Skip to content

Categories:

Le label Bio ne suffit pas (et n’est pas une obligation) pour manger bien (bis)

Je ne voudrais pas gâcher votre dimanche, mais je viens de lire un article intitulé Bio: alerte sur les produits d’importation, sur le site de l’Expansion, et ce n’est pas réjouissant.

Encore que pas surprenant du tout, non plus.

Vous voulez vous faire peur puis aller avec angoisse regarder tous les emballages de vos produits bio pour en identifier la provenance? Lisez alors aussi ceci : plus de 200 produits bio importés retirés de la vente, par les mêmes auteurs.

Rien de neuf, je sais. Juste de quoi être renforcé dans la certitude que le label bio n’est en rien une panacée, non?

Print Friendly, PDF & Email

Posted in Le bio en question.

35
Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
plus récent plus ancien Le plus populaire
Notifier de
Liloue (D'Âme Bio)
Invité

C’est aberrant ! Une bonne raison de privilégier les produits bio LOCAUX le plus possible et de saison (on trouve maintenant par exemple des légumes hors saison même en BIO) ! Il faut privilégier les circuits courts également. C’est vraiment désolant 🙁 Bon dimanche.

laurent - la faim des delices
Invité
laurent - la faim des delices

Bio ne veut pas forcement dire écolo. L’étiquetage du bilan carbone sur chaque produits va donner une autre vision des aliments que nous consommons.

Si tout le monde consommait des produits locaux de saison, cela serai déjà un grand pas.

Dans la pâtisserie ou je suis en formation, le pâtissier en chef est triste de devoir faire des buches à la fraise – framboise l’hiver;)

trackback

[…] This post was mentioned on Twitter by D’Âme Bio, Makanai. Makanai said: [blog] Le label Bio ne suffit pas (et n’est pas une obligation) pour manger bien (bis) http://bit.ly/aHoSzA […]

nol de nol
Invité

Il y a eu un reportage d’M6, je crois dans Capital, sur les pommes de terre égyptiennes, qui ne seraient pas si bio que le dit le label… C’est le problème du bio non local finalement et d’une surveillance qui s’exerce de loin.

La fourmi
Invité

Hé oui, mais c’est toujours mieux que l’industriel produit en masse qui est parfois bien pire…

caroline
Invité
caroline

moi je pense qu’il n’est pas nécessaire d’acheter du « bio » pour avoir des produits de qualité.
je connais notemment une maraichère et une fruitière qui ont fait le choix de l’agriculture raisonnée.
et pour connaitre des producteurs dit « bio », je trouve tout de même que le cahier des charge leur laisse une certaine largesse : tout ca pour dire qu’il y a des gens qui produisent du « non bio » +bio et moins cher que les produits labelisés
enfin… je ne sais pas si je suis claire…
une chose est sûre : EXIT L’IMPORTATION 😉

caroline
Invité
caroline

ha oui j’ai oublié : VIVE LES PRODUITS DE SAISONS
à laurent : pour les fête bûche marron/poire… miam non?

trackback

[…] Cuisiner au Soja : Le label Bio ne suffit pas (et n’est pas une obligation) pour manger bien (bis) […]

Maurice76
Invité
Maurice76

Cet article, qui pourrait au premier abord être utilisé par les sceptiques, est en fait flatteur pour la filière bio. Tout d’abord, il montre qu’elle repère des fraudeurs grâce à ses contrôles qui, contrairement au chimique, ont le mérite d’exister. Ils prouvent que dans le chimique, ces mêmes saloperies sont répandues dans la nourriture sans que des contrôles viennent sanctionner ces pratiques. La bio met quand à elle d’importants moyens en oeuvre pour lutter contre la fraude ou améliorer les conditions de production de sa filière. Ce sont plutôt les marques distributeur et les GMS qui sont mises en cause… Lire la suite »

Anne-Liesse
Invité

Ahlala, passionnant… et flippant ! Cela devient de plus en dur de savoir à qui/quoi faire confiance… Je note ta préférence pour les produits Demeter et suis confortée dans mon choix d’acheter local (au marché de mon quartier) et de saison, à défaut de bio. Vivement l’étiquetage du bilan de carbone aussi : nous avons de sérieux progrès à faire de ce côté-là. Cet article rejoint le billet de Clotilde du 21 octobre dernier http://chocolateandzucchini.com/vf/2010/10/une_histoire_de_haricots_rouges.php, où elle parle de sa lettre envoyée à Celnat concernant leurs haricots rouges en provenance de Chine. Ma préoccupation du moment à moi, c’est la… Lire la suite »

Séverine (34)
Invité
Séverine (34)

J’ai lu cet article ainsi que la liste c’est très juste et très représentatif. Un vrai cauchemar. Avantages et inconvénients.
Dur dur de faire la part du bio juste et bon. Et le bio européen et mondial n’en parlons pas.
Je suis bien d’accord avec toi en tout cas et certains commentaires. J’avais vu ce reportage de la 6 aussi très intéressant.
Très bonne journée à toi et toute ta famille

Julie
Invité

Merci pour le lien, je ne suis pas trop étonnée J’ai un peu l’impression que le dilemme est encore pire quand on habite le Québec. Parce que local ne veut aps nécessairement dire écolo. Ici rien ne pousse l’hiver, alors si on veut manger local, les légumes doivent être gardés dans des entrepôts à atmosphère contrôlée. Il y a des études qui montrent que le transport des fruits et légumes frais l’hiver est moins dommageable pour l’environnement que l’entreposage ou la culture en serres chauffées. Alors on se retrouve avec du bio importé (donc pas nécessairement bio!) ou du local… Lire la suite »

Christel
Invité
Christel

Bonsoir,

Merci pour cet article et ce lien très intéressant. Il est évident que du bio d’Argentine ou autre pays lointain comme certains fruits et légumes bio que je trouve emballé à Carrefour et autre cela n’a aucun sens. C’est pour cela qu’il est important de ne pas acheter du bio n’importe où et regarder la provenance des produits en générale. Comme le dit Flo encore faut-il avoir un Biocoop ou autre à proximité.

Pauline
Invité

J’ai souvent l’impression qu’il faut choisir entre bio et local… 40 minutes en voiture pour aller chercher des produits au biocoop, ce n’est pas très écolo. Alors je jongle comme je peux – j’y vais une fois par mois, j’achète des fruits et légumes non-bio au marché en complément de ceux du jardin, et le supermarché du coin reste une solution de dépannage (20 minutes à vélo si j’ai le temps). Mais c’est vrai aussi qu’on aurait du mal à se passer de café et de bananes… En plus je me suis posé certaines des mêmes questions que Julie ci-dessus.… Lire la suite »

annie
Invité
annie

je suis d’accord avec vous concernant le fait de ne pas faire confiance les yeux fermés au label bio, mais alors qu’en est il du non bio? quelles méga cochonneries y a t il dedans? Ce qui est sur c’est que tout ce qui vient de pays non controlables est a éviter Chine pays de l’est Afrique non seulement ils utilisent des pesticides en quantité non autorisée, mais quelquefois dangereux et interdits, il y a peu de contrôles et souvent les contrôleurs sont payés,le plus dur c’est que l’origine n’est pas indiquée sur les conserves et produits transformés,avez vous vu… Lire la suite »

poucinette
Invité

Sublime sublime recettes ::::: je pense en tester quelques unes !!!! au plaisir :::: bises du mercredi la belle

Christel
Invité
Christel

Bonsoir Flo,
Je voudrais signaler la parution du Hors-série de 60 millions de consommateurs de juin-juillet consacré au bio. On y traite aussi bien des fruits et des légumes que des vêtements en passant par les produits cosmétiques ou ménagers avec quelques recettes. Je le trouve bien fait avec des spécialistes qui interviennent. on y parle des différents labels dans les nombreux secteurs. Il y a aussi le Hors-série de Politis qui traite de ce sujet de façon un peu plus politique je dirai.