neutre. J’ai une mère très ronde, gourmande, qui ne s’est jamais acceptée telle qu’elle était. J’ai été toute ma vie (j’ai 36 ans bientôt) « tout le temps malade » selon l’expression courante, toujours fâchée avec mon corps et la nourriture. Je précise que mes parents sont par ailleurs des personnes lumineuses, merveilleuse, que j’aime. Mais ils ont leur vécu, conscient ou non, leur rapport à la nourriture. Jamais ils n’ont cherché à me faire souffrir mais toujours est-il que j’ai eu des troubles alimentaires. Leurs conflits intérieurs sont devenus les miens pour un temps.
    Je fais une psychanalyse… et je n’ai plus d’otites, de sinusites. Je commence à faire la paix avec mon corps. J’ai une petite fille et je me suis jurée de la laisser tranquille avec la nourriture.

    En tout cas, ces échanges sont passionnants et croyez bien que je ne veux aucunement vous blesser.

  28. virginie says

    bonjour,
    il y a qq années, mon fils se réveillait avec des ganglions très très douloureux l’empêchant de marcher quand ils étaient situés dans l’aine, impossible de baisser et de garder les bras le long du corps quand ils étaient situés dans les aisselles, maux de têtes quand ils étaient situés sur les cervicales ………..
    la 1ere fois, on a mis ca sur le dos de la fatigue, d’une infection quelconque donc traitement antibiotique de réserve : 1 mois, 1 mois de repos, 1 mois .donc 6 mois de traitement et quand on connait les antibiotiques et leurs ravages sur l’organisme, on se pose toujours en tant que parent des questions sur le bien fondé d’un tel traitement !!!
    la deuxième fois, on me parle de faire des ponctions et compagnie et on me parle de cancer !!! la panique à bord, je pleure, je re-pleure, et je re-re-pleure puis je change de médecin.
    mon nouveau médecin propose des analyses de sang et en attendant une bonne lecture, rebelote, des antibios et voila, les analyses reviennent négatives.
    la mon toubib me dit, c’est pas parce que c’est positif qu’on est allergique à qq chose (pour preuve, j’ai fais les tests en même temps, et ma prise de sang était positive mais après tests sur la peau, rien n’est ressortit positif !!) et ce n’est pas parce que la prise de sang ne révèle rien qu’on est pas allergique !!! parfois compliqué le domaine médical !!!
    donc en route 2 mois plus tard pour une batterie de tests, j’arrive à l’hôpital, et la l’infirmière probablement beaucoup plus compétente que moi me demande si je viens faire des tests pour m’amuser à l’œil sur le dos de la sécu si la prise de sang est négative pourquoi creuser ??? c’est vrai, mais la je dois dire que je reste sur le C.. !!!
    valentin revient des test cutanés et la effectivement, mon médecin avait bien raison, l’infirmière aura appris qq chose aujourd’hui(peut être que quand on ne sait pas et bien on se tait mais la j’ai des doutes !!), le nombre d’allergie est édifiant : chat, pollen, venin d’insectes, résineux, ……………………. j’en passe et des meilleures !!
    pas d’allergies alimentaires connues parce qu’on a pas poussé les tests plus loin car on pense que les troubles respiratoires provoqués par ses allergies sont peut etre à l’origine de sa cyphose thoracique mais la, on en saura jamais plus !!!

    la désensibilisation dure depuis 2.5 ans, ca commence à fonctionner depuis 1 an seulement mais que pour les pollens !!!
    les allergies de valentin m’ont appris certaines choses : on est plus allergique à certaines salives de chats qu’à d’autres, on a tous notre petit moyen de défense pour certains, ce sera des ganglions, d’autres des rhinites, d’autres ……… et parfois, un petit mixe de tout ca !!!
    je pense que dans le domaine des allergies, il faut avancer à pas de loup, doucement, et parfois, revenir en arrière pour mieux avancer !!!!

    bonne journée à toi

  29. claire says

    Bonjour Flo,
    C’est un vrai débat !
    En tout cas, les posts de Lætitia sont intéressants. Ils montrent à quel point on peut inconsciemment porter nos ancêtres en nous. A ce sujet, la Psychogénéalogie peut apporter
    une aide précieuse lorsque l’on est face à un grand mur (dans n’importe quel domaine). Nous connaissons dans notre entourage un petit garçon qui était en surpoids et était très angoissé.
    Suite à une consultation, ses parents (et lui aussi) ont compris qu’il portait des choses lourdes (concernant leur famille) en lui, et se protégeait de cette façon. Il va beaucoup mieux aujourd’hui et peut vivre sa vie d’enfant.
    Je condense car l’histoire est longue mais elle nous fait comprendre qu’inconsciemment on peut se défendre de telle ou telle façon…allergie, surpoids…
    Voilà, bonne journée Flo
    Bisous

  30. Flo Makanai says

    Merci à vous tous qui laissez des messages « à longue portée », pas au sens offensif mais au sens où ils ont vraiment du sens et nourrissent ma réflexion tout en m’évitant les oeillères…
    Je ne répondrais pas ici sur les aspects psy des maux d’Héloïse parce que ce serait une violation grave de son intimité, que je mets déjà à mal en dévoilant ici certaines des choses objectives qu’elle vit, même si elle est d’accord pour que je le fasse. Mais vous avez toute liberté pour me/nous donner des pistes.
    RdV chez le médecin cet aprèm pour discuter des tests. A suivre.

  31. Framboise says

    Bravo Flo pour toutes tes réponses, précises, positives, mesurées, serait-ce la SAGESSE !!
    Ton optimisme (ou réalisme) et une certaine bonne humeur face à ce qui n’est pas facile à gérer (les résultats des tests) force l’admiration.
    Tu as aussi certainement un grand sens de l’organisation et j’attends avec impatience ton billet à ce sujet.

    Par ailleurs, je voulais te dire combien tu as raison de te fier à toi d’abord, à ton instinct (on est parfois un peu « animal’ à ce sujet, renifleur de pistes, on cherche, on creuse, on trouve et on avance). Ce que tu fais avec Héloïse et avec tes autres filles, est bien parce que cela relève du bon sens, tu communiques beaucoup, tu réconfortes, tu câlines et tu consoles… forcément ça marchera. Quant à Héloïse, surtout qu’elle ne se sente pas « différente » des autres, qu’est-ce que la différence d’ailleurs sinon un enrichissement. Je sais qu’à l’adolescence on aimerait se fondre dans la masse, être « comme tout le monde », surtout ne pas être « remarquable ». Cela va passer. Dis-lui bien que nos différences nous enrichissent justement. Le seul problème c’est que sur le coup, ça complique beaucoup la vie… Mais après tout, ça ne dure pas.

    Pour conclure, je suis tout-à-fait d’accord avec Claire (et Laetitia) pour dire combien la psychogénéalogie peut s’avérer un élément important de nos vies. Tu me connais un peu, je ne dis pas cela à la légère.

    Bisous ensoleillés (pas d’allergie) à toi et ton petit monde.

  32. AC says

    Impressionnant tout cela, J’espère( en fait je suis certaine) que tout va bien allé. Tiens nous au courant et de ce pas je vais aller tout raconter au parrain d’Héloïse. Je pense lui demander de lire ton article ce sera plus simple pour moi. Nous t’embrassons et nos t’envoyons via Fedex overnight une grande dose de courage.

  33. Lavande says

    Je viens de lire tes derniers articles. C’est difficile certes de bouleverser ses habitudes, encore que tu as un panel gustatif tellement varié que je doute que ce soit réellement compliqué pour toi.
    Plus largement, cette expérience et cette façon précise que tu as de la partager va sûrement éclairer le chemin de bon nombre de personne. Je suivrai (comme toujours) de près tes aventures.
    Bon courage à toi et aux tiens.

  34. skatie77 says

    Bonjour,
    J’aimerais savoir quel est le nom du test que vous avez fait faire pour vos proches . S’agit-il de Foodscan (il me semble pourtant qu’il coûte eviron 300 euros) ou Immunopro ? Merci de me répondre car je suis curieuse de l’effectuer moi-même. Mon homéopathe se fourvoie totalement en prescrivant un CLA 30 (pour détecter les allergies) alors que je sais pertinemment que je ne suis pas allergique mais plutôt intolérante.
    Merci
    Claire

    • Flo Makanai says

      Bonjour Claire,
      Le prélèvement sanguin a été opéré tout près de chez nous, dans un labo banal, et le tout a été envoyé est analysé par un médecin biologiste parisien.

      • Stern says

        Bonjour,
        Comme j’ai reçu un mail suite à mon post d’hier, je complète ma réponse.

        http://www.intolsante.com/documents/intolerance-alimlentaire-aliments-testes.pdf c’est la liste des aliments testés

        http://www.intolsante.com/ c’est la page d’accueil, la section « questions/réponses est intéressante » en effet on peut réagir très fortement à un aliment avec un urticaire géant dans l’espace de 2 à 3 minutes (pour moi la banane seule, ou l’avocat et l’amande ensemble) et dans les résultats du test immupro 300 l’avoir comme intolérant qu’au 2ème degré.

        Il y a une différence de taille avec les intolérances de type 1 (on le sait tout de suite !) et celle de type 3 ça s’installe sournoisement.

        Pas facile non plus d’être intolérant au niveau 4 à la vanille, il y en a PARTOUT, même là où ce n’est pas logique. Par contre on peut prendre de la vanilline, c’est de la vanille chimique, pour ceux que ça ne dérange pas.

        Voilà.

    • Stern says

      Allez sur le site « intolsanté » regardez la vidéo
      J’ai fait le test complet à 505 euros !!!!! (non remboursé).
      Je suis intolérante à 59 aliments sur 270 testés.

      Me sachant intolérante au gluten et au lactose, je consommais en toute confiance du riz, millet, quinoa, sarrasin.
      Je faisais régulièrement mon pain avec ces farines MAIS je suis allergique au sarrasin et au millet. Pourtant mon corps brûlait jusque sur la peau des os, mes articulations étaient extrêmement douloureuses.
      Au bout de 3 jours seulement,sans tous ces aliments allergènes, j’ai ressuscité.
      Mon état s’améliore jour après jour.

      La rotation des aliments sur 5 jours est pour moi difficile. Je ne la fais pas encore comme il faut. Je m’aide avec les livres de cuisine de Valérie Cupillard – « Sans gluten naturellement » et « Sans lait sans oeufs », et les recettes du livre de Brigitte Fichaux sur les intolérances alimentaires.

      J’ai fait dans la foulée le test concernant l’histamine à 35 euros. Je me doutais qu’il serait positif. Mon résultat est 45 alors qu’il faut au minimum 80 de di-aminooxidase.

      Le labo vend des comprimés de DAO, une enzyme qui compense le manque de production dans le corps pour détruire l’histamine. Je n’ai pas encore commandé, 30 capsules à 30.95 euros et 12.50 euros de frais d’expédition, à raison de 1 à 2 capsules avant ou après les repas ! Ce qui permettrait de manger les aliments qui contiennent de l’histamine.

      ET LA C’EST DUR DUR cette intolérance à l’histamine, car ça enlève de TRES NOMBREUX aliments pour lequel je n’avais pas l’allergie de type 3.

      J’ai commencé le 15 avril, je vais vraiment mieux.

      J’espère que ce mail vous donnera une piste. J’ai cité mes sources, je sais cela fait publicitaire mais si ça peut aider.

      Bonne chance

  35. Stern says

    Re-bonjour
    Là, cette fois je pense que ma réponse est complète, je ne sais rien de plus.

    Je viens d’avoir une info d’une amie. Il est possible de faire seulement le test pour l’histamine à 35 euros, sans faire  » la totale » à 505 euros. Le sang, prélevé dans un labo en France, doit leur parvenir dans les 3 jours. Donc il est préférable de faire l’envoi un lundi.
    ci-dessous le lien du labo pour en savoir plus. C’est au Luxembourg. C’est un labo (accrédité ISO 15189)
    Leur e-mail : lic@labo.lu

    Ma courte expérience (1 mois) me fait dire que l’intolérance à l’histamine est bien plus contraignante que l’intolérance à des aliments précis, elle en fait supprimer beaucoup plus, même dans la liste de ceux autorisés !.

    Bonne chance à tous.

    • Flo Makanai says

      J’avoue que ça ne me donne pas très envie de faire le test d’intolérance à l’histamine si c’est encore plus contraignant, dans la mesure où les tests de mesure des IgG sont pour l’heure assez concluants et permettent à mon mari comme à ma fille de se porter comme des charmes depuis qu’on a débuté le régime d’exclusion…
      Mais merci pour ceux que cela peut intéresser.

  36. veronique P says

    chère Flo
    très interressée par cet article sur l’intolerance alimentaire car je me demande si mon petit loup de 4ans n’en souffre pas.En effet depuis Septembre dernier il cumule otites sinusite et toux asthmatiforme .Toujours soigné à l’homeo il a fallu introduire qq fois des antibiotiques et malgre ça ,rechute après l’arrêt du traitement .Plus des problèmes de selles ,plusieurs par jour.
    Quel test as tu fait pour ta fille?Les aliments ont ils été selectionnés par ton médecin?

    • Flo Makanai says

      Bonjour Véronique,
      La prise de sang a été effectuée près de chez nous (labo ordinaire) et les analyses faites par le laboratoire du dr Zamaria (tu peux en voir les coordonnées en cliquant sur son nom) (NB: le laboratoire du Dr Zamaria n’est pas le seul à Paris, encore moins en France, ceci dit).
      Non les aliments n’ont pas été sélectionnés par notre médecin, mais par le biologiste qui a identifié les protéines qui posent le plus souvent problème.
      Il existe des tests encore plus complets, comme Imupro, mais ils sont très sensiblement plus onéreux (les analyses faites par le Dr Z. coûtent déjà 176€ non remboursés).

      Avant de procéder à ces tests, parles-en à ton médecin habituel : il saura faire un diagnostic, t’orienter, et il te sera indispensable pour « après », pour savoir comment gérer la situation en cas d’intolérance avérée + pour donner un traitement de fond pour que ton petit bonhomme retrouve toute sa santé.
      Et si ton médecin balaie le tout d’un revers de la main en te disant que c’est normal que les enfants construisent leur système immunitaire en accumulant les infections etc, cherches-en un autre...
      Il n’est pas NORMAL qu’un enfant soit sans cesse malade donc en souffrance, et tu as tous les droits de ne pas l’accepter même si certains médecins ne veulent pas t’entendre!

      N’oublions pas aussi que l’alimentation n’est pas tout : l’environnement aussi joue son rôle, de même que le psychisme, entre autres. A l’hôpital Trousseau où des yoyos avaient été placés dans les oreilles d’Héloïse en 2005, un grande feuille indiquait aux parents que maladie était souvent synonyme de mal à dire pour les enfants, et qu’il fallait aussi se pencher sur cet aspect-là des choses. D’autant que pour certains médecins, les otites = « je ne veux pas entendre » ou « ça me fait mal d’entendre cela » etc etc.

      Bon courage et FAIS-TOI CONFIANCE!!! C’est essentiel, tu es la mieux placée pour savoir que quelque chose doit être entrepris pour aider/soulager ton fils. Et surtout, pas de culpabilité, hein!!!
      Tu me tiens au courant?

  37. veronique P says

    merci Flo pour ta réponse.Jhabite le Var mais j’ai un excellent médecin homeopathe qui a déjà prescrit une analyse ayant révélé présence des IgG dans le sang.Donc dès que je peux le joindre à son retour de vacances(mercredi)je lui demande d’approfondir les analyses,d’autant qu’aujourd’hui mon petit bonhomme a mal à la tête,nausées…3jours après l’arrêt de l’antibio pour une infection à l’haemophyllus influenzae.
    Je te tiens au courant .Merci.

  38. veronique P says

    Je reviens vers toi , Flo ,pour te dire que r.v est pris pour mardi 1er chez l’homeo.
    En tant que maman avertie , je me posais la question suivante :que donnes tu à ta fille H.dans son cartable pour le gouter et pour les picnics scolaires lors des sorties avec l’école ?
    Si tu as des idées …..(pour les intolérants alimentaires),je suis preneuse.
    Tu donnes ,tu donnes ,alors moi aussi je te donne une part de mon expérience perso:j’apprends à me poser 15 mn/jour à la maison (méditation ou respirer)car je ne peux pas aller à mon cours de yoga régulièrement puisque mon petitgars est souvent malade cette année.
    Et bien c’est tout bénéfice pour moi et mon entourage car je gère mieux mes émotions et mon stress de mère au foyer (eh oui ne rigolez pas 5 à la maison ça vaut sa journée de travail à l’extérieur si ce n’est plus !)
    Voilà , je t’envoie plein d’énergie positive pour que tu puisses continuer à nous régaler de tes propres expériences.

    • Flo Makanai says

      Super Véronique, c’est tout bientôt le 1er juin!
      Pour les goûters de ma fille : j’ai toujours en stock des croquants miel sésame gerblé (elle adore et c’est en sachets faciles à transporter dans mon sac ou dans le sien quand on bouge), des bananes, du chocolat noir (sans lécithine de soja!) et du pain des fleurs au sarrasin. Comme mon mari ne peut manger ni chocolat ni pain des fleurs (ni riz ni sarrasin pour lui), je fais aussi 2 fois par semaine 24 muffins avec des tas de bonnes choses qu’ils aiment tous les deux et j’en congèle + des cookies qu’ils aiment aussi.
      Je fais aussi 1 kg de granola OK pour eux (recette très vite sur Makanai!), que je garde dans un grand bocal hermétique, et j’ai toujours en stock des compotes ou purées de fruits (Côteaux Nantais, ma marque préférée) : facile pour eux de se faire un petite boîte de compote + granola à emporter.
      Pour les pique-niques scolaires : je fais pour Héloîse du pain sans gluten avec un mix (France Agglut, je crois), je n’aime pas mais elle aime bien, c’est blanc, ça ressemble à du pain de mie « normal »…
      J’ajoute pour Hélo un petit paquet de chips (comme ça, elle est comme tout le monde… L’an dernier, j’ai accompagné mes filles en juin et elles étaient les seules à avoir du 100% fait maison, sans chips, sans bonbon etc, et j’ai réalisé que pour elles, c’était DUR. Je me suis donc promis de faire plus cool…) (chips avec juste pomme de terre, huile non hydrogénée et sel, attention aux ingrédients, il y a très très souvent de la caséine et/ou du lactose dans les chips). Dans son pain, du jambon et un peu de Vitaquell à tartiner (sans soja, bio, huile non hydrogénées), elle aime bien.
      Ajoute à cela des radis et/ou bâtons de concombre, des tomates cerises, une pomme lavée puis coupée en 1/8e avec un petit appareil sympa trouvé pour rien à Ikéa un jour, un muffin ou 2-3 cookies, de l’eau et voilà.
      Ce qu’Héloïse adore est préparer 24 muffins ou cookies (de préférence avec plein de chocolat dedans!) et les apporter pour partager avec sa classe : ses copains et son maître sont toujours scotchés que ce soit si bon alors que c’est « sans » ceci ou cela, lui demandent la recette etc. Et ainsi, elle partage, les autres deviennent comme elle…

      Merci pour ton retour d’expérience perso, et bravo de savoir ainsi prendre du temps. J’ai lu ton commentaire ce matin et du coup je me suis OBLIGEE à me poser en fin de journée, seule dans la cuisine, une tasse de thé et 2 tartines et un livre et « ouste » aux enfants pendant 15-20 minutes. Ca permet de redémarrer de bon poil. Merci pour tes encouragements, et reçois les miens en retour 🙂
      Tiens-moi au courant après le RdV, OK?

  39. veronique P says

    Bonjour Flo,
    Voilà c’est le retour de chez lhomeopathe qui a prescrit une éviction totale du gluten et des laitages pendant 5 semaines car mon petit G.n’a pas pris de poids ni grandit ce qui prouve qu’il n’assimile pas la nourriture bien qu’il mange correctement.On soupçonne également une parasitose (ascaris).
    Je rentre donc dans ton « club » et vais devoir piocher toutes tes idées sans lait et sans gluten.J’avais fais un magnifique pain 123 cuisson cocotte avant de partir chez le docteur :pas grave mes 2 ados vont le terminer en moins de 2;
    J’ai lu hier que tu donnais la recette d’un levain au riz…..que vais je faire de mon levain normal?
    Une question:sans laitage veut il signifier que l’on a pas le droit au fromage ? Tous les fromages?
    En rentrant , je me suis arrêtée à mon biomonde régionnal pour acheter un pain ,quelques biscuits,et pâtes sans gluten pourparer au plus urgent ,le temps que j’étudie les solutions qui s’offre à nous en pareil cas.
    Je pense que je te demanderai de l’aide de temps à autre.

    • Flo Makanai says

      Bonjour Véronique,
      Ton levain normal va pouvoir continuer à bosser pour les autres membres de la famille!
      Sinon, tu peux le mettre au frigo, recouvert d’une assiette, il y restera sans souci 5 semaines.

      Sans laitage veut dire sans fromage, oui…

      Mais si je peux me permettre, passe un coup de fil à l’homéopathe que tu es allée voir pour lui demander cette précision. Il doit te répondre, en principe, il doit être précis.

      En principe, on peut distingue selon les laits : ainsi, Pascal tolère les laits de brebis, bufflonne et chèvre mais pas celui de vache, donc il ne doit exclure que les produits (TOUS les produits) contenant du lait de vache.
      Héloïse pour sa part est intolérante au lait de vache mais aussi, très fortement, à la caséine. Or, laits de bufflonne, de chèvre et de brebis contiennent de la caséine… Donc on a supprimé sauf 1 petite part d’un excellent fromage (de brebis le plus souvent) au lait cru une fois par semaine.
      Dans la mesure où le médecin de ton fils n’a rien précisé, et au cas où il ne te répondrait pas, à ta place je supprimerai TOUS les produits contenant du lait animal mais aussi de la caséine (il peut y en avoir dans le vinaigre, les chips etc.), du lactose (il peut y en avoir dans le jamabon en barquette par ex). D’autant que l’exclusion est courte (5 semaines) et que ton petit bonhomme ne va pas bien. Autant mettre toutes les chances de son côté…
      Ceci dit, attention, je ne suis pas du tout diplômée pour prescrire quoi que ce soit. Mon opinion n’est rien qu’une opinion!! A prendre avec des pincettes!!

      Et surtout ne t’affole pas. Passés les débuts où on se sent facilement submergé, ça roule…

      • veronique P says

        ok merci Flo pour ta réponse.
        Pour le vinaigre tu inclus aussi le vinaigre de cidre bio,enfin quel vinaigre contient du gluten?
        Comment va ta puce depuis ces quelques semaines de régime alimentaire?

        • Flo Makanai says

          Non, le vinaigre de cidre bio est 100% OK.
          Il faut regarder sur les étiquettes en magasin pour CHAQUE produit que tu connais mal. J’ai trouvé de la caséine dans un flacon de vinaigre de vin non bio aromatisé à la noix que j’avais en stock (et que je n’utilisais pas car il n’est pas bon du tout), et du coup j’ai vérifié sur d’autres flacons de vinaigre dans un magasin non bio et on trouve étonannement de la caséine un peu partout… Incontournable la lecture des étiquettes…

          Ma fille va vraiment BIEN depuis que l’on exclut tout ça. Elle a une super peau, une super mine, elle a eu un mini rhume sur 2 jours mais qui est resté clair et sans complication, aucune otite, aucun panari, aucune migraine. Un épisode de gastro (virus à l’école) mais très très vite dépassé sans séquelles. Franchement, c’est le jour et la nuit! Idem pour Pascal, mon mari. Notre entourage est vraiment stupéfait aussi.

          J’ai discuté avec le médecin qui a fait les analyses de sang d’H et P hier, et en fait j’avais mal compris quelque chose : TOUT ce qui contient de la caséine et/ou du gluten doit être exclu pour Héloïse. Donc même si le lait de brebis et celui de chèvre sont dans la colonne « autorisé », comme ils contiennent de la caséine, il faut les exclure… Idem pour la semoule de blé dur, autorisée, on doit l’exclure puisqu’elle contient du gluten, interdit… J’avais mal compris (ou ce Dr me l’avait mal expliqué la 1re fois, il est assez expéditif, et quand on l’interroge il donne l’impression qu’on l’enquiquine ferme…), et la toubib qui suit H et P n’avait pas su nous dire non plus…
          Bref, on se retrouve avec un régime vraiment TRES strict… On fait avec, mais pour les intéressés, c’est dur toutes ces privations… Heureusement, ça n’aura qu’un temps…

  40. skatie77 says

    Bonjour,
    Quand vous avez effectué la prise de sang, avez-vous précisé lors de celle-ci dans quel but vous la faisiez ? Ce que je veux dire par là, c’est est-ce qu’il faut préciser lors de la prise de sang que ce sont les IgG qui sont recherchés ?
    Merci
    Claire

  41. skatie77 says

    J’aimerais avoir deux autres précisions concernant cette prise de sang : faut-il être à jeun ? quel est le délai d’obtention des résultats du test effectué par le Dr Zamaria ? Merci

  42. skatie77 says

    Merci pour vos réponses si rapides ! Une dernière : comment faites-vous parvenir l’échantillon de sang jusqu’au laboratoire du Dr Zamaria ?
    Merci

  43. Annemarie says

    Bonjour Flo,
    Pour ma part, j’ai vécu une expérience éprouvante au tournant de la quarantaine, diarrhée continuelle pendant des semaines, douleurs aux intestins semblable à un accouchement. J’ai fait tous les tests possibles et le verdict, je n’étais pas cœliaque. J’ai alors eu le diagnostique fourre-tout pour ceux qui ont « mal au ventre » et qui ont des symptômes divers: J’ai le syndrome de l’intestin irritable.
    Manger était devenu une corvée, voire une hantise à tel point que lorsque je devais sortir de chez-moi, je préférais ne pas manger. Quelque temps plus tard, j’ai commencé des études universitaires, je préférais jeûner toute la journée plutôt que d’être malade à l’université. Puis ma mère m’a dit qu’elle faisait le régime sans gluten et qu’elle s’en portait mieux (nous avons des symptômes semblables). J’ai fait l’exigeant régime pendant un an et demi. Les diarrhées et les maux d’intestin ont complètement disparu, mais ont été immédiatement remplacés par des reflux gastriques permanents et une digestion extrêmement lente s’étalant sur toute la journée (ainsi que d’autres symptômes). En désespoir de cause, j’ai cessé le régime sans gluten et j’ai vu revenir mes anciens symptômes.
    Comme le blé ne semblait pas être mon unique ou principal problème, j’ai commencé à couper, le lait, certains fruits et légumes, le café, le chocolat, le thé, le sucre, l’huile, le beurre, la levure à pain, enfin tout ce que je pouvais soupçonner.
    Après moult essais, tests, erreurs et nouveaux essais, j’en suis venue à la conclusion que je ne tolère bien à peu près aucune céréales, ni le quinoa, ni l’amarante, les pires sont le riz et le maïs, la meilleure: l’orge. Le sarrasin à l’air ok, mais je ne l’apprécie que peu. Je me suis aussi rendue compte que je tolère encore plus mal les céréales si elles sont combinées à du sucre et à un gras (huile, beurre etc.), donc le pain/beurre/confiture, c’est non. Le lait combiné à du sucre et une céréale est très indigeste aussi, comme du porridge ou des crêpes.
    Je digère mal aussi les amidons en grandes quantités comme dans le régime sans gluten où l’on remplace souvent une partie de la farine par des fécules. Le soja et le tofu, ne sont pas non plus très digestes. Je digère mal aussi divers légumes, trop longs à énumérer, en particulier lorsqu’ils sont crus et et des fruits comme la banane et l’orange. Par contre la viande, le poisson, les oeufs, les fruits de mer, aucun problème.
    Finalement, j’en suis venue à faire moi-même mon lait d’amandes, et à me faire de petits craquelins (crackers) aux amandes ou aux graines de tournesol. Je me fais aussi des muffins, des biscuits, des barres, des gâteaux principalement avec des amandes ou des noisettes broyées. J’utilise aussi beaucoup la farine de pois chiche, je m’en fais des muffins salés qui remplacent le pain et j’utilise aussi la farine de noix de coco, mais dans une moindre mesure. J’en suis venue à avoir une alimentation à peu près normale, sauf que je dois apporter moi-même ce que je vais manger, où que je sois.
    J’ai partagé mon expérience parce que j’ai beaucoup cherché pour savoir ce qui pouvait m’affecter et que je n’ai trouvé aucun support face à ce qui m’arrivait. J’ai senti que mon mal pouvait passer, aux yeux de certains, pour un mal imaginaire, un de ceux pour lesquels on n’est pas « réellement » malade. Malheureusement, c’est un mal réel, un canadien sur 4 (ou 5) est affecté par le syndrome de l’intestin irritable et il est la seconde cause d’absentéisme au travail ou à l’école (voir Passeport santé). Il existe peu de ressources et peu de recherches scientifiques sont effectuées pour savoir ce qui peut affecter les gens qui en souffrent tout comme ce qui pourrait les soulager. Chacun est laissé à ses indigestions et ses maux d’intestins, avec comme consolation qu’ils ne sont pas les seuls et que l’on ne peut rien y faire.
    Bonne chance à toi Flo, à Héloise et à ton homme. Manger différemment n’est pas une tâche difficile en soi, ce qui est difficile c’est d’abandonner ce que l’on connaît déjà pour faire ce qui est nouveau, et bien sûr, comme tu le mentionnais, pour les enfants, ce qui est difficile, c’est de ne pas faire comme tout le monde.
    Pour le soixante-dixième anniversaire de ma maman, j’ai fait des gâteaux sans céréales pour quarante personne et ils n’y ont vu que du feu. Tout est dans la tête.

  44. emilie says

    Bonjour, j’ai lu attentivement votre message et les commentaires et je souhaiterai vous demander un renseignement. Je pense être intolérante au gluten et au lactose mais je voudrais faire des tests. Pensez vous qu’en voyant un medecin généraliste il pourrait me faire une ordonnance pour faire des analyses à ce laboratoire dont vous parlez?
    (pour info je viens d’emménager sur paris)
    Merci beaucoup

    • Flo Makanai says

      Bonjour Emilie
      Pas besoin d’ordonnance pour faire faire ces tests, car ils ne sont pas pris en charge par la sécurité sociale.

      Si vous pensez être intolérante au gluten et au lactose, vous pouvez aussi, gratuitement, les éliminer de votre alimentation pendant 6-8 semaines et voir si cela a un impact. Je sais depuis des années que je suis intolérante au beurre et à la crème épaisse, par exemple, pour avoir eu maintes fois des migraines avec aura dans les minutes qui suivaient leur consommation, des sensations d’étouffement, et des abattements aigus ensuite, comme des crises de dépression. J’ai refusé d’en prendre la mesure avant de voir noir sur blanc suite à ces tests que j’étais intolérante à la caséine, mais c’est tout de même stupide de ma part, en un sens, d’avoir payé 175€ pour qu’un labo me dise ce que mon corps me disait parfaitement, sans aucune ambiguîté, depuis bien 20 ans…

      Pour notre fille aînée, c’était autre chose. Nous avions supprimé les produits laitiers et plus que réduit le gluten pendant 3 mois avant de faire faire (et donc payer…) les analyses, et ce n’est que parce que cela ne suffisait de toute évidence pas et que ses maux étaient vraiment insupportables (otites à répétition, à 10 ans passés pourtant, migraines à lui couper le souffle, pâleur permanente ou presque, et infections comme des panaris qui semblaient se déclencher pour un oui pour un non) que nous sommes passés à l’étape analyses. Nous étions paumés face à ses symptômes, et les 3 médecins (2 homéopathes, un allopathe) (+ 1 ostéopathe, qui était pro suppression des produits laitiers car dans sa pratique il dit que c’est incroyable ce que cela peut soulager nombre de patients) qui l’ont suivi ces 5 dernières années aussi, tous pensaient que ça allait passer avec l’âge mais ça ne passait pas…

      Les tests de recherche d’IgG sont formidablement intéressants quand on ne parvient pas à se sortir de pathologies marquées, car ils permettent d’identifier des aliments dont la consommation affaiblit encore plus l’organisme, de différentes façons, aliments auxquels on ne penserait pas sans ces tests, comme la levure, le soja, certaines algues, les oeufs, certaines céréales etc.

      Mais ils ne sont pas au-dessus de tout reproche. Leur fiabilité n’est pas totale, et leur signification est fortement sujette à caution selon les individus, comme pour tout dosage d’anticorps. Juste un exemple : un adulte a entre 8 et 18g/litre d’IgG de sous-classe 4 dans son sang. Ce sont là les valeurs normales. Cela ne signifie pas que celui qui a 5g/l est forcément intolérant à quoi que ce soit, ni que celui qui a 28 soit forcément malade…

      En fait, les dosages témoignent du caractère de bon producteur ou non d’anticorps de la personne testée, mais il semblerait qu’ils ne soient pas prédictifs d’une allergie (au sens large). J’ai compris cela récemment : nous avons fait faire le test pour notre plus jeune fille, qui a régulièrement des otites, une peau très sèche, des maux de ventre et des sautes d’humeur intenses, avec des quasi crises de nerfs quand elle mange des bonbons avec certains additifs. Comme son père et ses soeurs ont été testées et ont des dosages d’IgG très élevés pour une foule d’aliments (pas moi, sauf pour la caséine et le seigle), nous avons finalement payé ce test pour elle aussi. Les résultats sont hallucinants! Si on les suivait à la lettre, elle ne mangerait plus une seule céréale pendant 1 an, sauf, 2 fois par semaine max, du sarrasin, et excluerait oeufs, laitages, oléagineux, soja, miel, levure, pomme de terre, navet et j’en passe (44 aliments sont incriminés, je crois). Or, elle est, symptômes indiqués ci-dessus mis à part, qui ne sont pas du tout de la gravité de ceux qui affectaient sa soeur ainée ou son père, en bonne santé…

      Bref, si vous disposez de la somme pour faire faire les analyses et êtes curieuse d’en savoir plus, et si vous savez que vous aurez le courage de modifier radicalement, peut-être, votre alimentation ensuite (moi, je l’ai eu parce qu’il était question de la santé d’une (puis 2) de mes filles je ne pense pas que je l’aurais fait pour moi seule…), allez-y. Je ne regrette rien, je le referai s’il le fallait. Mais je sais aussi pleinement aujourd’hui que ce test n’est une étape, pas incontournable, pas la seule possible, pas la panacée…

      Bon courage! Toute réflexion sur ce que l’on mange vaut la peine, le coup, le coût, je trouve…

  45. Emilie says

    Je vous remercie énormément d’avoir pris le temps de me répondre de manière aussi détaillée et vous m’aidez à y voir plus clair.
    J’avais déjà pris l’initiative d’éliminer le gluten il y a un an, suite à des maux de ventre et des problèmes intestinaux permanents, une grande fatigue, et des « petites maladies » dont je n’arrivais jamais à guérir complètement et des problèmes de peau. Mon état s’était alors amélioré. J’ai aussi fortement diminué le lactose mais sans vraiment l’éliminer de mon alimentation.
    Mais aujourd’hui ces problèmes sont revenus alors que je n’ai rien modifié dans mon alimentation. Alors je vous avoue que je suis un peu perdue. J’aimerais savoir si j’ai vraiment intolérance au gluten et/ou au lactose et surtout si j’ai d’autres intolérances (ce que je pense fortement). En même temps j’ai peur du résultat, puisque comme pour votre fille s’il se révèle que j’ai beaucoup d’aliments à éviter, étant déjà difficile dans mon alimentation, j’ai peur de ne pas savoir gérer quels aliments à garder à éliminer.
    Aussi je me pose une question : est-ce qu’il faut avoir mangé l’aliment en question pour repérer ce taux d’igG dans le sang? Comme je ne mange plus de gluten, est ce que le test pourra se révéler positif pour ce dernier, ou même pour un aliment que je ne mange pas?

    Après il se peut aussi que mes « problèmes » ne viennent pas de là et que je focalise sur les intolérances. Mais je suis assez septique sur les médecins qui ont tendance à te donner un médicament pour guérir les symptômes et pas la cause ou qui mettent ça que le stress..
    En tout cas, merci encore de me faire partager votre expérience.
    Emilie

    • Flo Makanai says

      Emilie,
      Il faut avoir été en contact avec l’aliment en principe, MAIS pas forcément en contact récent car le corps garde en mémoire que telle ou telle molécule est une « ennemie ».
      Et il existe de plus des intolérances liées à d’autres, lorsqu’un aliment a des molécules très proches de celles d’un autre. On est ainsi souvent intolérant au soja quand on l’est au lait de vache, par exemple.

      Oui les résultats peuvent être un coup de massue sur la tête, oui ils peuvent demander de bouleverser radicalement son alimentation, mais tout est affaire d’équilibre entre les atouts et les inconvénients de la démarche : est-il préférable d’être malade ou est-il préférable de se casser les pieds quelques mois pour trouver l’équilibre et aller bien? Chacun a sa propre réponse à cela, c’est profondément personnel (et c’est parfois compliqué d’oser vouloir aller bien à sa façon, qui n’est pas forcément celle que sa famille voudrait, par exemple).

      Oui vous focalisez peut-être sur l’idée d’être intolérante à un aliment ou à un autre, non ce n’est peut-être pas le coeur de vos soucis de santé, qui expriment ou sont causes de peut-être toute autre chose. Mais comment le savoir? L’avantage des tests (une recherche d’IgG ou autre chose, car d’autres types de tests ou démarches thérapeutiques existent aussi, qui ne passent pas forcément par des exclusions alimentaires), comme de toute démarche de recherche de mieux aller alors qu’on se sent mal en point (faire du sport, aller au cinéma, s’offrir un voyage etc.), est que l’on avance d’un pas dans la prise en mains de sa santé et de son bien-être, on s’autorise à aller mieux, à envisager qu’être malade/pas bien n’est pas une fatalité et qu’on a envie d’en sortir, d’une façon ou d’une autre…

  46. Lyjazz says

    Ici mon 5ans a passé l’hiver dernier avec bronchites et pb respiratoires, pas en forme, fatigué, dolent, avec de l’eczéma, etc.
    Et les analyses de sang prescrites disaient qu’il n’était pas allergique.
    Je l’ai amené faire une première séance avec une praticienne en méthode NAET
    http://www.naeteurope.com/composite-136.htm
    Ce n’est pas une méthode invasive, c’est doux, quoique un peu long.
    Mais 3 séances ont permis de déterminer et d’éliminer les allergies de mon garçon.
    Et depuis tout va bien.
    A la suite de la séance il faut éviter le pdt incriminé pendant 25h, ensuite on peut le réintroduire. Dans notre cas ça a très bien fonctionné.
    On a traité :
    le lait animal
    les conservateurs
    les piqures de moustique
    A noter que ses allergies ont commencé dès qu’il n’a plus été allaité. Et pour moi je suis sûre que mon lait le protégeait. Parce qu’il mangeait de tout sans aucun pb.
    Si mon témoignage peut vous être utile…
    J’y ai gagné d’introduire de temps en temps des repas ou des journées sans gluten. Et de continuer à diversifier ma cuisine.
    Et ici je viens continuer à puiser des idées pour faire des expériences.
    Merci pour la richesse du site et sa pédagogie !

    • Flo Makanai says

      Merci tout plein Lyjazz pour ce témoignage. J’aurais bien tenté la méthode NAET, je connais un peu, mais point de praticien dans mon coin et on est déjà sur trop d’autres pistes. Mais je ne perds pas cela de vue.
      Bonne année pleine de santé pour vous et votre fils!

  47. emilie says

    Bonjour, je me suis alors décidée à faire ces tests parce que mes problèmes d’intestin ne s’arrangeait pas.. et je suis quand même soulagé des résultats. Mes plus forts taux sont le blanc d’oeuf (110), graine de soja (90), levure de pain, et nectarine pour les plus « handicapants » mais pas le gluten comme je le pensais. Peut être est ce du au faite que je n’en ai quasiment pas manger pendant longtemps.. ou au lactose ce que je soupçonnais..

    Cependant, pouvez-vous me renseigner sur quelques points..? « graines de soja » veut dire que je dois éliminer tout ce qui est à base de soja? et que veut dire exactement « levure de pain »? est-ce toutes les levures que l’on met dans les gateaux? et comment peut on le détecter sur les paquet de gateaux ou de pain? Y’en a -t-il dans les pains sans gluten par exemple?
    Merci:)

    • Flo Makanai says

      Bonjour Emilie

      Oui graines de soja ça veut dire éliminer tout ce qui contient des protéines de soja, donc lait, yaourt, tofu, crème de soja etc.
      La lécithine de soja (un additif très fréquent, notamment dans le chocolat) est en revanche généralement TB tolérée, de même que l’huile de soja, car les deux sont quasi exemptes de protéines.

      Levure de pain = levure de boulanger, celle qui est faite avec des champignons.
      La levure des gâteaux en en principe de la levure chimique, qui a un effet chimique levant, mais est de nature complètement différente : elle n’est donc pas à exclure.
      Pour savoir si un produit contient de la levure, il faut regarder la liste des ingrédients et éviter « levure, levure de boulangerie, levure déshydratée, levain fermentiscible », principalement.

      Le levain n’est pas une levure, mais un ensemble de bactéries donc vous pouvez en consommer. Mais attention aux pains au levain du commerce, ils peuvent contenir jusqu’à 0.2% de levure ajoutée sans que le boulanger soit obligé de vous en informer.
      Attention aussi à tout ce qui n’est pas emballé, il peut être difficile d’en connaître la composition.

      Enfin, oui les pains sans gluten sont faits avec de la levure de boulanger!
      Bon courage, vous avez très peu d’intolérances, ça va être simple. Si, si! Et j’espère que vous allez aller vite mieux. N’oubliez pas qu’il ne suffit pas d’exclure des aliments, il faut aussi réparer l’intestin abimé…

  48. emilie says

    Merci beaucoup pour votre réponse qui m’aide à y voir plus clair malgré de nombreuses recherchent sur internet. Je n’avais pas trouvé de réponse claire au sujet de la lécithine de soja donc je suis plutôt rassurée de ce que vous me dite.
    Pour la levure, j’avais plus ou moins compris que la levure chimique pouvait convenir mais merci quand même pour l’explication plus précise. Et pour le levain je ne savais pas.. donc c’est pour le pain que ca va être le plus dur.. Pour les oeufs j’ai déja trouvé quelques recettes sans oeufs ou quelques une dans lesquelles on peut remplacer les oeufs… je vais me lancer ce week-end 🙂

    • Flo Makanai says

      Emilie,
      Oui c’est pour le pain et équivalent que c’est le plus contraignant de devoir supprimer la levure. Mais il existe ici /a> ou de chouettes recettes de pain irlandais sans levure (de boulanger) qui valent la peine d’être tentées.

  49. Emilie says

    Merci beaucoup pour les recettes de pain, j’essayerai surtout qu’elles ont l’air très bonne:) Au faite j’ai testé les cookies au flocons de Cléa et aussi votre recette de cookies à la purée d’amande, et je les ai adoptées, alors encore merci:)

  50. sandra says

    Un grand merci pour ton billet que je découvre seulement maintenant.
    Je te suivais déjà lors de ma première grossesse, il a maintenant 2 ans et demi. Enceinte de mon deuxième et de retour à la maison, je me replonge dans ma passion qui est la cuisine et retombe « par hasard » sur ton site !
    J’ai été frappé par la similitude de nos expériences : ma fille « Héloïse » alias « yoyo », 2 ans, présente depuis la diversification alimentaires divers troubles de santé : cernes, rhumes, tartres sur les dents, mauvaise haleine, carences en fer et diarrhée en continue. Ce qu’on s’entend dire « elle grandit bien, grossit bien : c’est normal, ça va passer! ».
    Depuis 1 an, nous vivons à Montréal ou j’en profite pour étudier la naturopathie et la nutrithérapie. Ici, c’est plus connu qu’en France la médecine douce est plus développé et très compétente. C’est donc une véritable investigation que je mène avec elle depuis ces 1 an. J’en arrive aujourd’hui, à la même conclusion que toi : les intolérances (perméabilité de l’intestin notamment).
    Nous avons exclu de son alimentation tous les laits, le gluten et les noix. Il y a un mieux mais ce n’est pas top encore. Je vais faire un test de dépistage prochainement car j’en ai marre !!!
    Mon mari présente également les mêmes symptômes que le tiens… par manque de budget nous attendrons pour lui. Et en attendant, « il ne se soigne pas mais se plaint aussi » et boit mes tisanes et autres potions magiques !
    On s’adapte à ce changement dans notre alimentation et on cherche des substituts, et on trouve de belles recettes et des blogs comme les tiens qui nous aident à avancer dans notre cheminement ! Et surtout, nous redonne un peu de courage et de créativité pour satisfaire les papilles de nos intolérants !
    Merci encore et j’attends ton livre avec impatience !

    • Flo Makanai says

      Ca a du bon, les grossesses, pour renouer avec ses passions 😉

      C’est un peu ennuyeux d’éliminer des aliments sans tests médicaux préalables. D’abord parce que ce ne sont pas forcément ceux que tu élimines qui sont coupables, si coupable alimentaire il y a, et les produits laitiers, en particuliers, sont tout de même assez géniaux sur un plan nutritionnel, surtout pour des enfants. Je ne te parle pas de grands verres de laits 3 fois par jour, mais 1 yaourt au lait cru fermier, un peu de beurre cru fermier, de très bon fromage cru fermier etc, c’est tout de même fabuleux comme aliment pour ceux qui le tolèrent, riches en acides aminés essentiels mais pas seulement.

      Ensuite, imagine que ta fille soit coeliaque : si tu supprimes le gluten puis que tu lui fais passer des tests de recherche d’IgA spécifiques, ces tests pourraient être faussés parce qu’elle n’est plus exposée au gluten. Cela peut être dangereux, donc, car passer à côté d’une maladie coeliaque est bien plus grave que donner encore un peu de gluten le temps de faire les tests (hyper rapides, de plus).

      Les noix ne sont pas non plus à incriminer, et puis il y en a de tant de sorte, des « nuts »! On ne doit surtout pas les mettre dans le même panier!

      Le mieux est vraiment un test de dépistage. Oui c’est cher, mais ensuite, on sait où on va, où on n’a pas besoin d’aller, et pourquoi.

      Quant à mon mari, LE coupable n° 1, on s’en rend compte en réintroduisant doucement les aliments, c’est le cacao! Les tests l’avaient pointé du doigt, mais là, on réalise qu’il ne le tolère absolument pas!!

      A bientôt.

  51. odelia says

    Bonjour,

    Je voulais partager mon témoignage sur ce sujet. Depuis de nombreuses années je souffrais de migraines, je vous passe les détails des symptômes, pendant 3-4 jours vous ressemblez plsu à un zombi qu’à autre chose lol. Pendant longtemps j’ai supporté sans médication, et puis n’en pouvant plus j’ai demandé à ma généraliste de me prescrire des antimigraineux. Le miracle, dès que j’avais une crise elle était stoppée. Pendant longtemps c’était parfait. Et puis au fur et à mesure que le temps passé, je suis devenue tolérante aux doses prescrites, et à un moment donné j’ai du doublé les doses pour avoir les mêmes effets. Alors là, je me suis dit que je ne pouvais plus continuer comme cela. A la même époque, un évènement allait m’aiguiller sur une possible voie de guérison, je suis devenue végétarienne. J’ai constaté très vite que mes crises s’espaçées et était moins intenses. Mais malgrès tout il restait des migraines. J’ai alors lu, livres, articles scientifiques, sites internet etc…et décidais de supprimer tous aliments d’origine animale. Moi qui était une grande consommatrice de lait, de fromage cela a été une petite révolution, mais au jour d’aujourd’hui, je n’ai plus de migraines.
    En en parlant autour de moi, je constate que beaucoup de personne font le rapprochement entre migraines et laitages, ou migraines et gluten. Gluten dont j’ai d’ailleurs aussi diminué l’apport dans mon alimentation.
    Peut-être des pistes pour d’autres personnes……….
    J’espère que votre fille Héloïse continue à aller mieux, et je vous encourage à poursuivre dans la voie où vous vous êtes engagée. Rien ne vaut la santé, même un test à 176 euros, même des évictions alimentaires etc……car sans la santé que sommes nous? Je vois tellement autour de moi de gens qui souffrent de maladies diverses, et la santé est un bien précieux. Il faut prendre soin de soi.
    Cordialement.

    • Flo Makanai says

      Merci Odelia pour ce partage et j’espère aussi que d’autres y puiseront des pistes.
      Héloïse continue à aller mieux : pas une seule infection depuis plus d’un an maintenant, et elle est même passée à côté des virus qui ont pu mettre ses soeurs et moi à plat!
      En revanche, nous n’avons pas encore trouvé d’équilibre pour nos deux autres filles, la quête n’est pas finie, pour plein de raisons, dont le fait qu’elles ont de telles exclusions alimentaires (bien plus qu’Héloïse, étonnamment) que les écarts sont légion…
      J’écrirai un jour sur ce sujet…
      Merci encore Odelia et prenez bien soin de vous, oui la santé est absolument essentielle!

  52. Agnès says

    Bonjour,

    Je n’arrive pas à trouver d’information sur le G.E.N.I.E., auriez-vous une adresse de site internet, une adresse tout court… ?

    Si oui merci !

  53. stephanie says

    Bonjour, j’habite dans le Val d’Oise, pourrais je avoir les coordonnées d’un homéopathe qui s’y connaisse en intolérances alimentaires…
    Merci

  54. nes says

    Bonjour,

    Nous venons de recevoir nous aussi les résultats du cytho test de notre enfant, intolérance au mais, poulet, blé, fraise, pomme de terre et oeuf, après une éviction de deux ans du gluten et caséine, mais ayant une courbe de croissance et poids faible, nous espérons qu’il y aura un retour là dessus, nous aussi les hivers se passent à merveille, pour le moment sans grippe ou autre virus. Notre deuxième enfant lui également intolérant au gluten (test urinaire pratiqué à Genève car en France rien n’apparait) prend chaque année 3 kilos et surtout ne fait plus de crise d’énervement, côté scolaire il a vraiment de meilleurs résultats et plus de concentration; Cela me réconforte de voir que le combat est partout identique face aux réflexions des gens qui ne comprennent pas.
    Merci pour votre blog que je vais visiter amplement ainsi que votre livre.
    Agnès de Haute Savoie

  55. emilie says

    Bonjour,
    J’ai une amie qui est de lyon et qui souhaiterai faire ces tests d’intolérance étant donné ces problèmes d’intestin. J’avais moi même fait les tests du docteur Zamaria sur paris mais connaissez-vous d’autres laboratoires qui réalise ces tests sur lyon?
    Merci beaucoup
    Emilie

    • noémie says

      Bonjour ,

      Je suis de Lyon, je me suis renseignée. Sur Lyon tu peux faire des tests mais ce n’est pas du tout avantageux car c’est à ton medecin de demander aux laboratoire quels sont les aliments à analyser. Autant dire que c’est du pif au metre que ça peut vite couter très chère. Par contre tu peux tout à fait envoyer tes prélèvement de sang par la poste au laboratoire zamaria de Paris qui te fera suivre les résultats par la poste. C’est ce que j’ai fait hier .

      Noémie

  56. karine says

    je découvre ce blog, dont on vient de me donner le lien (par le biais de mon blog qui concerne des choses bien plus futiles!), et c’est un vrai soulagement que de lire votre parcours. moi et une de mes filles sommes concernées par ces intolérances (mais nous ne sommes que 2 sur 5 à avoir fait le test!), et j’avoue m’être sentie un peu perdue, et aussi à me demander si n’entrainait pas la famille dans une lubie…ça ne fait quelques jours, je prends doucement de nouvelles habitudes et si moi pour l’instant je me sens très très fatiguée (mais j’ai vu que ça pouvait être un effet detox?), ma fille a l’air d’être en pleine forme, et n’a pas eu mal au ventre depuis une semaine (sauf une fois après avoir mangé une glace à la cantine)…bref, je vais continuer à explorer votre blog et j’ai déjà commandé votre livre sur internet.
    A bientôt.

  57. mp says

    Je découvre votre blog et je viens faire part de mon expérience. Ma fille a été dépistée allergique à l’œuf et l’arachide avant l’âge d’un an. Aujourd’hui elle peut manger ce qu’elle veut et doit même manger de l’œuf et de l’arachide régulièrement. Ils ont été supprimés de son alimentation pendant 5 ans pour l’œuf et 6 ans pour l’arachide. Avec une réintroduction lente (de gramme en gramme pour l’œuf) et un suivi hospitalier. Je précise qu’elle avait eu des réactions graves tels qu’urticaire géant, gonflement du visage, conjonctivite, exéma sur tout le corps et que nous avions avec nous en permanence un stylo ANAPEN. Je suis épatée par l’énergie que vous arrivez à trouver pour faire face aux problèmes de votre fille. J’ai vécu la lecture des étiquettes dans les magasins. D’autant plus qu’une allergie à l’arachide incluait la suppression de tous les fruits à coque (à cause des allergies croisées). Aujourd’hui elle est allergique respiratoires (graminées, acariens) plus simple à gérer, je trouve. Mais l’habitude est gardée de faire beaucoup maison. Elle se plaignait, jusqu’à il y a peu, de maux de ventre après les repas. Elle ne boit pas de lait , n’arrivant pas à le digérer sans douleur.
    Je peux rajouter que le « côté psychologique » est également important, en tout cas il l’a été pour ma fille. Elle commence à vraiment aller mieux, par rapport à son exéma par ailleurs bien diminué avec l’éviction alimentaire, et ses maux de ventre et ce après 9 ans de suivi dans ce sens.

    • Flo Makanai says

      Merci beaucoup pour ce témoignage, mp. Je souhaite à votre fille une pleine santé très très gourmande!

  58. Magalie Gagnebin Gerber says

    Bonjour je viens de découvrir votre blog… je viens de recevoir mes résultats sanguins… ; -) CELA me fait du bien de vous lire car je suis une maman de 2 enfants et je VIS LE PROBLèME DE LA Même manière que vous… de la rigueur mais pas de diabolisation etc 😉 Je précise que depuis 4 ans je suis déjà un régime sans gluten et sans caséine… et que mon état de santé s’en est amélioré grandement… d’ailleurs mes test sanguins sont assez bons et finalement mes intolérances ont vraissemblablement diminué….cela m’intéresserait de savoir ce que votre médecin a découvert sur ce test car moi aussi j’ai été décelée positive au riz 🙁 57 en fait… et cela étonne mon médecin qui se demande si cela est dû au fait que mon régime sans gluten est souvent à base de riz justement… moi non plus je ne vais pas complètement l’éliminer 😉 Je me réjouis de vous relire, jepense que nous pourrions à l’avenir peut-être partager nos expériences… Magalie

    • Flo Makanai says

      Bonjour Magalie,
      Oui une consommation très (trop?) régulière d’un aliment peut générer une intolérance comme une allergie. Ainsi, par exemple, il n’y a pas plus d’allergiques au riz qu’en Asie, d’allergiques aux arachides que dans les pays de fort consommation etc.
      Ceci dit, si le 57 que vous mentionnez correspond à un taux d’IgG, je considère désormais que c’est anodin. Je crois qu’en dessous de 100, il faut juste veiller à ne pas trop consommer, faire une bonne rotation…
      Au-delà de 100 (comme les 352 de ma fille pour la caséine, par ex), alors l’exclusion totale pendant un temps s’impose…

      Merci pour ce partage, n’hésitez pas à revenir discuter 🙂

  59. anne says

    Bonjour Flo,
    j’espère que toute la petite famille se porte bien . je suis une lectrice très interessée par votre blog et pour les recettes, j’en profite pour vous en remercier !
    j’ai fait il y a 1 mois et demi le test et j’ai aussi eu droit a ma liste a rallonge d’aliments et je suis en période d’éviction (caséine, gluten, oeufs pour ne citer qu’eux) on mari a fait aussi le test (gluten, soja et maïs) et j’ai aussi supprimé le sucre (infection candida) effectivement, ce n’est pas dramatique mais oui, c’est dur.
    je me pose beaucoup de questions si je dois aussi entreprendre les tests pour les enfants. j’ai peur qu’une fois diagnostiqués, ils soient mis à l’écart a la cantine par les équipes de l’école pour éviter tout problème…combien de temps a duré la phase d’éviction pure? ont-ils pu prendre une vie « normale » en mangeant à l’extérieur après cette phase? parce que c’est en dehors de la maison que les choses deviennent problématiques….on n’ est pas très en avance en France sur la prise en compte de la différence…
    anne

  60. Elvire says

    Bonjour,
    Après avoir lu ce billet lors de sa parution, je reviens à ce sujet car mon mari souffre d’une très forte inflammation des intestins. Les médecins disent qu’aucun régime alimentaire ne peut régler ce problème chronique, cependant je suis presque convaincu que ce souci décelé dernièrement, serait amoindri par un régime alimentaire particulier. J’ai beaucoup lu que le gluten créerai des maladies coeilaques.
    Je me demande donc si une analyse de sang de ce type ne serait pas intéressante à faire. Pouvez vous me donner le nom de l’analyse à demander? Vous avez fait la demande par un médecin homéopathe si je comprend bien, je vous sais en région parisienne, serait il possible de m’envoyer son contact par mail?
    Merci d’avance,
    Bonne continuation et félicitations pour tout vos billets.

    • Flo Makanai says

      Bonjour Elvire,

      Le gluten de certaines graminées est effectivement impliqué dans les maladies coeliaques. Etes-vous sûre que cette maladie n’a pas été déjà recherchée pour votre mari? Aucun prélèvement sanguin pour mesurer son taux d’IgA anti-endomysium ou/et anti-transglutaminase, par exemple? Pas de biopsie non plus?

      Une analyse de sang IgG ne révèlerait pas une maladie coeliaque, mais d’autres intolérances, éventuellement (attention, ces tests ne sont pas sans défaut).

      Il n’est pas utile que je vous communique le nom de l’homéopathe qui nous avait prescrit ce test car il ne nécessite pas d’ordonnance : il suffit de demander une recherche d’intolérances IgG.

      D’autre part, je crois qu’il est vraiment essentiel que la personne qui se soumet à ces tests soit simultanément prise en charge sérieusement par un médecin qui pourra l’écouter, la conseiller, faire faire des tests complémentaires au besoin, rectifier une erreur alimentaire etc. Ce que l’homéopathe qui suivait nos enfants il y a 2 ans n’a jamais fait, si bien que nous ne l’avons pas revue depuis août 2010. J’ai pris le problème à bras le corps et en fin de compte, l’un des généralistes de village est devenu notre médecin traitant : il est attentif, a lu mon livre et le fait circuler, se pose plein de questions mais entend aussi les miennes etc. Lundi prochain, par ex, nos filles vont au labo pour vérifier qu’elles ne sont carencées ni en calcium ni en vitamine D en raison de leurs régimes alimentaires spécifiques.

      Et puis il vous faut vous assurer que votre mari a envie de faire faire ce test et de changer, le cas échéant, sa façon de manger de façon radicale… Est-ce le cas?

      Pour finir, sachez que j’ai eu à plusieurs reprises des retours très positifs concernant le laboratoire Barbier, de Metz (dans lequel je n’ai aucun intérêt de quelque nature que ce soit, je vous rassure). Voici l’adresse de leur site : http://www.laboratoirebarbier.com/intolerancealimentaire.html. J’ai cru comprendre qu’il était possible d’appeler et d’avoir des informations utiles.

      A bientôt.

  61. Palmina says

    Bonjour à Tous,
    Je viens de faire le test des intolérances alimentaires au laboratoire Zamaria et je ne comprends pas les résultats !
    Le test a détecté une intolérance à la caséine et en même temps pas d’intolérance au lait de vache ??? De même qu’une intolérance au couscous, à la semoule de blé et à la farine de blé mais pas à la gliadine (gluten) !
    Comment est-ce possible ?
    Merci beaucoup pour votre réponse.

    • Flo Makanai says

      Bonjour Palmina

      Le lait contient des protéines (en. 3.5%), des sucres (env. 5%), des matières grasses (autour de 3.5% pour du lait entier), entre autres, et de l’eau (jusqu’à 90% pour les laits écrémés).

      La caséine est UNE des protéines du lait. Elle représente environ 80% des protéines du lait.

      80% de 3.5% des composantes du lait : vous comprenez aussitôt pourquoi l’on peut être intolérant à la caséine mais pas au lait de vache « décaséiné » (car on peut ôter la caséine en faisant du ghee, par ex, recette sur ce blog).

      Attention : l’intolérance à la caséine doit entraîner l’exclusion de TOUS les laits animaux en l’état, de vache, de jument, de chèvre, de brebis etc. , sauf à les « décaséiner » comme indiqué plus haut.

      Idem pour la gliadine : elle est une des composantes des protéines du blé, pas forcément celles qui vous rend intolérante au couscous, à la semoule de blé et à la farine de blé…

      De plus, les protéines sont modifiées par leur préparation, donc peuvent être tolérées sous une forme, pas sous une autre.

      Ce qui est chouette est que n’étant pas intolérante à la gliadine, vous pouvez consommer (avec modération et en rotation) un peu de seigle, d’orge…

      Enfin, les tests de recherche d’IgG peuvent comprendre des erreurs. Mais essayez déjà de supprimer tous les laits animaux et tout ce qui contient du blé, vous verrez…

      • Palmina says

        Bonjour Flo Makanai,

        mais quels sont les allergènes du blé ? je cherche mais on ne parle que du gluten…
        Quant à la caséine, ça veut donc dire que le test est réalisé sur un lait décaseiné ?
        Merci beaucoup pour vos réponses.

        • Flo Makanai says

          Bonsoir Palmina,
          Pour le blé :
          « Les protéines sont groupées dans deux familles principales:
          a) Les protéines solubles: albumine et globuline, représentant 15 à 20% des protéines. Elles seraient biologiquement fonctionnelles puisqu’elles font l’activité enzymatique.
          b) Les protéines insolubles: la gliadine et le gluténine, protéines de réserves, représentent 80 à 85% de toutes les protéines. Ils contribuent au gluten. »
          Source : http://www.boulangerie.net/forums/styles/bn/template/bnweb/dt/proteine.pdf

          Pour la caséine
          je suppose, oui, mais sans aucune certitude… Il faudrait demander à un labo, en fait. Et il existe en fait DES caséines…

  62. Edith says

    Bonjour,

    J’ai lu votre publication de ce matin, vu l’interview du Dr Willem et me voici à lire cet ancien article. J’ai supprimé de mon alimentation depuis 10 mois gluten et lactose, et après une amélioration spectaculaire de mon état de santé, depuis quelques semaines, divers troubles réapparaissent. D’où mon intention de faire le test sur les intolérances alimentaires. A ce sujet, que pensez-vous des tests réalisés sur les cheveux (et donc sans prise de sang) ?
    Un grand merci pour votre blog et ses publications.

    • Florence Arnaud says

      Bonjour Edith
      je crois que les tests réalisés sur les cheveux sont extrêmement intéressants pour identifier les métaux présents dans le corps. Pour le reste, je ne sais pas.
      En supprimant le gluten et le lactose, vous avez peut-être pris l’habitude de manger certains aliments de façon trop fréquente, comme du riz tous les jours par exemple ? Car si l’on n’est pas attentif à une bonne rotation alimentaire, on risque de surcharger le corps d’autres toxines et de redevenir malade…
      Bonne continuation Edith, et prenez bien soin de vous !

  63. Muriel says

    Bonjour Flo,
    j’ai fait également il y a deux semaines le test IGg. Comme votre fille Héloise, je subis ma vie plus que je ne la vie. Constamment mal fichue, une digestion plus que défaillante depuis 16 ans, des migraines… bref j’en avais marre, et à force de recherches suis tombée sur la micronutrition et via un médecin ai fait faire ces analyses. Une forte intolérance à la farine de blé (102) a été détectée, et d’autre moins élevées. Je vois le médecin demain pour décryptage complet. En fait je voulais partager avec vous ma connaissance d’une méthode douce : la Méthode Naet, qui permet une mise en évidence des substances sources de perturbations et stimule la ré-équilibration naturelle des dérèglements de la santé. Ma praticienne, fortement allergique s’est auto soignée avec cette méthode et l’a déjà appliquée sur moi même et mes filles. Sur le site Naet Europe, vous trouverez une liste de praticiens. Souhaitant que grace à cette approche, vous puissiez de nouveau manger un peu de tout, tout en gardant une bonne santé. Amitiés

    • Florence Arnaud says

      Bonjour Muriel
      Merci beaucoup pour votre témoignage et votre aide. Je connais la méthode NAET pour en avoir étudié les fondements, mais nous n’avons pas de praticien accessible autour de chez nous. Et pour le moment, nous avons trouvé un bon équilibre, je crois, entre alimentation réfléchie, ostéopathie, magnétisme et réflexions poussées sur nos équilibres de vie quotidienne, si l’on peut dire. C’est fluctuant, à adapter chaque jour, mais je ne me vois pas ajouter autre chose, pour le moment.
      Mais merci beaucoup Muriel.
      Je vous souhaite le meilleur, et toujours du courage !

  64. grisouille says

    J’ai 34 ans et j’ai plusieurs intolérances alimentaires qui me causaient des problèmes articulaires (tout va mieux depuis que je les ai identifiées). Je suis intolérante au gluten et aux lectines (toutes les solanacées, soit les pomme-de-terre, les tomates, les poivrons et les aubergines), au cacahuètes et au soja. Je tolère modérément les lentilles et je ne supporte pas le riz complet (mais le riz blanc, spécialement le basmati, ça passe, à cause des lectines toujours).
    Ca donne de la gymnastique en cuisine, mais ça en vaut la peine 🙂

    • Florence Arnaud says

      Oui ça en vaut la peine. Je m’en rends particulièrement compte quand je cesse d’être vigilante…
      Merci Grisouille.

  65. Pauline says

    Quel soulagement de lire ce blog bien renseigné…
    Je suis maman d’un petit garçon de 4 mois exclusivement allaité. Dès 1 mois 1/2, il a fait un eczéma généralisé, une pédiatre allergologue (après 2 pédiatres qui m’ont soutenu que ce n’était pas grave qu’il fallait mettre de la cortisone et que ça passerait avec le temps) a identifiée des allergies aux plv et oeufs.
    Malgré un régime strict, il fait toujours des poussés régulières, une homéopathe m’a prescrit un test aux intolérances (foodscreen, r-biopharm).
    Vu le prix, je me demandais si je devais le faire et s’il n’était pas temps d’arrêter mes recherches (tout le monde me dit que c’est normal d’avoir encore des poussées, il a la peau fragile).
    Bref, vos témoignages me redonnent espoir, je vais faire ces tests en espérant trouver le/les autres aliments qu’il ne supporte pas.

    • Florence Arnaud says

      Bonjour Pauline,
      je n’ai pas eu le temps de vous répondre. Mais si vous repassez par ici, donnez-moi de vos nouvelles, OK ?

  66. Xy says

    Bonjour

    Ou peut-on réaliser cette prise de sang pour connaître les aliments non tolérés ? (Douleurs articulaires)
    A qui faut’il la demander ?
    Est elle remboursée ?
    Quel est son coût ?

    Merci

    • Flo @ Makanaibio says

      Bonjour
      Plusieurs laboratoires la proposent, dont celui du Dr Zamaria à Paris et le laboratoire Barbier à Metz (coordonnées sur Internet), à des prix différents. Ces analyses coûtent plus ou moins cher selon le nombre d’aliments testés, autour de 180 € pour un nombre suffisant d’aliments. Elles ne sont pas remboursées par la sécurité sociale, sauf l’acte « piqure » si l’on peut dire, si ordonnance, et peuvent l’être en partie par certaines mutuelles. Les analyses de recherche de maladie coeliaque sont en revanche remboursées, en partie du moins pour les adultes.
      Il est possible de demander directement aux labos de faire ces analyses.
      Le Dr Lallement propose également dans ses livres des questionnaires qui permettent de s’auto-tester et qui peuvent être utiles, voire suffisants, dans certains cas.
      Attention, les recherches effectuées via ces tests (recherche d’anticorps IgG) sont à lecture contestée dans le milieu scientifique. Nombreux sont ceux qui estiment que les conclusions tirées de ces tests n’auraient pas le sens que l’on veut leur donner en terme de tolérance alimentaire.

  67. Céline says

    Bonjour,
    Je viens de lire avec attention votre message. Nous avons fait faire le test des IGG pour notre fils qui a de l’eczema. NOus avons depuis 2 mois retiré les aliments qui provoquent ses intolérances. Son état s’est beaucoup amélioré (peau, système digestif…).
    Nous avons mis en place un PAI à l’école mais je me heurte à la réaction du médecin scolaire qui n’a fait le PAI que pour 6 mois parce que, pour elle il n’y a pas de preuves scientifiques (à part ça moi je vois que mon fils va mieux !) et surtout parce que l’ordonnance n’est pas faîte par un allergologue mais par un médecin du sport (qui soigne les problèmes de ses patients en leur faisant faire ces tests, avec des résultats impressionnants). Le PAI ne sera pas renouvelé si je n’ai pas une ordonnance faîte par un médecin « NORMAL (allergo ou gastro qui veuille bien prendre en compte ces intolérances) » !! Bon j’avoue je suis perdue. Comment avez-vous fait ? (si tant est que vous ayez mis en place des PAI). Merci d’avance. @bientôt j’espère

    • Florence Arnaud @ Makanaibio says

      Bonjour Céline
      oui nous avons mis en place des PAI il y a 6 ans, avec une certaine réticence des médecins scolaires. La dernière année où nous avons eu à le faire, le médecin concerné a exigé une ordonnance pour un antihistaminique afin que l’école soit couverte en cas de réaction allergique de nos enfants, alors que c’est 100 % à côté de la plaque comme demande. Mais bon, notre médecin référent a dit OK pour qu’on ait la paix, et donc c’est passé. Mais l’année dernière, nous avons eu la chance d’emménager près des écoles des filles et maintenant elles rentrent déjeuner chaque jour…
      Nous avons eu la « chance » d’avoir à demander des PAI pour nos enfants avant que ce ne soit vraiment répandu. Nos filles étaient quasi les seules à apporter leurs repas, les médecins scolaires étaient « tolérants »…

      Sur un plan juridique, le médecin scolaire a le droit de refuser une demande de PAI, et l’école a le droit de ne pas accepter l’enfant pour le repas, car la cantine est un service non obligatoire pour les communes. Donc évidemment, c’est plutôt bloquant pour les parents…

      Etes-vous sûre qu’une ordonnance faite par un généraliste sera refusée par le médecin scolaire ? Nous avions aussi beaucoup échangé avec la direction de l’école et l’infirmière scolaire : nous leur avions expliqué en détail les maux dont nos enfants souffrent quand elles mangent des aliments non tolérés, elles en ont été témoins au fil des années, alors nous avions une certaine crédibilité et une écoute de leur part. Les avez-vous rencontré ?

      Courage !

      • Céline says

        Merci pour votre réponse.
        Par mon réseau d’amis j’ai trouvé un medecin gastro (sensible à la cause des intolérances alimentaires). RDV pris pour décembre… on va voir ce que ça donne.

  68. Bilinie says

    Bonjour! J’ai moi aussi été passer le fameux test controversé..! J’ai un score élevé de 163 à l’Agar Agar et je suis aussi intolérante à plusieurs autres aliments. Mais ma question ne porte que sur Agar Agar car je n’ai aucune idée de quels aliments en contiennent et donc, quoi couper! Pouvez vous m’aider en ce sens?

    • Florence Arnaud @ Makanaibio says

      Bonjour Bilinie
      l’agar agar est utilisé comme épaississant, gélifiant, stabilisant ou encore émulsifiant. Pour éviter d’en consommer, il faut éviter les aliments qui portent comme ingrédients :
      agar ou agar agar
      algue
      gélifiant ou gélose
      E 406
      isinglass (du Japon, de Chine, du Bengale ou autre provenance)
      Layor Carang

      Ce n’est heureusement pas du tout un indispensable de l’alimentation ! Bon appétit !

  69. Patricia says

    Bonjour, je viens de faire ces tests et j’ai moi aussi une grosse réaction à l’Agar Agar (E406 sur les étiquettes). Je serai curieuse d’avoir des nouvelles de la petite famille 5 ans après ce test…

    • Florence Arnaud @ Makanaibio says

      Bonjour Patricia
      5 ans plus tard, presque 6, nous allons bien mieux, en partie grâce à notre réflexion et nos choix alimentaires. Mais pas uniquement grâce à cela : nous avons modifié d’autres habitudes, réfléchi plus globalement à nos attitudes, nos envies, nos stress, nous avons modifié nos vies professionnelles, déménagé, fait de nouveaux choix, et j’en passe… Nous ne sommes pas tous les jours en pleine forme, nous avons rencontré de nouvelles manifestations de problèmes de santé, la vie n’est pas simple et rose et légère tous les jours : modifier son alimentation n’est pas la clé du paradis, s’il en existe un, mais je suis sûre que vous le savez déjà.
      Si les tests que vous avez entrepris vous conduisent uniquement à supprimer l’agar agar, je me permets de douter des effets de la seule exclusion de ce produit… Ou alors vous en consommiez des quantités incroyables ?

  70. Jake says

    Bonjour,moi aussi je fais des intolérances alimentaires je me retrouve dans ce que vous écrivez..
    Je cherche à faire un bilan de mes intolérances sans passer par le leader du moment car pour moi leurs prix ne sont aucunement justifier.. Je préfère faire jouer la concurrence et faite en DD même car y en a marre des gens qui sont sans scrupule à ruiner des personnes en détresse..
    Donc un test à 400 e non merci..je prefers trouver de vrai médecin pas de charlatans !!!!
    Sinon il y avait un point ou je souhaitais intervenir ne manger pas de saumon en boîte ni de thon vous avez citer cet aliment mais vous remplacer un problème par un autres ces poissons sont contaminé par le mercure a grande dose..
    Sinon j aimerais mettre un point sur ce sujet tout nos problèmes sont du soit aux métaux lourd (plombages vaccin etc..)soit au pesticide et autre joyeuserie que l homme a cru bon d inventé en sachant qu’il empoisonnent leurs propres enfants c est de demander ou va le monde..
    Donc pour en finir si vous portez des plombages qui je vous le rappelle contiennent 50% de mercure ne cherchez pas plus loin l origine ultime de vos maux oubliée l excuse stress ou intolérance dites plutôt empoisonnement !!
    Si d autres maux se rattache à vos troubles digestifs faite une investigation plus poussé sans faire de pubs des livres vous explique l intoxication aux métaux lourd et surtout vous guide pour guérir.. Voilà j espère pouvoir aider certains d entre vous .

Continuing the Discussion

  1. Et si vous aviez une autre intolérance alimentaire? | C-Sans Gluten linked to this post on 23 juin 2013

    […] – Makanaibio vous raconte aussi ses tests au laboratoire  ZAMARIA. […]



Some HTML is OK

or, reply to this post via trackback.