J’aime beaucoup le chou pointu.

Cet automne, nous l’avons d’abord consommé cuit : émincé puis fondu dans une sauteuse avec un tout petit peu d’eau, à l’étouffée, et enfin légèrement salé et parfumé d’une petite boîte de lait de coco,mmm.

Puis nous l’avons mangé cru. Ce chou est très délicat, et ses feuilles sont plus fines que celles des plus traditionnels choux blancs. Vraiment très très bon.

Avec ce chou émincé, nous avons croqué des dés de concombre, le tout assaisonné d’une vinaigrette peu commune.

La vinaigrette m’a été inspirée par celle qu’une chanteuse folk américaine, Sonya Sargent, a partagé avec les lecteurs du magazine Vegetarian Times en septembre dernier.

Voici ma version (voir les petits + en fin de billet pour le détail de la recette initiale) :

Les ingrédients

  • 2 c. à soupe de vinaigre de riz
  • 1 c. à soupe bombée de tahin (purée de sésame) blanc
  • 1 c. à soupe d’huile de noix
  • 1 c. à soupe de tamari
  • 1 c. à soupe de miel liquide
  • 1 c. à café de jus de citron
  • 1 à 2 c. à soupe d’huile d’olive

La recette

Placer tous les ingrédients dans un petit pot hermétique, bien secouer pour obtenir une sauce homogène, et le tour est joué.

Les enfants et moi l’avons trouvée fort bonne, veloutée et originale. Mr Makanai a aimé également mais ajouté un peu de moutarde.

Les petits +

  • Le reste de sauce a été savouré le lendemain sur un chou-fleur tiède, légèrement croquant après une cuisson à 2 eaux (je blanchis toujours les choux-fleurs, pas vous?). Très bon aussi.
  • Si vous utilisez de la purée de sésame complet, vous avez bien raison car le sésame entier est une excellente source de calcium, entre autres. Pour ma part, j’ai du mal avec le tahin complet, je le trouve vraiment amer et ma famille ne l’aime guère. Je compense un peu en saupoudrant ici ou là, avec générosité, des graines de sésame complet, que mes filles aiment beaucoup.
  • Certains choux sont très riches en calcium. Je ne sais pas si c’est le cas du chou pointu, le savez-vous?
  • Le tamari est une sauce soja sans blé (donc sans gluten), à la différence du shoyu. Le tamari a une saveur très puissante, attention à ne pas le surdoser.
  • Pour sa recette, Sonya Sargent (dont j’ignore tout par ailleurs!) utilise du tahin rôti (je n’en ai jamais vu) et de l’huile de sésame rôti (je l’ai remplacée par de l’huile de noix, qui n’a évidemment pas du tout la même saveur, la même puissance). Elle ajoute aussi une gousse d’ail émincée, du gingembre et un peu de poudre d’oignon (cette dernière est, à mes yeux et peut-être à tort, un produit typiquement américain, qui ne m’inspire pas du tout).
  • Sonya Sargent a concocté cette sauce pour accompagner une salade d’oranges fraîches, chou rouge émincé, salade romaine, pousses de soja, champignons, céleri et oignons crus. L’inspiration pour le tout lui vient d’un restaurant du quartier chinois de San Fransisco. Si vous lisez l’anglais, le détail de sa recette de salade d’automne asiatique, Asian Autumn Salad, est disponible en ligne sur le site du Vegetarian Times.
  • Je ne suis pas Américaine, mais mes parents le sont devenus il y a plusieurs années et partagent leur vie entre la France et la côte Est des U.S. Ma mère me rapporte régulièrement, pour ma plus grande joie, des revues de cuisine “de là-bas”. J’ai ainsi reçu cette semaine une petite pile de Vegetarian Times et de Whole Living (un magazine formidable, très riche, qui appartient au groupe Martha Stewart) que je déguste doucement. Quelle veine, non?! (Thanks M♥m  ! 🙂 )

Print Friendly, PDF & Email