Comme la plupart d’entre vous, forcément, les nouvelles du Japon ne cessent de me bouleverser… Ma chère amie Caroline nous envoie chaque jour, le matin puis le soir, des mails pour nous tenir informés de la situation à Tokyo, où elle vit depuis des années avec son mari et leurs enfants, pour nous rassurer, et aussi pour se réconforter à nos chaleurs amicales intenses. Ses mails sont bouleversants, et pourtant Caro est une femme forte, qui ne se laisse pas abattre, une femme courageuse et vivante qui ne cède pas à la tentation de l’alarmisme, oh que non. Mais c’est tout simplement qu’une tragédie se joue là-bas, que dire d’autre?

Et cette tragédie s’ajoute à celle que vivent des centaines de milliers d’autres ici ou là, très loin ou juste à côté, pour tant de raisons, la plupart juste insupportables…

Nous sommes si fragiles…

Tout est si fragile…

Et en plus, on n’est pas innocent dans l’histoire…

Alors qu’on voudrait s’ébrouer de tout ça, aller faire un pique-nique avec les enfants, tiens, car il fait très beau ici, au moins, et qu’on a acheté du jambon tout fin pour se faire des pizzas (sans gluten) super sympa et que demain c’est mercredi, eh bien non, ce soir on regardera sur Arte un documentaire intitulé “Notre Poison Quotidien”.

Pas pour s’en rajouter une couche dans la veine “on va tous mourir, le monde est pourri, l’humain est nul, c’est la fin du monde, et hop remettez-moi une couche de pessimisme culpabilisant que je me sente au moins vertueuse d’avoir regardé des trucs désagréables”.

Non. Mais parce que ça ne sert à rien de jouer les autruches, de se mettre des oeillères, de faire comme si on savait, de faire comme si on s’en foutait, de faire comme si on n’était pas concerné. On est tous dans la même galère, sur la même planète, on est tous  japonais, libyens, ivoiriens, et toutes les autres nationalités à la fois, non?

Fragiles, oui, nous le sommes infiniment. Et pourtant nous sommes aussi d’une force incroyable! Vous avez vu toutes les merveilles que nous sommes, nous humains, capables de créer, de rêver, de mettre au monde?! Ne seraient-ce que nos enfants!!

Et cette merveilleuse nature, qui certes peut tuer avec ses secousses monstrueuses (9 sur l’échelle de Richter vendredi, 6 encore aujourd’hui…), mais qui a AUSSI cette incroyable capacité à renaître chaque année de ses cendres, de ses hivers?

Alors on a profité du beau temps tout à l’heure, on a goûté dehors, les enfants ont joué, et on va regarder ce documentaire. Pour ancrer encore un peu plus en nous que nous avons des armes EN NOUS pour que demain soit radieux, même si la mort ne quitte jamais le coin de la rue, ici ou ailleurs, parce qu’elle est indissociable de la vie.

Il est grand temps, ai-je entendu dire quelqu’un ce matin à la radio, de vivre nos rêves et de cesser de rêver nos vies, il est inutile et trop tard pour se laisser abattre. Même si l’envie de fuite est forte.

Ensemble et les yeux ouverts, nous sommes plus forts, non?

(NB : rediffusion vendredi 18 mars à 10h10 et samedi 26 mars à 14h30 ).

Edit 16 mars : Caroline et sa famille, avec déchirement, ont quitté Tokyo ce jour, la menace nucléaire est trop lourde… Quant au documentaire de M.-M. Robin, je ne l’ai pas trouvé bon. J’ai aimé son affirmation “savoir c’est pouvoir”, j’ai trouvé claires ses explications des DJA et LMR, mais je n’ai rien appris, les données sont parfois datées (le BPA est interdit dans les biberons en France, et de plus en plus d’industriels proposent des produits sans BPA (v. commentaires) tandis que, et là en revanche cela ne change rien, l’aspartame vient à nouveau d’être blanchi, par ex), et les conclusions qu’elle prétend pouvoir déduire de ce qu’elle présente ne découlent pas du tout évidemment de ce qui les précède, ce qui leur donne un côté parti pris qui diminue leur portée… Enfin, l’exemple final de ce village indien n’a aucun sens, je trouve. Bref, je me suis contrainte à le regarder jusqu’au bout mais je suis déçue et je ne suis pas certaine que ce type de documentaire fasse avancer le schmilblick comme on dit… J’ai même peur qu’il ne permette à certains de minimiser les craintes qu’il exprime comme étant arbitraires, elles aussi…

16 mars soir : en complément de son film diffusé hier soir, M.M. Robin répond à diverses questions pour l’Express, ici, et cite deux liens fort utiles : le Réseau Environnement Santé et le Mouvement pour les Générations Futures.

Saviez-vous, par ex, que du 20 au 30 mars il y avait une semaine sans pesticides, et le 26 mars, de 11h à 15h30, des marches organisées pour des alternatives aux pesticides? Pas moi.

17 mars : l’interview du Pr Narbonne pour lanutrition.fr mérite d’être lue, à mon sens.

De même que le billet sur Bento Blog et les commentaires qui le suivent.

Print Friendly, PDF & Email