Le bio en question

Manger bio moins cher, c’est possible! C’est dans ELLE, avec Makanai!

C’est écrit par Estérelle Payany (journaliste culinaire, auteur de plusieurs livres de cuisine ainsi que du blog Ester Kitchen), publié dans le magazine ELLE du 21 mars 2009, et je suis bien d’accord.

D’autant que dans le paragraphe intitulé “On préfère le fait maison”, on peut lire, à propos du pain:

“Les meilleures recettes? Sur www.makanaibio.com”

!!!!

Faut-il préciser que depuis qu’Estérelle m’a envoyé un mail pour me faire part de cette info, hier, je suis sur un petit nuage?!

A lire dans le magazine ELLE, page 254 ou alors en ligne, ici (puis cliquer sur “On préfère le fait maison” ou encore cliquer pour la référence à Makanai, mais tout l’article vaut le coup d’être lu 😉

Merci Estérelle d’avoir associé Makanai à cet article riche en infos, et oui, assurément, manger bio sans se ruiner c’est possible, et que de plaisirs!

Print Friendly, PDF & Email

27 commentaires

  1. Je suis ravie pour toi car c’est vrai que ton blog est une mine pour apprendre à boulanger.. mais alors le Elle, au secours Ds le genre opportuniste… Je viens d’ller voir tes liens…Un ton de maitresse d’ecole, et des incoherences comme vanter dans la même page de passer par paysans.fr pour shunter les intermédiaires et acheter ses oeufs bio chez Carouf..Chercher l’erreur.
    Je ne laisse pas bcp de commentaire mais je viens souvent pour boulanger.j’essaie ta méthode sans pétrissage… C’est presqu’au point!;-)

  2. J’attends le livre aussi 🙂
    Contente de voir que cela te fait plaisir. Je suis avant tout une lectrice, et je voulais juste dire que ton blog montre que l’on peut manger bon, sain, éthique, tout en travaillant, en ayant 3 enfants et plein d’activités à côté… et que ta méthode pour le levain est inratable !
    Quand à faire le grand écart entre paysans.fr et carrefour : l’idée de l’article est de montrer que l’on peut agir à différents niveaux, en montrant que l’on peut trouver différentes sources d’approvisionnements (Biocoop est également cité, bien sûr) et que l’argument du “le bio c’est cher” ne tient pas toujours, que l’on peut réussir à trouver ce qu’il faut, même chez Carrefour (Biocoop est aussi cité… cela s’équilibre quelque part).

  3. Bravo makanai,
    vous contribuez à la bonne santé de l’humanité!
    (oui j’aime bien les grands mot), mais c’est vrai!
    Cette petite communauté de “manger authentiquement” est, mine de rien, une résistance contre la déshumanisation du monde moderne.
    continuez-le !

  4. Merci à tous pour vos commentaires et/ou mails 🙂
    Cuisine Framboise, j’entends ton point de vue, et c’est sûr que Elle et Biocontact, par exemple, ne sont pas du tout les mêmes médias! Et que Elle se sert de ces tendances écolo, bio etc. pour vendre, pas pour militer, sans doute.

    Mais les petits ruisseaux… Et puis je rejoins Estérelle en ce que, dans la “vraie vie”, celle des contraintes multiples (et aussi du souci de ne pas multiplier les transports, pour des tas de gens qui, comme moi, habitent à 15 kms minimum d’un commerce de taille moyenne), on est nombreux à aller voir nos agriculteurs locaux ou à s’abonner auprès d’une AMAP ET à fréquenter dès que possible marchés et magasins bio ET à contnuer à fréquenter, le moins possible mais quand même, de grandes enseignes pas bio pour un sou (même quand elles affichent une gamme étendue de produits labellisés bio…).
    Et tant qu’à faire, je trouve qu’il vaut mieux acheter si possible des oeufs bio à Carrefour, pour reprendre cet exemple, le jour où le frigo est vide et où on ne peut pas aller ailleurs faute de temps (ou d’argent pour le carburant de la voiture ou le ticket de métro) plutôt que se rabattre sur la boîte pas bio d’oeufs de poule catégorie 3 qui coûte à peine moins cher à côté. On paie un peu plus que du non bio, on est bien d’accord, mais on ne propose alors qu’un oeuf par personne et on complète d’une belle fondue de poireaux locaux très bon marché, de tranches de pain maison, une compote de pommes faite avec les pommes un peu abimées en promo de l’agriculteur local et voilà.
    J’aimerais bien, en théorie, ne consommer QUE local ET bio, ne pas avoir besoin d’une voiture, que toute ma famille soit habillée des habits que Pascal et moi aurions tissé ou tricoté le soir au coin du feu, pendant que nos filles joueraient avec 3 brindilles et rêveraient à haute voix à comment elles agiront plus tard pour vivre dans un monde meilleur. Mais, en ce qui me concerne et je ne suis pas la seule, ça relève du rêve…
    Alors je fais ce que je peux, et je trouve chouette le message véhiculé par Estérelle, qui est, en substance : oui on peut consommer bio sans être bobo et riche et sans se compliquer plus que ça la vie.
    Je suis sûre que tu es d’accord au fond, je me trompe?

  5. J’ajouterai que la direction du magazine Elle n’est sans doute pas à confondre avec les journalistes qui, individuellement, travaillent pour ce média. Et j’ai vraiment l’impression qu’Estérelle, dont je suis le blog, est sincère dans sa démarche, à titre personnel.

  6. Félicitations Flo !
    J’aime aussi beaucoup ta réponse mesurée à certains commentaires. Il me semble aussi que chacun est libre de définir ce qui constitue une alimentation cohérente en fonction de sa situation, de ses connaissances ou croyances, de ses envies et de ses opportunités.
    Continue à nous régaler !
    AL

  7. Alors moi, je dois débarquer de mars là !
    J’ai ce numéro de Elle depuis la semaine dernière chez moi (pour çà aussi, je suis à la bourre :-p ) ! Et ce n’est que tout à l’heure en me posant un peu avec un thé que je lis cette petite ligne là !
    Félicitation, c’est bien vrai ! 🙂
    Bise.

  8. Merci merci 🙂
    Si vous n’étiez pas là tous pour me lire et échanger avec moi, Makanai n’existerait pas, alors on est nombreux à avoir notre petit mérite dans l’histoire!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *